Site en ANGLAISSite en FRANCAIS

NEWS - Actualités du B'nai B'rith

bbenewnov2

Les premiers juifs arrivés à Sarajevo en 1541 venaient de Salonique et étaient les descendants des Juifs Sépharades expulsés d'Espagne. Ils étaient artisans, marchands, médecins et pharmaciens et ont ramené leurs traditions, leur langue (ladino) et leur culture. En 1577, avec la permission des ottomans, ils ont construit leur quartier qui s'appelait « El Cortijo » (La Cour), et en 1580 avec le soutien d'un bienfaiteur turc, ils ont construit la première synagogue nommée La Vieille Cathédrale Juive de Sarajevo.

Sous le règne des ottomans, la communauté juive de Sarajevo a obtenu certains droits qui leur permettaient de développer la communauté ; les juifs ont été encouragés à poursuivre leur commerce international.

Au 17e siècle, les juifs ashkénazes, qui fuyaient les persécutions en Europe, ont rejoint les juifs sépharades à Sarajevo. Les deux communautés sont restées séparées jusqu'à ce qu'éclate la Deuxième Guerre Mondiale.

En 1697 les autrichiens ont occupé Sarajevo et ont détruit le quartier juif et brûlé la synagogue. Lorsque les ottomans ont repris la ville en 1739 ils ont accordé une reconnaissance officielle aux juifs. Finalement en 1856, les juifs avaient les mêmes droits légaux que le reste de la population.

La vie juive à Sarajevo a prospéré, on l'appelait la Petite Jérusalem ; il y avait plusieurs organisations communautaires et le premier journal en ladino a été publié, » La Alborada », un hebdomadaire scientifique et littéraire.

Après la Première Guerre Mondiale, la Bosnie est devenue une partie du Royaume de Yougoslavie, ce qui n'empêcha pas le développement de la communauté juive de Sarajevo. Tout a changé lorsque la Deuxième Guerre Mondiale a éclatée.

Jusqu'en 1941 il y avait entre 8.000 et 12.000 juifs qui vivaient à Sarajevo. Les fascistes croates, qui dirigeaient les déportations et les camps de concentration, ont tué 85% de la population juive. La plupart des survivants ont immigré en Israël dans les années 1948-1949.

Aujourd'hui, à Sarajevo, il y a approximativement 700 juifs pour une population totale de 400.00 habitants. Un Rabbin vient d'Israël pour les grandes fêtes (Eliezer Papo qui dirige le centre d'études sépharades à l'Université Ben Gourion). Il y a des services à Shabbat et certaines prières sont encore dites en ladino. Il y a un centre communautaire, un musée juif, un journal trimestriel « La Voix Juive » qui est toujours publié. La célèbre Haggadah de Sarajevo qui date du 14e siècle a été cachée pendant la Deuxième Guerre Mondiale et la Guerre des Balkans par le musée de Sarajevo. Malheureusement on ne peut la voir que pendant 4 jours spécifiques par an (aujourd'hui le musée est fermé au publique).

Le plus grand problème de la communauté juive est le vieillissement de sa population. Au cours de la Guerre des Balkans, les enfants de la communauté ont été envoyés en Israël pour préserver leur sécurité. Il n'y a que deux d'entre eux qui sont revenus. Aujourd'hui, il y a un vide dans la communauté dans la tranche d'âge de 30 à 40 ans. Au cours des 3 dernières années, il y a eu plus de 40 enterrements et une naissance.