Site en ANGLAISSite en FRANCAIS

NEWS - Actualités des Loges et du B'nai B'rith

Analysis: What can be done about Europe’s listless pursuit of Hezbollah terrorists? Solomon Bali (B'nai B'rith Bulgaria) talks to the Jerusalem Post

» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

Note: The following Jerusalem Post article refers to the terrorist attack, bus bombing, that was carried out by a suicide bomber on a passenger bus transporting Israeli tourists at the Burgas Airport in Burgas, Bulgaria on 18 July 2012. The bus was carrying forty-two Israelis, mainly youths, from the airport to their hotels, after arriving on a flight from Tel Aviv. The explosion killed the Bulgarian bus driver and five Israelis and injured thirty-two Israelis, resulting in international condemnation of the bombing.




Analysis: What can be done about Europe's listless pursuit of Hezbollah terrorists?
Source: Jerusalem Post,Benjamin Weinthal fellow of the Foundation of Defense of Democracies.


After murdering five Israelis and their Bulgarian bus driver in 2012, two Hezbollah operatives who were put on trial in absentia on Thursday at a Sofia court remain secure in Lebanon. The lethargy surrounding the efforts to capture the two mirrors the glacial-like pace of the trial.


burgas-bus-bombing


Procedural difficulties in serving legal notification to all of the Israeli victims, including 32 wounded in the terrorist attack in Burgas, caused a second postponement until December 12.

"Iran and Hezbollah were behind the Burgas bombing, just as they were responsible for the atrocities in Argentina. But in Europe, the fear of confronting both are daunting, as they have been for many years," Prof. Gerald Steinberg, founder and president of NGO Monitor and lecturer in political science at Bar-Ilan University, told The Jerusalem Post on Sunday.

The former head of Bulgaria's counter-terrorism unit and the US government believe both suspects – Lebanese-Canadian Hassan el-Hajj Hassan and Lebanese-Australian Meliad Farah – are in Lebanon. In a sign of waning enthusiasm, there has been no significant action to compel the Lebanese government to extradite the Hezbollah operatives.

Bulgaria asked the Lebanese to cooperate in 2013, but was swiftly rebuffed. Bulgarian officials have been tight-lipped about their plan to arrest the men.

Bulgaria has not publicly summoned the Iranian and Lebanese ambassadors to demand that their countries aggressively pursue the capture of the terrorists. Bulgaria has not replicated diplomatic action like that of the Netherlands in 2011, following the execution of Zahra Bahrami, a dual Iranian-Dutch national.

She was most likely executed for her participation in the pro-democracy Green movement in 2009 against Iran's clerical regime.

As a result of the execution, the Netherlands suspended diplomatic relations with the Islamic Republic of Iran. The Netherlands labels Hezbollah's entire organization as a terrorist militia.

Why hasn't Bulgaria cut diplomatic relations with Lebanon over the harboring of suspects who murdered Mustafa Kyosev, a 36-year-old Bulgarian Muslim whose widow and daughter are struggling to survive.

In sharp contrast to the vigorous pursuit of jihadists who executed scores of people in Paris and Bremen, political inertia, wittingly or unwittingly, has taken over Europe's desire to capture the Hezbollah operatives believed to be responsible for Burgas.

Solomon Bali, who serves as a mentor for the B'nai B'rith lodge in Sofia, told the Post, "Unfortunately, when it comes to terrorist acts in poor countries, these attacks are easily forgotten.

The international attention to them is limited. The case in Burgas had a very important impact on the international treatment of Hezbollah." He cited the EU's decision to designate Hezbollah's military wing as a terrorist organization in 2013.

"They [Bulgaria and EU authorities] should do more, but I am skeptical of their willingness and their capacity to do so," said Bali, adding they can "use the decision [2013 EU terrorist listing] as a reason to act. If someone wants to make the life of terrorists difficult, they can."

Bali said the distinction of Hezbollah into political and military wings is bogus. Steinberg, on a similar note, said, "Instead of isolating Hezbollah, the EU maintains the fiction of a 'military wing,' which is classified as a terrorist organization, and a separate 'political wing,' which continues to raise funds and build terrorist infrastructure. This is absurd.

"And regarding the Iranian regime, European hopes for lucrative business contracts take precedence over the 'moral principles' that ostensibly guide foreign policy. Until these fictions are confronted, the victims of terrorism and their families, including from the Burgas attack, will not see justice done," added Steinberg.

The US Senate and Congress have passed resolutions this year calling on Europe to outlaw all of Hezbollah. In a March speech at AIPA C's policy conference, Democratic candidate for president Hillary Clinton said, "And we must work closely with Israel and other partners to cut off the flow of money and arms from Iran to Hezbollah. If the Arab League can designate all of Hezbollah as a terrorist organization, surely it is time for our friends in Europe and the rest of the international community to do so as well and to do that now."

US President-elect Donald Trump recognized the role of the troika of Islamic terrorism: Hezbollah, Hamas, and Iran. In an early November statement from Jason Dov Greenblatt and David Friedman, co-chairmen of the Israel Advisory Committee to Donald J. Trump, wrote: "Despite the Iran nuclear deal in 2015, the US State Department recently designated Iran, yet again, as the leading state sponsor of terrorism, putting the Middle East particularly, but the whole world at risk by financing, arming, and training terrorist groups operating around the world, including Hamas, Hezbollah."

To judge by the 2013 classification of Hezbollah's military wing as a terrorist entity – and the role of the US government in twisting the EU's arm – the Trump administration will be the decisive factor in pushing the EU to outlaw all of the Iranian-backed Shi'ite Lebanese militia within its territory.


La loge Carmel reçoit l'ambassadeur des Etats Unis auprès de la Bulgarie

Le 30 octobre dernier la loge Carmel recevait l'ambassadeur des Etats Unis en Bulgarie, Eric Rubin. Dans son discours il a reconnu l'importance de l'héritage du B'nai B'rith dans la lutte contre l'antisemitisme. Lui-même a été élevé dans une famille proche du B'nai B'rith.

SAM 6158

Cette rencontre a été l'occasion pour des membres de loges de pays avoisinants de se rencontrer et d'envisager une coopération plus étroite entre loges des Balkans.


SAM 6221



Si vous aussi vous avez des informations sur la vie de votre loge que vous souhaitez partager, n'hésitez pas à nous en faire part à l'adresse suivante: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.










REVUE DE PRESSE N°494 PAR GILBERTE JACARET

REVUE DE PRESSE N°494
Par Gilberte JACARET

Trump contre Clinton

pr 494 1

SPIEGEL Staff

Élections américaines : une campagne sous le signe du rejet et de la peur : FIGARO

« Le duel Trump-Clinton passera sans doute à la postérité comme la campagne qui a ébranlé la démocratie » Le Monde


New York menacée d'attentat par Al-Qaïda lors de la présidentielle

Les services de renseignements ont averti les autorités de New York, du Texas et de Virginie d'un risque terroriste pour lundi ou mardi.

Publié le 04/11/2016 à 19:24 | Le Point.fr

Les services de renseignements américains ont alerté les autorités de New York, du Texas et de Virginie que le groupe terroriste Al-Qaïda menaçait de commettre des attentats lundi ou mardi prochain, soit le 8 novembre, date de l'élection présidentielle américaine. Ces avertissements, qui n'évoquent pas de cible précise, ont été transmis à la police de New York (NYPD) et au Port Authority of New York and New Jersey, les autorités qui gèrent aéroports, ponts et tunnels dans la mégapole new-yorkaise.

