Site en ANGLAISSite en FRANCAIS

NEWS - Actualités des Loges et du B'nai B'rith

» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

alt
B'nai B'rith Europe joined the 7th Round Table of the European Commission with representatives of Jewish organizations in Brussels


B'nai B'rith Europe Director of the Brussels office, represented the President of B'nai B'rith Europe, Serge Dahan, during the 7th Round table of the European Commission gathering main European Jewish organizations.

B'nai International Director of EU affairs Benjamin Nägele, and EU Affairs policy advisor Dany Prist, represented B'nai B'rith International.

The meeting focused on the monitoring results of illegal hate speech online as well as on the counter terrorism measures addressed by Gilles de Kerchove, EU Counter-Terrorism coordinator.

B'nai B'rith Europe, through the Director of the Brussels office, had the opportunity to present its actions and its commitment in this fight against anti-Semitism in Europe by evoking the publication project of a compendium on anti-Semitism which includes an analysis of the

various forms of anti-Semitism, basing itself on the real life experiences of its representation in 25 countries in Europe.


B'nai B'rith Europe a participé à la 7ème Table Ronde de la Commission Européenne avec les Organisations Juives à Bruxelles

La Directrice du bureau du BBE à Bruxelles a représenté le Président du B'nai B'rith Europe, Serge Dahan, lors de la 7ème Table Ronde de la Commission Européenne réunissant les principales organisations Juives européennes.

Benjamin Nägele, Directeur des Affaires Européennes pour le B'nai B'rith International et Dany Prist, conseiller en politique, ont représenté le B 'nai B 'rith International.

La réunion s'est focalisée sur les résultats du contrôle de discours haineux illégaux en ligne ainsi que sur les mesures antiterroristes adressées par Gilles de Kerchove, Coordinateur de la lutte antiterroriste.

Le B'nai B'rith Europe, par le voix de la Directrice du bureau du BBE à Bruxelles, a eu l'opportunité de présenter ses actions et son engagement dans ce combat contre l'antisémitisme en Europe et a évoqué le projet de publication d'un recueil sur l'antisémitisme qui inclut une analyse des différentes formes d'antisémitisme en se basant sur le vécu de ses représentations dans 25 pays en Europe.
» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

alt
Serge Dahan, President of B'nai B'rith Europe, participated in the International Holocaust Remembrance Day ceremony organized by the European Parliament


Brussels, January 24th, 2018

The International Holocaust Remembrance Day ceremony organized by the European Parliament with the support of the European Jewish Congress was chaired by Mrs Mairead McGuinness, First Vice-president of the European Parliament and was held in presence of Mrs Livia Jaroka, Vice-president of the European Parliament and rapporteur to the European Union on the European strategy with regard to Roms, Mr Moshe Kantor, President of the European Jewish Congress, Mr Yuli Edelstein, President of the Knesset, Chief Rabbi Guigui, representing the conference of European rabbis, holocaust survivors from the Jewish community and from the Rom community, European members of the Parliament and representatives of Jewish organizations.

Serge Dahan, President of B'nai B'rith Europe, Thomas Kraus, President of the Rebirth Czech Republic Lodge, member of BBE Executive committee and the Director of the Brussels office represented B'nai B'rith Europe at this ceremony.

Mrs Mairead McGuinness, First Vice-President of the European Parliament, emphasized the importance of the International Holocaust Remembrance Day on January 27th, date of the liberation of Auschwitz concentration camp and the resolution of the United Nations named "Memory of the Holocaust", which encourages States to promote educational projects and to protect memory places related to the Holocaust. This resolution condemns any attempt of holocaust denial or religious intolerance and begins to promote a program on the United Nations level in order to perpetuate the Holocaust memory and to prevent that such an event repeats itself.

Mairead McGuinness expressed her intention to personally visit Auschwitz in the course of this year. She indicated that each citizen should make this journey to guarantee that such a crime against humanity does not repeat.

Moshe Kantor, European Jewish Congress President, declared that "while personal memories short, our political memory and the lessons that the political class of Europe draws from the Holocaust must remain".

"The European Union urgently needs to demonstrate that it will tirelessly defend pluralism and the rule of law" Mr Kantor continued.

