Site en ANGLAISSite en FRANCAIS

NEWS - Actualités des Loges

Le Président du B’nai B’rith World Center Haim V. Katz et son Directeur Alan Schneider ont exprimé leur profonde tristesse suite au décès de Fred Simon Worms, OBE, Président Créateur du Conseil International d’Administration du B’nai B’rith World Center, ce matin à Jérusalem à l’âge de 91.

Fred Worms

Fred Worms était un adhérent  extrêmement dédicacé et généreux du World Center pendant presque 25 ans. Fred avait aussi servi en tant que membre du Conseil International de Gouverneurs du B’nai B’rith, Président de B’nai B’rith UK et Président de la Fondation B’nai B’rith Hillel à Londres.  Dans cette dernière capacité il dirigea  la création d’un réseau de Maisons Hillel qui fortifia de manière importante  la vie d’étudiants juifs aux campus britanniques.  Au cours de sa présidence de B’nai B’rith UK il fonda le B’nai B’rith Housing Trust qui construisait des logements  à prix réduit pour des séniors qui en avaient besoin.  En reconnaissance de son service aux personnes âgées en Grande Bretagne, Fred fut nommé Officier de l’Ordre de l’Empire Britannique (OBE) par la reine Elizabeth II en 1998.

Katz disait que Worms était un exemple excellent de conduite altruiste et philanthropie personnelle dans une vaste rangée d’institutions et initiatives qui réfléchissaient sa dévotion profonde  à la ville de Jérusalem, à l’Etat d’Israël, aux Juifs britanniques et au Peuple Juif. « Même au cours d’une vie aussi pleine que celle de Fred, il est difficile de comprendre  l’ampleur de ses activités de volontariat et philanthropiques », disait Katz.

Fred est née à Frankfurt, Allemagne. Il ira en Grande Bretagne en tant que jeune réfugié en 1937. Il se qualifia en expert comptable et, malgré sa poursuite d’une carrière commerciale réussie, dévouait beaucoup de son temps et de ses efforts à la Communauté juive. En dirigeant de cette Communauté, Fred Worms était un visionnaire qui servait de guide pionnier à la renaissance de l’éducation juive au Royaume Uni pendant plus de 50 ans ; aussi fut-il co-fondateur du « Immanuel College Jewish secondary school » à Londres. Par ailleurs il jouait des rôles de direction en tant que fondateur du Trust pour le développement d’éducation juive, président de la Société Juive Européenne de Publications et Président de l’Union Macchabé Mondiale. Pendant une période considérable il appuyait l’Université Hébraïque et fut membre de son Conseil, lançant, entre autres, le complexe épatant  du Village Scopus de logement des étudiants, qui a déjà eu un effet profond sur les vies de milliers d’étudiants.  Il a reçu un Doctorat Honoraire de Philosophie de l’université en 2007.  Il fut nommé membre honoraire du « Israel Museum » , où il fut responsable pour transporter la synagogue de Cochin en Inde à sa place actuelle au Musée et pour établir un pavillon d’arts.

En travaillant intimement avec son épouse Della, Fred laissait une emprunte indélébile sur l’éducation et la culture de Jérusalem, en aide à la « Pelech Experimental High School », la Efrata Elementary School, l’Institut Hartmann, au Centre communautaire de Gilo, à la Cinémathèque, aux Jardins Botaniques, à l’Orchestre Symphonique et au Collège de Technologie, et beaucoup d’autres institutions tous et toutes de Jérusalem. En 2011 Fred recevait le Prix Teddy Kollek en reconnaissance  de ses contributions exceptionnelles au rehaussement du développement social, culturel, éducatif et physique de la ville de Jérusalem.

Il y a trois ans, après une histoire d’amour de toute leur vie avec cette ville, et après être propriétaire d’une maison et vivant là de temps en temps pendant des décades, Fred et Della faisaient Aliya formellement.

Le directeur du B’nai B’rith World Center Alan Schneider disait que peu avant son décès Fred prit un intérêt actif dans les activités du Center et avait envisagé de participer à un évènement récent où un prix pour Journalisme qui reconnait l’excellence du reportage en Diaspora fut présenté.

L’absence de Fred sera gravement ressentie par tous et toutes qui le connaissaient.

(Traduit par Eric Marc)