RP 494 2
Selon les renseignements américains, la ville de New York est menacée d'une attaque terroriste à l'approche de l'élection présidentielle par Al-Qaïda, qui l'a déjà frappée le 11 septembre 2001. © AFP/ HENNY RAY ABRAMS

Les autorités portuaires en état d'alerte

« Nous maintenons notre haut niveau d'alerte et de protection de toutes nos infrastructures », a réagi un porte-parole des autorités portuaires. « Nous avons été mis au courant de cette information, a confirmé la NYPD. Nous travaillons actuellement avec le FBI et les services de renseignements et de contre-terrorisme pour évaluer le niveau de la menace. » Également concernés par la menace, les gouverneurs du Texas, Greg Abbott, et de Virginie, Terry McAuliffe, ont de leur côté indiqué que leurs services suivaient la situation de près et assurent que les électeurs pourront voter normalement mardi.
Le FBI s'est refusé à tout commentaire. Il rappelle simplement dans un communiqué que « les services de l'antiterrorisme et du ministère de l'Intérieur demeurent vigilants et à même de faire face à des attaques ici aux États-Unis ». L'agence Reuters indique qu'une source gouvernementale à Washington confirme que des avertissements émanant des services de renseignements ont été transmis, mais que la menace évoquée n'est pas spécifique et d'un niveau relativement faible.
Plus tôt dans la journée, la chaîne CBS avait déjà fait état de menace d'attentat pour la soirée de lundi, la veille de l'élection. L'organisation terroriste Al-Qaïda a frappé New York lors des attentats du 11 septembre 2011, qui ont causé la mort de près de 3 000 personnes.


Le Kuznetsov de Poutine limite l'action de Tsahal © Israel
Nov 1, 2016

RP 494 3

Dans la chronique « Un Ami qui vous veut du Mal », Tsahal est en réelle situation, sinon de « panique », en tout cas, de forte préoccupation quant à la présence militaire russe et au déploiement d'un armement hyper-sophistiqué dans la région, rapporte la Chaîne 2 israélienne, dimanche soir.

Selon son reportage, bien que Tsahal ne l'admette pas ouvertement, des officiers supérieurs disent derrière des portes hermétiquement fermées, que la qualité et la quantité « surprenante » des systèmes russes dans cette zone entrave sérieusement la façon dont les forces aériennes et la Marine de Tsahal sont en capacité d'opérer.

Ces deux branches de Tsahal,selon la Chaîne 2, avaient l'habitude de naviguer et de voler où il leur paraissait justifié de le faire, sans la moindre entrave véritable à leurs évolutions. Mais, depuis que la Russie a commencé à intervenir dans la guerre civile syrienne, l'an dernier, pour protéger le régime de Bachar al Assad, les choses ont changé.

Une inquiétude toute particulière, selon ce reportage, est liée à l'arrivée imminente de l'Amiral Kuznetsov, le vaisseau-amiral et plus gros porte-avions de la Russie, qui est en route depuis la Mer du Nord vers le Moyen-Orient et qu'on s'attend à voir mouiller sur la côte méditerranéenne de la Syrie dans les semaines à venir.

La force de frappe du Kuznetsov est composée de quelques 1.900 marins, plus de 50 avions de combat avancés, les tous derniers systèmes de défense aéronautique, parmi les meilleures capacités de radars et savoir-faire électroniques au monde. La force dispose de capacités anti-sous-marine et de navires dotés de missiles à longue portée, ainsi que tout l'attirail pour l'espionnage photographique aérien et la collecte de renseignements tous azimuts.

Le reportage affirme que les responsables de la défense israélienne reconnaissent que les Russes sont au courant du moindre mouvement qu'Israël réalise dans l'espace aérien ou sur la mer, alors qu'il n'y a aucun moyen d'échapper aux radars russes et que la Russie a ainsi été en mesure de rassembler d'énormes quantités de renseignements pouvant nuire à Israël.

Comme l'avait rapporté The Algemeiner en avril, les Russes ont annoncé, il y a plusieurs mois qu'ils quittaient la Syrie. Depuis lors, cependant, selon la deuxième chaîne, ils n'ont fait qu'expédier plus de forces terrestres dans la région ; ils ont augmenté leur puissance de feu aérien ; et ils ont ramené des missiles sol-air – avec une portée de plus de 200 kms – et ils sont en mesure d'employer des missiles de croisière et des missiles balistiques, des avions de chasse et des drones. A présent, ils renforcent aussi leur présence navale dans l'Est de la Méditerranée, en parallèle à une décrue radicale de la présence de la Marine américaine dans le secteur.

En outre, un porte-parolE du Ministère de la Défense Russe a récemment proféré une menace à peine voilée, qu'on présume adressée à Israël, en déclarant : « Si quiconque pense qu'il peut se cacher derrière sa technologie furtive, nous le laissons y repenser à deux fois ». Selon la deuxième chaîne, cela fait implicitement référence aux avions F-35 qu'Israël est en train d'acquérir auprès des Etats-Unis.

Pendant ce temps, le Parlement russe a approuvé un cadre de temps illimité pour le déploiement des forces aériennes du pays, ce qui signifie qu'Israël peut être confronté au fait que le coeur de cible de ses zones d'intérêt militaires sont recouvertes par des systèmes de défense de missiles avancés de type S-300 et S-400 durant les décennies et générations à venir. et c'est cette interprétation des évolutions qui a conduit le Premier Ministre Binyamin Netanyahu à s'envoler pour Moscou, au printemps, en compagnie du commandant de l'IAF, le Général-Major Amir Eshel, pour discuter de la coordination militaire avec le Président russe Vladimir Poutine.

Comme l'a rapporté à l'époque, The Algemeiner, Netanyahu a fait ce voyage dans le but de créer un mécanisme devant éviter les collisions entre avions israéliens et russes.

Malgré les arrangements qui ont été conclu entre Netanyahu et Poutine, cependant, deux drones russes ont été abattus, ce qui a bien failli provoquer un affrontement direct entre les avions russes et israéliens, selon la 2ème Chaîne. En outre, deux missiles sol-air ont été tirés contre des avions israéliens, que la Russie prétend qu'ils appartenaient à l'armée syrienne, comme si celle-ci n'était pas entièrement sous le joug russe.

Dans une interview avec The Algemeiner en juin, l'expert du Moyen-Orient et de la Russie, Zvi Magen, a déclaré que les relations entre Netanyahu et Putin impliquent uniquement la realpolitik, Israël protégeant ses intérêts, dont le principal étant d'assurer que toutes ces armes russes hypersophistiquées ne tombent pas entre les mains de l'organisation terroriste chiite libanaise et alliée sur le terrain de la Russie, le Hezbollah, qui est soutenu par l'Iran dans la lutte visant à maintenir le dictateur Assad au pouvoir, face aux hordes islamistes [que la Peste et le Choléra les emportent, ainsi que tous leurs parrains].

30 octobre 2016 10:04 AM algemeiner.com
Adaptation : Marc Brzustowski

L'Airbus présidentiel français doté d'un système de protection anti-missiles israélien
Selon le blog Défens'Aéro, l'A330 présidentiel est équipé du système C-MUSIC, développé par la société israélienne Elbit Systems.

ISRAEL

Le ministre des transports exige une station de TGV souterraine au Kotel
2 novembre 2016 |

Le ministre, Israël Katz, a donc demandé à ses services de réfléchir sur un prolongement de la ligne ferroviaire actuellement en construction entre Tel Aviv et Jérusalem, a-t-on appris par un communiqué qui précise que le tunnel de deux kilomètres sera construit à 80 mètres de profondeur entre la future gare centrale située à l'entrée de Jérusalem et la nouvelle station. Cette future gare desservant le mur Occidental s'appellera « station du Kotel », nom du mur en hébreu, a précisé le ministère. Le projet global de la ligne ferroviaire à grande vitesse est estimé à environ 7 milliards de shekels soit 1,7 milliards d'euros. La construction implique 56 kilomètres de voies, depuis Tel Aviv en passant par l'aéroport Ben Gourion puis Modi'in et jusqu'à Jérusalem. Le voyage depuis Tel Aviv et jusqu'à Jérusalem ne durera que 28 minutes. Les travaux devraient s'achever d'ici fin 2017, les premiers voyages sont prévus pour Pessah 2018. Trois trains par heure devraient partir de Tel Aviv et quatre millions de voyageurs sont attendus chaque année. La ligne comportera 22 kilomètres de tunnels et 7 kilomètres de voie sur ponts.

La ligne qui reliera Tel Aviv à Jérusalem « menace de faire exploser » le conflit, selon les Palestiniens .

Tentative d'attaque au couteau en Cisjordanie

Aucun Israélien n'a été blessé dans l'incident, qui a eu lieu près de Ramallah ; l'attaquant a été abattu
RP 494 4


La police sauve 3 soldats d'une foule d'ultra-orthodoxes

Les manifestants ont encerclé une synagogue de Jérusalem après l'entrée des 3 soldats ; il n'y a pas eu d'arrestation.