Yuli Edelstein, representing the State of Israel, President of Knesset, denounced the contradictory messages of the European Parliament, in particular for failing to condemn, during their last trip to Tehran, the Iranian cartoon contest on the holocaust.
Mr. Edelstein asked what did we learn from the holocaust if synagogues require today a protection around the clock, if jews do not carry the kippah and star of David out of fear of being attacked.

Kaddish recited by Chief Rabbi Guigui followed by a minute of silence closed the ceremony in memory of victims of the Holocaust.
altalt


Serge Dahan, Président du B'nai B'rith Europe, a participé à la Cérémonie de la Journée Internationale de Commémoration de l'Holocauste organisée par le Parlement Européen

Bruxelles le 24 Janvier 2018

La cérémonie de la Journée Internationale de Commémoration de l'Holocauste organisée par le Parlement Européen avec le soutien du Congrès juif Européen, présidée par Madame Mairead McGuinness, Première Vice-présidente du parlement européen, s'est tenue en présence Madame Livia Jaroka, Vice-présidente du parlement européen et rapporteur à l'Union européenne sur la stratégie européenne à l'égard des Roms, Monsieur Moshe Kantor, Président du Congrès juif Européen, Monsieur Yuli Edelstein, Président de la Knesset, Monsieur le Grand Rabbin Guigui, représentant la conférence des rabbins européens, des survivants de l'holocauste issus de la communauté juive et de la communauté rom, des parlementaires européens et des représentants d'organisations juives.

Serge Dahan, Président du B'nai B'rith Europe, Thomas Kraus, Président de la Loge Renaissance République Tchèque, membre du Comité Exécutif du BBE et la Directrice du Bureau de Bruxelles représentaient le B'nai B'rith Europe à cette cérémonie.

Madame Mairead McGuinness, Première Vice-présidente du Parlement Européen, a rappelé l'importance de la Journée Internationale de Commémoration de l'Holocauste du 27 janvier, date anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz et la résolution des Nations Unies intitulée « Mémoire de l'Holocauste » qui encouragent les États à promouvoir des projets éducatifs et à protéger les lieux de mémoire liés à l'Holocauste.

Cette résolution condamne toute manifestation qui viserait à la négation de l'holocauste, l'intolérance religieuse et s'engage à promouvoir un programme au niveau des Nations unies afin de perpétuer la mémoire de l'Holocauste et empêcher qu'un tel évènement ne se reproduise.

Mairead McGuinness a exprimé son intention de visiter personnellement le camp d'Auschwitz Birkenau dans le courant de cette année. Elle a indiqué que chaque citoyen devrait faire ce voyage pour garantir qu'un tel crime contre l'humanité ne se répète.

Moshe Kantor, Président du Congrès Juif Européen, a déclaré que si la mémoire personnelle décline, la mémoire politique et les leçons apprises par holocauste doivent perdurer ajoutant "l'union Européenne doit démontrer une détermination intransigeante pour défendre le pluralisme et le droit".

Yuli Edelstein, représentant l'Etat d'Israël, Président de la Knesset, a dénoncé les messages contradictoires du parlement européen, notamment en ne condamnant pas, lors d'un dernier voyage à Téhéran, le concours iranien de caricatures sur l'Holocauste.

Mr Edelstein a interpellé l'assemblée en demandant ce qui a été appris de l'holocauste si les synagogues ont besoin aujourd'hui d'une protection 24h/24, si les juifs ne portent pas la kippa et l'étoile de David par peur de se faire attaquer.

Le Kaddish récité par le Grand Rabbin Guigui, suivi d'une minute de silence ont clôturé cette cérémonie à la mémoire des victimes de l'Holocauste.
» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

alt
B'nai B'rith Europe is outraged by the bill approved Friday, January 27 by the Polish Parliament prohibiting any expression suggesting a link between Poland and the crimes Nazis made on his territory


The Polish Parliament chose on Friday, January 27, date of the International Holocaust Remembrance Day, to approve a law prohibiting any communication suggesting a link between Poland and the Nazis crime made on its territory during the Second World War. According to this new legislation, using terms such as "polish death camp" can result in a prison sentence.

In May 2002, Polish politicians and personalities called for apology President Barack Obama for having designated "polish death camp" the exterminations camps built by Nazi Germany in the occupied Poland, during a ceremony at the White House in posthumous tribute to Jan Karski, former polish officer who provided the Westerners with testimonies on the Nazi policy extermination of the Jews.

