Site en ANGLAISSite en FRANCAIS

NEWS - Actualités du B'nai B'rith

ARCHIVES DE L’ETAT D’ISRAEL

Publication spéciale : Le Quarantième Anniversaire du Massacre des Athlètes Israéliens à Munich .

Première Publication de Documents sur les Actions du Gouvernement Israélien Durant et Après le Désastre.





Lod Airport

Les cercueils des athlètes israéliens sur des voitures de l’armée à l’aéroport de Lod le 7 septembre 1972.

Introduction

« Cette nuit fut une véritable manifestation de schizophrénie. » C’est en ces termes que le Premier ministre Golda Méir décrivit cette nuit du 5 au 6 septembre 1972. Elle était alors assise avec des ministres et des aides vétérans dans son appartement de Jérusalem. Tous étaient dans un état de grande tension en suivant les rapports sur l’opération de sauvetage des otages israéliens à l’aéroport militaire de Fürstenfeld bruch près de Munich.  Aux environs de 1 h. du matin, on entendit un soupir de soulagement quand les nouvelles commencèrent à arriver en masse des medias d’Allemagne de l’Ouest. Elles annonçaient le succès de l’opération de la police bavaroise. A la radio et à la télévision d’Allemagne de l’Ouest, le présentateur officiel annonçait que tous les terroristes avaient été tués et que tous les otages israéliens étaient sains et saufs. Ces rapports étaient  largement cités dans le monde des médias. Cependant les rapports reçus toutes les cinq minutes de l’ambassadeur israélien en Allemagne de l’Ouest Eliashiv Ben-Horin, donnaient une image toute différente de la situation et faisaient naître l’inquiétude et l’incertitude. Selon lui, le chaos régnait, on entendait encore des tirs et on ne pouvait savoir ce qui s’était passé. Vers 3h du matin, des nouvelles inquiétantes commencèrent à arriver. C’est alors que Zvi Zamir, le chef du Mossad, l’intelligence-service d’Israël  pour les Opérations spéciales, qui se trouvait à l’aéroport, dit à Golda, au téléphone : « Je regrette de te dire que les athlètes n’ont pu être sauvés. Je les ai vus. Aucun n’a survécu. »

Telle fut la fin tragique d’un drame qui avait commencé à se dérouler aux premières heures du jour précédent. Huit terroristes palestiniens, membres du groupe terroriste Septembre Noir avaient pénétré furtivement dans deux des trois chambres du 31 de la  Connollystrasse du Village Olympique de Munich où se trouvait la délégation israélienne envoyée aux Jeux Olympiques. Deux des athlètes, Moshe Weinberg et Yossef Romano furent tués sur le coup et neuf autres furent réunis dans une pièce et gardés en otages. Les terroristes exigeaient la libération de 232 terroristes retenus en Israël et deux autres emprisonnés en Allemagne. Après l’échec de la tentative de sauvetage, l’affaire se termina par la mort de tous les otages et de cinq des huit terroristes.

De nombreux documents ne  peuvent pas être dévoilés au public….