TIMES OF ISRAEL STAFF 3 novembre 2016, 13:07

La police est intervenue jeudi pour sauver trois soldats israéliens piégés dans une synagogue de Jérusalem par une foule composée de manifestants ultra-orthodoxes en colère.

Les soldats ont été sortis sains et saufs du bâtiment, dans le quartier Zichron Moshe de la capitale, après que les policiers ont repoussé la foule, a annoncé la police dans un communiqué.

Il n'y a pas eu de blessé, ni d'arrestation. Il n'a pas été précisé si les manifestants connaissaient les soldats concernés.
En août, plusieurs dizaines d'ultra-orthodoxes avaient affronté la police pendant des manifestations devant le centre de recrutement militaire de Jérusalem, organisées pour protester contre l'arrestation d'un étudiant de yeshiva qui ne s'était pas présenté pour son enrôlement.

Les relations entre la communauté ultra-orthodoxe et l'armée sont tendues. Les dirigeants de la communauté perçoivent l'armée comme une menace à leur mode de vie, et cherchent à empêcher l'enrôlement de leurs membres.

Beaucoup dans la communauté ultra-orthodoxe (« haredi ») évitent le service national, obligatoire pour la plupart des Israéliens, et la communauté jouit historiquement d'exemptions générales de l'armée, au profit des études religieuses.

Les réformes votées en 2014 à la Knesset, qui cherchaient à en finir avec les exemptions et à augmenter au fur et à mesure le recrutement des ultra-orthodoxes, ont été très combattues par beaucoup d'ultra-orthodoxes.

En novembre dernier, la Knesset avait approuvé un amendement à la Loi sur l'égalité de service, revenant spectaculairement sur les réformes de 2014, et abandonnant les peines collectives imposées si les quotas annuels de recrues ultra-orthodoxes n'étaient pas atteints.


Les combattants qui viennent de terminer leur service pourront désormais bénéficier du « G.I. Bill » israélien
La rentrée universitaire marque le lancement du projet du chef d'état-major, qui vise à prendre en charge les frais de scolarité des anciens soldats


L'archéologie détournée à des fins politiques à Jérusalem

Figaro Par Cyrille Louis , Service infographie du Figaro
Publié le 27/10/2016 à 17:49

RP 494 5

Ce parc archéologique et touristique s'appelle la «Cité de David». Crédits photo : DEBBIE HILL/UPI/MAXPPP

INFOGRAPHIE - La polémique autour des travaux menés dans les profondeurs de la Ville sainte est potentiellement explosive. Les Palestiniens soupçonnent Israël d'explorer le millefeuille historique dans le but d'affirmer la présence juive et son emprise sur les quartiers arabes aux abords de la Vieille Ville.


A Jérusalem, tamiser des gravats devient une entreprise hautement politique

Près de la Vieille Ville, des centaines de tonnes de terre et de débris sont passées au peigne fin. L'enjeu ? Y découvrir les preuves des liens millénaires entre les juifs et le Mont du temple.

LE MONDE | 07.11.2016 à 06h39 | Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)

RP 494 6

Dr. Gabriel Barkay le 6 septembre au Parc national de Emek Tzurim. MENAHEM KAHANA / AFP

LETTRE DE JÉRUSALEM

Sous la longue tente, on a organisé des postes de travail. De jeunes volontaires s'y relaient, tandis que des groupes scolaires ou des touristes les prennent en photo en pleine action. Les volontaires tamisent, tamisent, tamisent encore, pour ne rien omettre. Ils examinent le contenu d'imposants sacs de débris, qui s'entassent à l'extérieur.

Nous sommes au Parc national Emek Tzurim, au pied du Mont Scopus, à Jérusalem. C'est ici qu'a été organisé le Temple Mount Sifting Project, un projet à la fois archéologique et touristique, à forte charge identitaire.

Depuis douze ans, un homme se trouve à la barre de cette entreprise, l'archéologue Gabriel Barkay. De sa voix de velours, épaisse et parfaitement anglophone, il mélange savamment références historiques et religieuses, la Bible et les régimes qui se sont succédé à Jérusalem.

Au cœur de son activité et de son engagement : la volonté d'illustrer les liens entre le judaïsme et la Vieille Ville – occupée en 1967, puis annexée par Israël –, et plus particulièrement son site le plus sacré, aussi bien pour les juifs que les musulmans. Les premiers l'appellent le Mont du temple, les seconds, l'Esplanade des mosquées.

Trésors cachés

C'est là que se dressèrent, avant leur destruction, le premier puis le second Temple juif. C'est là que se trouve la mosquée Al-Aqsa, d'où le prophète Mahomet s'éleva aux cieux, croient les musulmans. « Jérusalem est l'un des lieux les plus explorés sur la Terre depuis un siècle et demi, note Gabriel Barkay


Avi Dichter: « Pas de port à Gaza sans désarmement total »

30 Oct, 2016

Le député Avi Dichter (Likoud), président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense a évoqué les récentes déclarations du ministre de la Défense Avigdor Lieberman concernant sa politique envers le Hamas. Avi Dichter a été plus catégorique que le ministre: « Je ne laisserai jamais construire un port à Gaza pour le Hamas sans accord préalable pour un désarmement total de la bande de Gaza. Le Hamas poursuit inlassablement son réarmement, sur terre comme sous terre, et ce serait une terrible erreur de la part de l'Etat d'Israël de l'aider en ce sens, car quoi de mieux qu'un port pour accélérer un réarmement? »
Concernant l'argument d'une supervision israélienne des activités portuaires, l'ancien ministre a rajouté: « Il n'existe pas de moyen infaillible de contrôler tout ce qui se passe dans un port maritime. Il faut donc d'abord désarmer la bande de Gaza et ensuite on parlera ».

USA

L'« affaire des e-mails », épine dans le pied d'Hillary Clinton

Alors que l'écart se resserre entre Hillary Clinton et Donald Trump, à neuf jours de l'élection présidentielle américaine, le camp démocrate est vent debout contre le directeur du FBI, qui a relancé l'enquête pourtant close depuis juillet.

LE MONDE | 31.10.2016 à 07h24 | Par Ekaterina Dvinina

Des milliers d'e-mails auraient été récemment retrouvés sur un ordinateur que partageait l'une des plus proches collaboratrices d'Hillary Clinton, Huma Abedin, avec son mari Anthony Weiner. Ce dernier, dont Huma Abedin s'est séparée en août, fait l'objet d'une enquête pour avoir envoyé des SMS à caractère sexuel à une adolescente de 15 ans, et c'est dans le cadre de cette enquête que les e-mails ont été découverts. Le FBI a obtenu un nouveau mandat de perquisition qui lui permet d'examiner de nouveaux e-mails liés à la candidate démocrate, selon les informations rapportées par le New York Times, dimanche. Les enquêteurs avaient besoin d'un nouveau mandat séparé pour poursuivre cette enquête incidente. La question aujourd'hui en suspens est : auront-ils le temps d'achever leurs travaux avant l'élection présidentielle du 8 novembre ?...

Le FBI, acteur électoral de la fin de campagne

L'annonce d'une nouvelle enquête sur les e-mails d'Hillary Clinton, onze jours avant le scrutin du 8 novembre, soulève des doutes sur l'impartialité de la police fédérale. Barack Obama a critiqué cette décision.

Élections américaines : une campagne sous le signe du rejet et de la peur
Figaro Par Philippe Gélie Publié le 04/11/2016 à 19:48

RP 494 7

Des femmes manifestent devant la Trump Tower, le 26 octobre, à New York, pour dénoncer les propos obscènes tenus par le candidat républicain (à gauche)dans une vidéo de 2005. Crédits photo : Drew Angerer/AFP

82 % des électeurs se disent «dégoûtés» par cette bataille d'une violence inouïe pour la Maison-Blanche.
À quatre jours du scrutin, le chaudron électoral américain est chauffé à blanc. Si les sondages penchent toujours légèrement en faveur de Hillary Clinton, l'écart avec Donald Trump s'est resserré, exacerbant une compétition déjà tendue, qui épuise les Américains.