In answer to many criticisms, Polish Prime Minister Mateusz Morawieci affirmed "Auschwitz-Birkenau is not a Polish name and Arbeit macht frei is not a Polish expression" supporting the thesis that the use of term "Polish death camp" gives a distorted impression that Poland is responsible for the Shoah.

The President of B'nai B'rith Europe, Serge Dahan, quoting Albert Camus "To call things by incorrect names is to add to the world's misery" is indignant and condemns this legal text which he considers as a new attempt at rewriting history.

For Yad Vashem this text "is liable to blur the historical truths regarding the assistance the Germans received from the Polish population during the Holocaust."

Israel's president, Reuven Rivlin, recalled a statement Poland's then-President Aleksander Kwaśniewski, who in 2000 told the Israeli parliament that "one cannot fake history, one cannot rewrite it, one cannot hide the truth. Every crime, every offence must be condemned, denounced, must be examined and exposed."

B'nai B'rith Europe emphasizes that if it is true that the death camps were built in Poland whereas Poland was under occupation Nazi, a rewriting of the history which would seek to deny complicities in the crimes committed against the Jews on the Polish territory during the Second World War is intolerable in the name of the truth and is an insult in memory of victims of the Shoah.

To come into effect, this text must be voted by the Senate and signed by the Polish President, therefore B'nai B'rith Europe requires from the Polish government to modify this bill before its definitive adoption.

The President of B'nai B'rith Europe, Serge Dahan, asks from all B'nai B'rith Europe representatives to quickly meet Polish ambassadors in their countries of origin to spread the position of B'nai B'rith




B'nai B'rith Europe est indigné par le projet de loi approuvé vendredi 27 janvier par le parlement polonais interdisant toute expression suggérant un lien entre la Pologne et les crimes nazis commis sur son territoire

Le parlement polonais a choisi le vendredi 27 janvier, date de la Journée Internationale à la mémoire des victimes de l'Holocauste, pour approuver une loi interdisant toute expression suggérant un lien entre la Pologne et les crimes nazis commis sur son territoire pendant la Seconde Guerre Mondiale. Selon cette nouvelle législation, le terme « camp d'extermination polonais » serait passible d'une peine d'emprisonnement.

Déjà en mai 2012 des hommes politiques et des personnalités polonaises avaient demandé au Président américain Barack Obama des excuses pour avoir désigné « camps polonais de la mort » les camps d'extermination installés par l'Allemagne nazie en Pologne occupée, lors d'une cérémonie donnée à la Maison Blanche en hommage posthume à Jan Karski , ancien officier polonais qui a fourni aux occidentaux des témoignages sur la politique d'extermination des Juifs par les nazis.

En réponse aux nombreuses critiques, le Premier Ministre polonais Mateusz Morawieci a affirmé « Auschwitz-Birkenau n'est pas un nom polonais et Arbeit macht frei n'est pas une expression polonaise » soutenant la thèse que l'utilisation du terme « camps de la mort polonais » donne la fausse impression que la Pologne est responsable de la Shoah.

Le Président du B'nai B'rith Europe, Serge Dahan, citant Albert Camus « Mal nommer les choses ajoute au malheur du monde » s'indigne et condamne ce texte de loi qu'il considère comme une nouvelle tentative de réécriture de l'histoire.

Pour Yad Vashem ce texte est « susceptible de brouiller la vérité historique concernant l'assistance que les Allemands ont reçue de la part de la population polonaise durant l'Holocauste ».

Le Président d'Israël, Reuven Rivlin, a rappelé une déclaration de l'ancien président, Aleksander Kwaśniewski, qui avait déclaré en 2000 au parlement israélien « qu'on ne peut pas faire semblant avec l'histoire, on ne peut pas la réécrire, on ne peut cacher la vérité ».

Le B'nai B'rith Europe tient à affirmer que s'il est vrai que les camps d'extermination ont été construits en Pologne alors que la Pologne se trouvait sous occupation nazi, une réécriture de l'histoire qui chercherait à nier des complicités dans les crimes commis contre les juifs sur le territoire polonais pendant la seconde guerre mondiale est intolérable au nom de la vérité et est une insulte à la mémoire des victimes de la shoah.

