Site en ANGLAISSite en FRANCAIS

NEWS - Actualités du B'nai B'rith

2013030aperesceremony
 
Au cours d'une cérémonie qui s'est tenue ce 5 mars au Palais d'Egmont, en présence du Prince Philippe, Shimon Peres, Président israélien, a remis à 22 citoyens belges le diplôme et la décoration de « Juste parmi les Nations ».
 
2013030bperesceremonyfr
 
Le titre de « Juste parmi les Nations » est décerné par l'institut israélien « Yad Vashem » en hommage aux non-Juifs qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs de la persécution, de la déportation et de l'extermination par les nazis et leurs complices. Cette reconnaissance est attribuée tant à des personnes encore vivantes qu'à titre posthume, à des proches de personnes aujourd'hui décédées. 1612 Belges ont déjà été reconnus « Justes parmi les Nations ». De nombreux sauveurs ne sont toutefois pas connus ou ont souhaité rester anonymes. On estime entre 28 000 et 30 000 le nombre de Juifs qui ont pu être sauvés en Belgique.
 
La cérémonie en l'honneur des « Justes parmi les Nations » clôture et couronne également l'année de présidence belge de l'« International Holocaust Remembrance Alliance » (précédemment appelé « Task Force for International Cooperation on Holocaust Education, Remembrance and Research »).
 
La Belgique a présidé pendant une année cette organisation intergouvernementale qui compte 31 États membres. Elle a été créée pour faire perdurer le souvenir de l'Holocauste (la Shoah) et pour encourager la recherche et l'enseignement.
 
En Belgique, l'année écoulée a aussi été l'occasion d'accorder une attention particulière au souvenir de l'Holocauste. Le 9 septembre, le premier ministre a reconnu la responsabilité de l'État belge dans la persécution des Juifs en Belgique et le Sénat belge a adopté au mois de janvier une position unique par une résolution approuvée à l'unanimité.
 
La recherche et l'enseignement, les monuments et les musées ne contribuent pas uniquement à faire connaître la Shoah et les circonstances et processus qui en sont à l'origine. Ils montrent également qu'il faut lutter à temps contre l'intolérance, le racisme et l'antisémitisme.
 
L'exemple des « Justes parmi les Nations » montre également qu'il est possible de résister, et surtout de ne pas être un suiviste et ce, même dans les circonstances les plus sombres. Les « Justes parmi les Nations » ont toujours adopté ce principe et ont sauvé la vie d'autrui au péril de la leur.