Selon un sondage publié vendredi par leNew York Times, 82 % des électeurs se disent «dégoûtés» par cette bataille outrancière pour la Maison-Blanche, qui dure maintenant depuis plus de 500 jours. À peine 13 % se déclarent «enthousiastes». Cause ou effet, l'impopularité des deux candidats bat des records: 60 % pour Trump, 53 % pour Clinton. Parmi les républicains, 41 % pensent que leur candidat est mauvais pour le parti.

Les sondages signalent cependant une certaine hypocrisie, car la campagne tient en haleine autant qu'elle rebute les électeurs. Les audiences des chaînes d'information en témoignent, tout comme la participation au vote anticipé - en cours dans 38 États sur 50 - déjà équivalente ou supérieure à son niveau de 2012.

«Cela ne devrait même pas être discutable. Comment cette personne pourrait-elle être votre voix ?Nous devons arrêter de penser que son comportement est normal» Barack Obama.

Bien plus que leurs orientations politiques, les personnalités des deux prétendants résument l'enjeu du scrutin. Le rejet et la peur de l'autre constituent la première motivation de chaque camp. Rien d'étonnant à ce que la campagne s'enfonce dans le «négativisme» à l'approche de la ligne d'arrivée.
Hillary Clinton, qui comptait finir sur une note «positive», y a renoncé. Avec Trump sur ses talons, elle martèle son argument le plus efficace: le promoteur new-yorkais est «inapte» à occuper le Bureau ovale. L'avocat le plus éloquent de cette thèse est Barack Obama, qui fait campagne à tour de bras pour son ancienne secrétaire d'État. «Cela ne devrait même pas être discutable. Comment cette personne pourrait-elle être votre voix?, s'enflamme le président. Nous devons arrêter de penser que son comportement est normal» pour un homme qui aspire à diriger la première puissance du monde.
Donald Trump n'est pas en reste. Depuis que le FBI a annoncé la réouverture de l'enquête sur les courriels de Clinton, il est monté d'un cran dans l'accusation de «corruption» qu'il a réussi à accoler à l'image de Clinton. Il affirme maintenant que son élection déclencherait «une crise constitutionnelle sans précédent», parce que les élus républicains au Congrès n'auraient de cesse de la destituer («impeach»). Son allié Rudy Giuliani, ancien maire de New York, est comme toujours plus explicite: «Je vous garantis que d'ici à un an elle sera destituée et inculpée. Nous allons voter pour une sorte de Watergate.»


Exclusif: Donald Trump dévoile son plan de soutien à Israël en 16 points. Il n'y aura pas d'Etat Palestinien tant qu'ils ne renonceront pas à la violence

Nov 03, 201616

A quelques jours de la présidentielle américaine, les conseillers de Donald Trump sortent les positions officielles du candidat à propos d'Israël. Ce mercredi 02 novembre 2016, ils ont publié le plan du candidat Trump s'il est élu à la Maison Blanche
A moins d'une semaine avant la présidentielle américaine, les conseillers spéciaux de Donald Trump déroulent un plan détaillé dans lequel ils entendent apporter leur soutien à Israël. Toutefois, ils ne mentionnent en aucun moment dans le document qu'ils feront avorter l'accord nucléaire signé entre l'Iran et les puissances occidentales.

Le plan de 16 points, publié ce mercredi par David Friedman et Jason Dov Greenblatt, reflète des promesses faites par le candidat Trump. Dans certains cas, le plan va au-delà des promesses et aborde carrément une stratégie d'aide à la défense de l'Etat d'Israël.

« Le plan refuse de reconnaître la création d'un Etat Palestinien »

Ils promettent, si Donald Trump est élu président des Etats-Unis, de mettre leur véto à tout vote des Nations-Unies qui s'attaquerait injustement à Israël, de couper les fonds aux ONGs des Droits de l'Homme qui travaillent pour l'ONU. Ils promettent également de faire pression sur le Département de Justice américain pour qu'il ouvre une enquête sur des campus universitaires américains qui intimident les étudiants qui soutiennent Israël.
Les conseillers de Trump recommandent à ce dernier de s'opposer à la création de l'Etat Palestinien qui interdit la présence de Chrétiens et de Juifs ou qui mène une politique de discrimination contre des personnes sur la base de la religion. Ils promettent également de ne pas mettre la pression sur Israël pour se retirer des frontières, « ce qui rendrait les attaques et les conflits plus fréquents ».

« Les conseillers évoquent un lien inébranlable entre les Etats-Unis et Israël »
En outre, avant même que des négociations aient lieu entre les deux parties, les conseillers promettent que les Etats-Unis reconnaîtront Jérusalem en tant que capitale éternelle et indivisible de l'Etat juif et qu'ils transféreront l'ambassade américaine d'Israël dans la ville de Jérusalem.
Dans le document, les conseillers de Donald Trump évoquent que le « lien inébranlable entre les Etats-Unis et Israël est basé sur des valeurs partagées, sur la liberté d'expression, sur le respect des minorités, sur l'importance de la vie et sur l'importance d'accorder à tous les citoyens la chance de poursuivre leurs rêves ».
« Un plan approuvé par Donald Trump »

Les conseillers de Trump écrivent : « Israël est l'Etat du peuple juif qui a vécu sur cette terre pendant 3 500 ans. L'Etat d'Israël a été financé avec courage et détermination par de grands hommes et de grandes femmes contre toute attente et ceci doit inspirer les gens de partout dans le monde qui valorisent la liberté et la dignité humaine ».
Sur la question de savoir si Donald Trump a approuvé le plan, David Friedman et Dov Greenblatt rétorquent : « chacune de ces positions a été discutée avec Donald Trump et avec l'équipe de campagne de Trump et beaucoup de ces positions ont été défendues, d'une manière ou d'une autre, par Donald Trump dans des interviews, dans des discours ou dans des publications sur les réseaux sociaux ».

Voici le plan en 16 points :
1 – Le lien indissoluble entre les Etats-Unis et Israël est fondée sur des valeurs communes de la démocratie, la liberté d'expression, le respect des minorités, chérissant la vie, et la possibilité pour tous les citoyens de poursuivre ses rêves.
2 – Israël est l'Etat du peuple juif, qui a vécu dans ce pays depuis plus de 3.500 ans. L'Etat d'Israël a été fondé avec courage et détermination par de grands hommes et femmes contre d'énormes difficultés et est une source d'inspiration pour les peuples partout le monde qui apprécient la liberté et la dignité humaine.
3 – Israël est un allié fidèle des Etats-Unis et un partenaire clé dans la guerre mondiale contre le djihadisme islamique. La coopération militaire et la coordination entre Israël et les Etats-Unis doivent continuer à croître.
4 – Les Américains apprécient l'étroite amitié et alliance avec Israël – culturellement, religieusement et politiquement. Alors que d'autres nations ont exigé des troupes américaines pour les défendre, les Israéliens ont toujours défendu leur propre pays par eux-mêmes et n'ont demandé que de l'aide en équipement militaire et un soutien diplomatique. Les États-Unis n'ont pas besoin d'aider à construire Israël ou ni à envoyer des troupes pour défendre Israël.
5 – Le protocole d'accord signé par les gouvernements américains et israéliens est une première étape, mais il y a beaucoup plus à faire. Une administration Trump veillera à ce que Israël reçoive une aide maximale sur les plans militaire, stratégique ainsi que la coopération tactique des États-Unis. En outre, le Congrès ne se limitera pas à apporter un soutien supérieur à celui prévu par le protocole d'accord. Israël et les Etats-Unis profitent énormément de ce que chaque pays apporte à la table – la relation est à double sens.
6 – Les États-Unis devraient opposer leur veto à tout vote des Nations Unies qui injustement porterait sur Israël et ils travailleront dans les institutions et forums internationaux, y compris dans nos relations avec l'Union européenne, pour s'opposer aux efforts visant à délégitimer Israël, imposent des normes doubles discriminatoires contre Israël, ou pour imposer des exigences spéciales en matière d'étiquetage des produits israéliens ou de boycotts sur les produits israéliens.
7 – Les États-Unis devraient couper les fonds au Conseil des droits de l'homme, un organe dominé par les pays actuellement dirigés par des dictatures qui semble uniquement consacré à calomnier l'Etat juif. La tentative de l'UNESCO pour déconnecter l'Etat d'Israël de Jérusalem est une tentative unilatérale d'ignorer 3.000 ans d'histoire d'Israël avec sa capitale, et est une preuve supplémentaire de l'énorme parti pris anti-Israël des Nations Unies.
8 – Les États-Unis devraient considérer le mouvement BDS contre Israël comme intrinsèquement antisémite et prendre des mesures fortes, à la fois diplomatiques et législatives, pour contrecarrer les actions qui visent à limiter les relations commerciales avec Israël, ou visant des personnes ou entités faisant des affaires dans les zones israéliennes, d'une manière discriminatoire. Le mouvement BDS n'est qu'une nouvelle tentative des Palestiniens pour éviter d'avoir à engager à une co-existence pacifique avec Israël. La notion fausse qu'Israël serait un occupant doit être rejetée.
9 – L'administration de Trump va demander au ministère de la Justice d'enquêter sur les tentatives coordonnées sur les campus universitaires pour intimider les étudiants qui soutiennent Israël.
10 – Une solution à deux Etats entre Israël et les Palestiniens semble impossible tant que les Palestiniens ne sont pas prêts à renoncer à la violence contre Israël ou à reconnaître le droit d'Israël à exister en tant qu'Etat juif. En outre, les Palestiniens sont divisés entre l'Autorité palestinienne en Cisjordanie et le Hamas à Gaza alors qu'il n'y a pas un peuple palestinien uni qui pourrait contrôler un second état. Le Hamas est une organisation terroriste désignée par les Etats Unis qui cherche activement la destruction d'Israël. Nous chercherons à aider les Israéliens et les Palestiniens à parvenir à une paix globale et durable, librement et équitablement négociée entre ceux qui vivent dans la région.
11 – La direction palestinienne, y compris l'Autorité palestinienne, a miné toute chance de paix avec Israël en élevant des générations d'enfants palestiniens sur un programme d'éducation de la haine d'Israël et des Juifs. Dans la société palestinienne est régulièrement enseigné la haine à la télévision palestinienne, dans la presse palestinienne, dans les médias de divertissement, et dans les communications politiques et religieuses. Les deux principaux partis politiques palestiniens – le Hamas et le Fatah – font la promotion de l'antisémitisme et du djihad.
12 – Les États-Unis ne peuvent soutenir la création d'un nouvel état où le terrorisme est financièrement incités, les terroristes sont célébrés par les partis politiques et les institutions gouvernementales, et le détournement corrompu de l'aide étrangère est endémique. Les États-Unis ne devraient pas soutenir la création d'un Etat qui interdit la présence de citoyens chrétiens ou juifs, ou qui est discriminatoire à l'égard des personnes sur la base de la religion.
13 – Les USA devraient soutenir les négociations directes entre Israël et les Palestiniens sans conditions préalables, et nous nous opposerons à tous les efforts palestiniens, européens et autres de contourner des négociations directes entre les parties en faveur d'un règlement imposé. Les solutions imposées à Israël par des tiers, y compris par le Conseil de sécurité des Nations Unies, devraient être combattues. Nous soutenons le droit et l'obligation d'Israël de se défendre contre des attaques terroristes sur son peuple et contre d'autres formes de la guerre que se livrent sur elle juridiquement, économiquement, culturellement, et autrement.
14 – Israël a le droit d'avoir des frontières défendables qui préservent la paix et permettent la stabilité dans la région. La pression ne doit pas être mis sur Israël à se retirer aux frontières qui rendent les attaques et les conflits plus probable.
15 – Les États-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale éternelle et indivisible de l'Etat juif et de l'administration de M. Trump va déplacer l'ambassade américaine à Jérusalem.
16 – Malgré l'accord nucléaire avec l'Iran en 2015, le Département d'Etat américain a récemment désigné l'Iran, encore une fois, comme le principal Etat parrainant le terrorisme – au Moyen-Orient en particulier, mais aussi dans le monde entier mettant en danger par le financement, l'armement et la formation des groupes terroristes opérant partout dans le monde, y compris le Hamas, le Hezbollah et les forces loyales au président syrien Bachar al-Assad. Les Etats-Unis doivent lutter contre les violations en cours de l'Iran de l'accord concernant la quête de l'Iran pour les armes nucléaires et de leur non-conformité et envisager de nouvelles sanctions en cas de besoin pour protéger le monde et les voisins de l'Iran de son nucléaire continue et les menaces non nucléaires.
© Sandra Wildenstein pour Europe Israël News

::::::::::::::::::
L'accord de Paris sur le climat entre en vigueur
Adopté le 12 décembre 2015, l'accord de la COP21 a été ratifié par 55 Etats.
Le Monde.fr avec AFP | 04.11.2016 à 08h37 • Mis à jour le 04.11.2016 à 09h17

RP 494 8

La COP22 se déroule au Maroc du 7 au 18 novembre. JOEL SAGET / AFP

La présidence de la République a salué vendredi 4 novembre « un jour historique pour la planète », parce qu'il marque l'entrée en vigueur de l'accord de Paris sur le climat (COP21), moins d'un an après son adoption par 195 pays, le 12 décembre au Bourget.
« Le seuil des ratifications – 55 Etats représentant 55 % des émissions de gaz à effet de serre – a été atteint en moins d'un an », se félicite l'Elysée. « C'est la preuve que la communauté internationale a pris toute la mesure de l'urgence climatique et c'est le résultat de la mobilisation de la France dans le cadre de la présidence de la COP21 assurée par Ségolène Royal. »
Présidence marocaine pour la COP22
A quelques jours du passage de relais à la présidence marocaine pour la COP22, l'Elysée affirme que « la mobilisation de la France restera entière pour que la justice climatique soit respectée » et « pour que l'esprit de Paris se prolonge et s'amplifie ».
« La Conférence de Marrakech sur le climat devra être celle des solutions », affirme la présidence, assurant que « la France est aux côtés du Maroc pour qu'elle rencontre un plein succès ».
Marrakech accueillera du 7 au 18 novembre la COP22, qui sera centrée sur la mise en œuvre de l'accord de Paris. François Hollande y assistera les 15 et 16 novembre.

REVUE DE PRESSE N°490 PAR GILBERTE JACARET

REVUE DE PRESSE N°490
Par Gilberte JACARET

ISRAEL

Un Palestinien ouvre le feu et tue deux personnes à Jérusalem-Est
Par Cyrille Louis

Publié le 09/10/2016 à 12:15

RP 490 1
La police sur les lieux de l'attaque à Jérusalem-Est, dimanche. Crédits photo : MENAHEM KAHANA/AFP

Une femme de soixante ans et un policier israélien ont été tués dimanche matin par un Palestinien qui a ouvert le feu à un arrêt du tramway situé près du quartier général de la police à Jérusalem-Est. Le tireur, présenté par les médias israéliens comme un résident du quartier de Silwan âgé de 39 ans, a été abattu par les forces de l'ordre lancées à sa poursuite près de la colonie juive de Shimon HaTsadik. Six autres blessés ont été pris en charge dans les hôpitaux Hadassah et Shaare Tsedek. Le mouvement islamiste du Hamas, qui figure sur la liste européenne des organisations terroristes et contrôle la bande de Gaza, a salué cet attentat comme «une réponse naturelle aux crimes de l'occupation» sans pour autant en revendiquer la paternité.

«Le tireur, posté au volant d'une voiture blanche, a soudain ouvert le feu avec un fusil d'assaut en direction des passagers qui attendaient le tramway, témoigne Alix, une expatriée qui a assisté à la fusillade. C'était vraiment étrange car personne ne criait. Il n'y avait pas un bruit à part celui, assourdissant, des coups de feu. Des gens étaient couchés par terre. J'ai vu une femme qui essayait de se cacher avec sa poussette derrière une poubelle, mais celle-ci était trop petite pour l'abriter. Puis l'homme a redémarré en direction du centre et nous avons entendu de nombreux tirs retentir dans le quartier de Sheikh Jarrah.»

Crainte d'un regain de violences

Cette attaque survient après plusieurs semaines d'une calme relatif à Jérusalem et en Cisjordanie. L'«intifada des couteaux», qui a débuté à l'automne 2015, avait jusqu'à présent coûté la vie à 34 Israéliens, deux Américains, un Erythréen et un Soudanais, ainsi qu'à 230 Palestiniens qui, pour la plupart, étaient eux-mêmes des assaillants. La majorité des attaques, perpétrées à l'armée blanche, à la voiture-bélier et plus rarement à l'arme à feu, ont visé les forces de sécurité et se sont déroulées dans les territoires occupés de Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Mais d'autres, tel l'attentat qui a fait quatre morts dans un centre commercial à Tel Aviv en juin dernier, ont frappé au cœur d'Israël. Les services sécurité intérieure (Shabak) ont récemment exprimé la crainte que la période des fêtes juives, traditionnellement marquée par un regain des tensions politico-religieuses autour de l'Esplanade des mosquées, donne lieu à un regain des violences.


Une flambée de violences redoutée
Le Monde.fr avec AFP | 09.10.2016 à 09h45 • Mis à jour le 09.10.2016 à 10h45


Puis il s'est dirigé vers le quartier palestinien de Sheikh Jarrah où il a garé son véhicule. Il a ensuite repéré des policiers à moto qui se dirigeaient vers lui et a ouvert le feu sur eux. L'un d'eux a été grièvement blessé tandis qu'un second était plus légèrement atteint. Lors des échanges de tirs, l'auteur de l'attaque, un Palestinien âgé de 39 ans et originaire de Silwan à Jérusalem-est, a été abattu, a ajouté la police sans préciser son identité.

Le chef du gouvernement Benjamin Netanyahu a félicité les « policiers qui ont agi rapidement et de façon très ferme contre le terroriste qui a été éliminé ». Ses propos, retransmis par la radio publique, ont été tenus durant le conseil des ministres.

Les autorités israéliennes redoutent une nouvelle flambée de violences en octobre à l'occasion des fêtes juives de Yom Kippour (mercredi) et de Souccot (la semaine prochaine), qui avaient été une période de vives tensions en 2015.

Crimes contre l'humanité: condamnation de J.M. Le Pen validée
Figaro,7 octobre 2016
 Par Lefigaro.fr avec Reuters

La Cour européenne des droits de l'Homme a validé aujourd'hui la condamnation de Jean-Marie Le Pen pour "complicité d'apologie de crimes de guerre et contestation de crimes contre l'humanité" après des propos polémiques sur la Seconde guerre mondiale.

Une peine de trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende avait été prononcée le 8 février 2008, puis confirmée en appel et en cassation, contre celui qui présidait alors le Front national, après une interview publiée le 7 janvier 2005 dans l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol.

Jean-Marie Le Pen estimait que l'occupation allemande de la France entre 1940 et 1944 n'avait "pas été particulièrement inhumaine, même s'il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés".

Le tribunal correctionnel de Paris avait jugé que le fondateur du Front national « occult(ait) ou à tout le moins tent(ait) d'instiller un doute sur ce qui a(vait) pu être commis par les nazis sur le territoire français comme la déportation des juifs ou les persécutions contre les résistants ».

La Cour européenne des droits de l'Homme déclare irrecevable la contestation par Jean-Marie Le Pen de cette condamnation qu'elle juge « fondée sur des motifs pertinents et suffisants » tandis que la peine infligée ne lui apparaît pas « disproportionnée ».


Nobel de la paix : le très pro-israélien président colombien Juan Manuel Santos récompensé

Le président colombien est un grand ami d'Israël. Lorsqu'il était ministre de la Défense, Juan Manuel Santos a intensifié la coopération militaire entre son pays et l'État juif.Tsahal, l'armée israélienne, joue un rôle essentiel dans la formation des forces armées colombiennes.

Depuis 2005, Israël est le premier fournisseur d'armement de la Colombie, principalement d'équipement visant à lutter contre les FARC et une autre guérilla de gauche, l'ELN (Ejercito de Liberacion Nacional). Israel fournit des armes légères, des drones, des systèmes de surveillance et de communications ainsi que des bombes spéciales qui permettent de détruire des plantations de coca.

RP 490 2

Le prix Nobel de la Paix a été attribué vendredi au président colombien Juan Manuel Santos, pour sa tentative, avec le chef des Farc Timoleon Jiménez, de mettre fin à la guérilla qui dure depuis plus d'un demi-siècle.

Les Palestiniens avaient lancé mi-avril une intense campagne médiatique pour que le Comité Nobel attribue le Prix Nobel de la paix au terroriste Marwan Barghouti.
Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info | Photo : DR


LA GUERRE EN SYRIE


Bataille de Mossoul : les Rafale réalisent leurs premières frappes
Des Rafale ont décollé ce vendredi du porte-avions Charles de Gaulle pour atteindre des cibles de l'EI en Irak. Objectif final : reprendre Mossoul.

Modifié le 30/09/2016 à 16:38 - Publié le 30/09/2016 à 07:49 | Le Point.fr


Le début des opérations vendredi du porte-avions français Charles de Gaulle en Méditerranée orientale ajoute une pierre à l'édifice international qui se construit en préparation de la bataille de Mossoul, dernière place forte du groupe État islamique (EI) en Irak.

À la faveur d'une offensive fulgurante en 2014, l'EI s'est emparé de plusieurs pans du territoire irakien au nord et à l'ouest de Bagdad et a fait de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, son principal bastion.
Après avoir reconquis de vastes pans de territoire depuis deux ans, les forces irakiennes se préparent dorénavant à reconquérir cette ville du nord du pays avec l'appui de la coalition internationale. L'heure est donc à la mobilisation, avant de lancer cet assaut-clé.

Parmi les moyens déployés, le bâtiment de guerre français, positionné en Méditerranée orientale. De son pont d'envol, huit premiers avions de chasse Rafale ont été catapultés vendredi matin. Aucune précision n'a été donnée sur la nature exacte de cette mission. Ces appareils peuvent mener des frappes ou faire de la reconnaissance, en Irak ou en Syrie.

"La suite des opérations de soutien"

"Ce n'est pas le début de la bataille de Mossoul, c'est la suite des opérations de soutien que nous apportons dans le cadre de la coalition, comme nous avons aussi renforcé nos capacités en artillerie dans la zone sud de Mossoul. Il va y avoir bientôt l'action majeure qui va être déclenchée, mais ce n'est pas aujourd'hui", a déclaré vendredi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Il s'agit du troisième engagement du Charles de Gaulle au sein de la coalition internationale anti-EI dirigée par les États-Unis depuis février 2015. Ce sera le dernier déploiement de l'unique porte-avions français avant un arrêt technique majeur de 18 mois début 2017.
Avec 24 chasseurs Rafale Marine à bord, le porte-avions français triple la capacité de frappes aériennes françaises dans la région, où 12 Rafale sont déjà stationnés en Jordanie et aux Émirats arabes unis. Avec environ 5 % du total des frappes de la coalition (15 310) menées depuis l'été 2014, la France est un des principaux contributeurs aux opérations aériennes anti-EI, loin toutefois derrière les États-Unis (près de 80 % des frappes).

Le déploiement du Charles de Gaulle, programmé jusqu'à fin octobre, va également "renforcer nos capacités de renseignement" et "améliorer l'information des forces qui seront amenées à reprendre le territoire de Mossoul", expliquait cet été Jean-Yves Le Drian.

Reconquérir la ville d'ici la fin de l'année

Selon plusieurs responsables occidentaux, cette offensive-clé de la coalition anti-EI pourrait être lancée en octobre dans l'espoir de reconquérir la ville d'ici la fin de l'année. D'après les dernières estimations fournies par le Pentagone, entre 3 000 et 4 500 combattants de l'EI se trouvent actuellement à Mossoul.

Les États-Unis placent également leurs pions avant l'assaut final. Le président américain Barack Obama a donné son feu vert mercredi à l'envoi de quelque 600 soldats supplémentaires en Irak, en sus des 4 600 militaires déjà présents dans le pays. Outre le renseignement, ces renforts auront notamment pour mission de renforcer les capacités logistiques de l'armée irakienne, notamment sur la grande base aérienne d'Al-Asad, dans la grande province d'Al-Anbar, dans l'ouest.

Défi humanitaire

Côté français, près d'un demi-millier de soldats se trouvent déjà en Irak : ils apportent un appui d'artillerie, conseillent les peshmergas (combattants kurdes) au nord ou forment des unités d'élite irakiennes à Bagdad. L'armée française vient également de déployer quatre canons Caesar d'une portée de 40 kilomètres, sur la base aérienne de Qayyarah (65 kilomètres de Mossoul), reprise fin août aux djihadistes. Objectif : "Contribuer à la manœuvre d'encerclement de la ville", selon le ministre français de la Défense.

Au-delà des aspects militaires, la bataille de Mossoul pose un défi humanitaire sur lequel l'ONU travaille déjà. "Plus d'un million de personnes pourraient être déplacées lors de la prochaine offensive et nous prévoyons qu'au moins 700 000 auront besoin d'aide, d'abris, de nourriture, d'eau", déclarait jeudi le représentant du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en Irak, Bruno Geddo. Le HCR a déjà construit des camps en prévision de ce déplacement massif, mais il manque de terrains, de fonds et de temps pour en construire d'autres.

La défiance s'accroît entre les Etats-Unis et la Russie

Washington met en cause Moscou dans une série de piratages liés à la campagne présidentielle américaine et durcit le ton face à la poursuite des bombardements sur Alep en Syrie.

LE MONDE | 08.10.2016 à 07h41 • Mis à jour le 08.10.2016 à 09h53 | Par Gilles Paris (Washington, correspondant)

La semaine avait débuté avec la rupture du dialogue entre Moscou et Washington à propos de la Syrie, lundi 3 octobre. Elle s'est poursuivie vendredi 7 octobre avec de nouveaux gestes de défiance, de part et d'autre, qui ont porté la tension entre les deux puissances à un niveau rarement atteint au cours des derniers mois.

Aux Etats-Unis, l'administration américaine a décidé de sauter le pas en mettant en cause directement la Russie pour des piratages liés à la campagne présidentielle américaine constatés au cours des derniers mois. Le Democratic National Committee (DNC), la plus haute instance du Parti démocrate, en a été la cible tout comme les services chargés des listes électorales dans plusieurs Etats, dont l'Arizona et l'Illinois.

« Ces vols et ces piratages ont pour but d'interférer dans le processus électoral américain, a indiqué le directeur du renseignement américain, James Clapper, dans un communiqué commun avec le département de la sécurité intérieure. Nous pensons, compte tenu de l'étendue et du caractère sensible de ces initiatives, que seuls de hauts responsables russes ont pu autoriser ces activités. »

Le produit de ces piratages a été publié sur les sites WikiLeaks, Guccifer 2.0 et DCLeaks. Les autorités américaines sont affirmatives pour le piratage du DNC. Elles se contentent de mentionner que les intrusions dans les bases de données électorales des Etats ont été perpétrées « dans la plupart des cas à partir de serveurs opérés par une société russe ».


Lutte contre le terrorisme palestinien : le Royaume-Uni suspend son aide financière à l'Autorité palestinienne

Le Royaume-Uni a suspendu temporairement son aide financière à l'Autorité palestinienne, accusée de détourner l'aide financière internationale à des fins terroristes, rapporte vendredi la presse britannique.
La nouvelle ministre britannique en charge du Développement international, Priti Patel, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur l'utilisation exacte par les Palestiniens de l'aide financière britannique.
Plusieurs audits internes à l'Union européenne (UE) indiquent un détournement de l'aide financière à l'Autorité palestinienne (AP) à des fins terroristes.
Selon l'ONG Palestinian Media Watch (PMW), l'AP continue de détourner l'argent du contribuable européen pour payer les primes versées aux terroristes et à leurs familles, grâce à un système opaque institutionnalisé au sein de ses divers ministères.
L'UE verse 335 000 000 dollars d'aide annuelle à l'Autorité palestinienne, en plus des dons individuels des États membres. Depuis 1994, 7,7 milliards de dollars de l'UE ont été transférés à Ramallah.
La France a versé directement courant mai huit millions d'euros à l'Autorité palestinienne (AP) en dépit que les dirigeants palestiniens reversent l'argent aux terroristes palestiniens détenus en Israël ou à leurs familles.
En septembre 2015, la maire de Paris Anne Hidalgo avait remis à Mahmoud Abbas la médaille Grand Vermeil, la plus haute distinction de la capitale française.
Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info | Photo : DR


Syrie: regain de tension entre Washington et Moscou

Les États-Unis ont annoncé lundi qu'ils interrompaient leurs pourparlers avec la Russie à propos du cessez-le-feu en Syrie, après la destruction du plus grand hôpital d'Alep-Est. En guise de «signal», Moscou a suspendu un accord datant de 2000 sur le recyclage du plutonium militaire.
La Russie suspend un accord avec les Etats-Unis sur le recyclage du plutonium
Vladimir Poutine a justifié sa décision « en raison des actions inamicales des Etats-Unis à l'égard de la Russie »
AFP 3 octobre 2016, 17:53

Bataille de Mossoul : les Rafale réalisent leurs premières frappes

Des Rafale ont décollé ce vendredi du porte-avions Charles de Gaulle pour atteindre des cibles de l'EI en Irak. Objectif final : reprendre Mossoul.

Modifié le 30/09/2016 à 16:38 - Publié le 30/09/2016 à 07:49 | Le Point.fr

Le début des opérations vendredi du porte-avions français Charles de Gaulle en Méditerranée orientale ajoute une pierre à l'édifice international qui se construit en préparation de la bataille de Mossoul, dernière place forte du groupe État islamique (EI) en Irak.

À la faveur d'une offensive fulgurante en 2014, l'EI s'est emparé de plusieurs pans du territoire irakien au nord et à l'ouest de Bagdad et a fait de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, son principal bastion.

Après avoir reconquis de vastes pans de territoire depuis deux ans, les forces irakiennes se préparent dorénavant à reconquérir cette ville du nord du pays avec l'appui de la coalition internationale. L'heure est donc à la mobilisation, avant de lancer cet assaut-clé.

Parmi les moyens déployés, le bâtiment de guerre français, positionné en Méditerranée orientale. De son pont d'envol, huit premiers avions de chasse Rafale ont été catapultés vendredi matin. Aucune précision n'a été donnée sur la nature exacte de cette mission. Ces appareils peuvent mener des frappes ou faire de la reconnaissance, en Irak ou en Syrie.

"La suite des opérations de soutien"

"Ce n'est pas le début de la bataille de Mossoul, c'est la suite des opérations de soutien que nous apportons dans le cadre de la coalition, comme nous avons aussi renforcé nos capacités en artillerie dans la zone sud de Mossoul. Il va y avoir bientôt l'action majeure qui va être déclenchée, mais ce n'est pas aujourd'hui", a déclaré vendredi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.
Il s'agit du troisième engagement du Charles de Gaulle au sein de la coalition internationale anti-EI dirigée par les États-Unis depuis février 2015. Ce sera le dernier déploiement de l'unique porte-avions français avant un arrêt technique majeur de 18 mois début 2017.

Avec 24 chasseurs Rafale Marine à bord, le porte-avions français triple la capacité de frappes aériennes françaises dans la région, où 12 Rafale sont déjà stationnés en Jordanie et aux Émirats arabes unis. Avec environ 5 % du total des frappes de la coalition (15 310) menées depuis l'été 2014, la France est un des principaux contributeurs aux opérations aériennes anti-EI, loin toutefois derrière les États-Unis (près de 80 % des frappes).

Le déploiement du Charles de Gaulle, programmé jusqu'à fin octobre, va également "renforcer nos capacités de renseignement" et "améliorer l'information des forces qui seront amenées à reprendre le territoire de Mossoul", expliquait cet été Jean-Yves Le Drian.

Reconquérir la ville d'ici la fin de l'année

Selon plusieurs responsables occidentaux, cette offensive-clé de la coalition anti-EI pourrait être lancée en octobre dans l'espoir de reconquérir la ville d'ici la fin de l'année. D'après les dernières estimations fournies par le Pentagone, entre 3 000 et 4 500 combattants de l'EI se trouvent actuellement à Mossoul.

Les États-Unis placent également leurs pions avant l'assaut final. Le président américain Barack Obama a donné son feu vert mercredi à l'envoi de quelque 600 soldats supplémentaires en Irak, en sus des 4 600 militaires déjà présents dans le pays. Outre le renseignement, ces renforts auront notamment pour mission de renforcer les capacités logistiques de l'armée irakienne, notamment sur la grande base aérienne d'Al-Asad, dans la grande province d'Al-Anbar, dans l'ouest.

Défi humanitaire

Côté français, près d'un demi-millier de soldats se trouvent déjà en Irak : ils apportent un appui d'artillerie, conseillent les peshmergas (combattants kurdes) au nord ou forment des unités d'élite irakiennes à Bagdad. L'armée française vient également de déployer quatre canons Caesar d'une portée de 40 kilomètres, sur la base aérienne de Qayyarah (65 kilomètres de Mossoul), reprise fin août aux djihadistes. Objectif : "Contribuer à la manœuvre d'encerclement de la ville", selon le ministre français de la Défense.

Au-delà des aspects militaires, la bataille de Mossoul pose un défi humanitaire sur lequel l'ONU travaille déjà. "Plus d'un million de personnes pourraient être déplacées lors de la prochaine offensive et nous prévoyons qu'au moins 700 000 auront besoin d'aide, d'abris, de nourriture, d'eau", déclarait jeudi le représentant du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en Irak, Bruno Geddo. Le HCR a déjà construit des camps en prévision de ce déplacement massif, mais il manque de terrains, de fonds et de temps pour en construire d'autres.


LA GUERRE


Le Pentagone renforce son dispositif militaire avant la bataille de Mossoul

RP 490 3

La coalition internationale, menée par les États-Unis, espère reconquérir le fief de Daech d'ici à la fin de l'année, en concertation avec les forces irakiennes qui se préparent à intervenir au sol.

le 30/09/2016 à 19:59 le 30/09/2016 à 19:15


L'ONU enquête sur le bombardement d'un convoi humanitaire

L'Organisation des Nations unies (ONU) a annoncé vendredi le lancement d'une commission d'enquête chargée de faire la lumière sur l'attaque, le 19 septembre, contre un convoi humanitaire en Syrie. Un bombardement contre un convoi du Croissant-Rouge peu avant la fin du cessez-le-feu avait fait au moins 18 morts à Orum Al-Koubra, dans l'ouest de la province d'Alep.
Washington en avait attribué la responsabilité à Moscou, qui avait nié toute implication. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, « exhorte toutes les parties concernées à coopérer pleinement avec la commission ».

Moscou et Washington au bord de la rupture

Le vendredi 30 septembre marque le premier anniversaire du début de l'intervention russe en Syrie. « Ni l'Etat islamique, ni Al-Qaida, ni le front Al-Nosra ne sont aujourd'hui installés à Damas », a déclaré le porte-parole de la présidence, Dmitri Peskov, assurant que l'intervention russe a empêché les islamistes de prendre le contrôle du pays.

Selon un bilan de l'OSDH, plus de 3 800 civils ont été tués et 20 000 blessés par l'aviation russe en un an d'intervention syrienne. Des accusations rejetées par le Kremlin, qui a réclamé des preuves.
Washington et le Kremlin sont au bord de la rupture, moins de deux semaines après l'échec du cessez-le-feu prévu dans l'accord américano-russe du 9 septembre. Le ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, a estimé que cet accord tenait toujours, et ajouté qu'il s'entretiendrait dans la journée par téléphone avec son homologue américain, le secrétaire d'Etat John Kerry.
Jeudi, ce dernier avait menacé d'arrêter toute coopération sur la Syrie si Moscou ne mettait pas fin à ses bombardements à Alep. Le Kremlin avait immédiatement assuré qu'il poursuivrait ses frappes.


L'Ukraine marque les 75 ans du massacre de 34 000 juifs à Babi Yar

Les 29 et 30 septembre 1941, plus de 34 000 Juifs ont été tués par balles par les nazis, aidés par des miliciens ukrainiens au ravin de Babi Yar
RP 490 4



L'Affaire Dreyfus : son musée chez Zola

Mis à jour le 05/10/2016 à 13:33

RP 490 5

Un espace dédié doit ouvrir ses portes en 2018 dans la Maison de l'écrivain, à Médan. À l'origine du projet, Pierre Bergé a souhaité rendre hommage à son engagement contre l'antisémitisme.

Le B'nai B'rith Europe exprime sa tristesse face au décès de Shimon Peres

Shimon Peres and BBE

Le B'nai B'rith pleure aujourd'hui la perte du plus ancien chef d'état Israélien, Shimon Peres décédé à l'âge de 93 ans le 27 septembre.

L'histoire de l'Israël n'aurait pu être écrite sans Shimon Peres et son immense contribution durant 70 ans de carrière.

Même lors de son départ de la présidence en 2014, il continua de représenter l'état d'Israël à l'occasion de conférences et de rencontres avec les dirigeants du monde entier.

De ses premiers jours en politique en tant que directeur général adjoint du Ministère de la Défense en 1952, jusqu'à ses trois mandats de premier ministre, Peres a été un acteur essentiel de la vie poilitique israélienne, pendant près de sept decennies. Il était unanimement respecté et très bien acceuilli sur la scène internationale.

Il obtient le Prix Nobel de la Paix en 1994 alors qu'il est ministre des Affaires étrangères, pous sa contribution aux accords d'Oslo.

Il sera Président de l'Etat d'Israël de 2007 à 2014.

En 2014 Shimon Peres reçoit le premier Prix du Mérite à Vie du B'nai B'rith Europe, decerné à des personnes exceptionnelles qui ont dédié au moins 40 ans de leur existence au bien-être du Peuple Juif et de l'Etat d'Israël.

Nous nous joignons au peuple d'Israël dans son deuil. Que le souvenir de Shimon Peres puisse toujours être une bénédiction.


Avis de décès-Barouh Dayan Haemet

zachor




Chers Frères et Sœurs,

Nous avons le regret de vous informer des décès de Moïse Rahmani (Loge Henry Jones, Bruxelles) et du Dr René Trau (Loge Mala Zimetbaum, Anvers)

MOISE RAHMANI

Moïse est né au Caire et en 1956 à l'âge de 12 ans, sa famille et lui émigrent vers le Congo Belge, et intègrent la communauté grecque sépharade. La famille quittera le Congo lors de la crise du Congo, au début des années 60.

Il a vécu en Belgique depuis 1980, et a travaillé dans le secteur du diamant. Il a été membre du B'nai B'rith pendant plus de 30 ans et a présidé de nombreuses années.

Dans les années 1990, il a lancé la revue trimestrielle Los Muestros que l'on retrouve sur le site wwww.sefarad.org (sous les publications de Institut Sépharade Européen] qui publie, entre autres, des nouvelles des communautés séfarades du monde entier. Moïse Rahmani a fait des recherches et écrit de nombreuses publications dont deux sur la communauté juive du Congo ex belge, foyer de beaucoup de ceux qui, comme une partie de sa famille, ont quitté leur maison ancestrale de l'île Rhodes pour l'ancienne colonie belge du Congo.

Auteur de nombreux ouvrages, et polyglotte, il reste pour ceux qui l'ont connu un ami, un érudit et un mentor.

Le BBE adresse à sa famille et sa loge toutes ses condoléances.


DR RENE TRAU

Ceux qui l'ont côtoyé gardent de lui le souvenir d'un ami, d'un homme dévoué à sa famille, d'un grand président très dévoué à la cause du B'nai B'rith. Le BBE est attristé par la perte d'un ancien membre du Comité Exécutif du B'nai B'rith Europe. Dr René Trau a servi avec distinction en tant que Vice-Président de 2011 à 2014, et a toujours suscité le respect de ses collègues. Le BBE adresse ses sincères condoléances à sa famille et à sa loge.

Plus d'articles...

Page 1 sur 10

Début
Précédent
1