Pour entrer en vigueur, ce texte doit être voté par le Sénat et signé par le Président polonais aussi le B'nai B'rith Europe demande au gouvernement polonais de modifier cette loi avant son adoption définitive.

Le Président du B'nai B'rith Europe, Serge Dahan, demande à tous les représentants du B'nai B'rith en Europe de rencontrer rapidement dans leurs pays d'origine les ambassadeurs de Pologne afin de faire connaître la position du B'nai B'rith Europe qui dénonce ce projet de loi et qui demande au gouvernement polonais de modifier cette loi avant son adoption définitive.
» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

alt
B'nai B'rith Europe joined the 7th Round Table of the European Commission


with representatives of Jewish organizations in Brussels

B'nai B'rith Europe Director of the Brussels office, Hanna Kalmenson, represented the President of B'nai B'rith Europe, Serge Dahan, during the 7th Round table of the European Commission gathering main European Jewish organizations.

B'nai International Director of EU affairs Benjamin Nägele, and EU Affairs policy advisor Dany Prist, represented B'nai B'rith International.

The meeting focused on the monitoring results of illegal hate speech online as well as on the counter terrorism measures addressed by Gilles de Kerchove, EU Counter-Terrorism coordinator.

B'nai B'rith Europe, through Hanna Kalmenson, had the opportunity to present its actions and its commitment in this fight against anti-Semitism in Europe by evoking the publication project of a compendium on anti-Semitism which includes an analysis of the

various forms of anti-Semitism, basing itself on the real life experiences of its representation in 25 countries in Europe.



B'nai B'rith Europe a participé à la 7ème Table Ronde de la Commission Européenne

avec les Organisations Juives à Bruxelles

Hanna Kalmenson, Directrice du bureau du BBE à Bruxelles a représenté le Président du B'nai B'rith Europe, Serge Dahan, lors de la 7ème Table Ronde de la Commission Européenne réunissant les principales organisations Juives européennes.

Benjamin Nägele, Directeur des Affaires Européennes pour le B'nai B'rith International et Dany Prist, conseiller en politique, ont représenté le B 'nai B 'rith International.

La réunion s'est focalisée sur les résultats du contrôle de discours haineux illégaux en ligne ainsi que sur les mesures antiterroristes adressées par Gilles de Kerchove, Coordinateur de la lutte antiterroriste.

Le B'nai B'rith Europe, par le voix d'Hanna Kalmenson, a eu l'opportunité de présenter ses actions et son engagement dans ce combat contre l'antisémitisme en Europe et a évoqué le projet de publication d'un recueil sur l'antisémitisme qui inclut une analyse des différentes formes d'antisémitisme en se basant sur le vécu de ses représentations dans 25 pays en Europe.
» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.


alt

INFORMATION

Gathering in front of the Court of Appeal of Metz

18th January 2018
The Lodges of the East region of B'nai B'rith France organized a gathering in front the Court of Appeal of Metz on Thursday, January 18, 2018 on the occasion of the appeal trial against the incitement to boycott of the president of BDS 57.

BDS 57 movement had called for the Boycott of the products of the Israeli pharmaceutical firm TEVA.
They were present in front of the Court of Appeal to spread misleading slogans, which are factors of hatred, support anti-Semitism and rejection of the other.

The Lodges of the French East area took once again the initiative of a mobilization to denounce the BDS movement and the calls to boycott that were already condemned in France.

"In spite of an abominable weather, rain and cold gusts wind, members of B'nai B'rith and the community militated bravely and with courage against BDS. They remained in front of the BDS activists during more than one hour.

An important police force was in place and some members of B'nai B'rith of Metz could attend the audience" wrote Michel Gerstenhaber.

Serge Dahan, President of B'nai B'rith Europe wish to thank our brother Jacques Sicherman, Vice-president of the Elie Bloch Lodge of Metz, our brother Michel Gerstenhaber and all the sisters and brothers of B'nai B'rith of the East region who mobilized themselves to denounce, track and fight against this denigration campaign, which is untrue and discriminatory, and to fight against the BDS Movement "Boycott, Investment withdrawal, Sanctions".

Ladies and Gentlemen of BDS, "Bleat, stamp, grind teeth; your lies will certainly affect duplicity and sometimes ingenuous naivety but to in no case reality and truth." Flaubert.



INFORMATION

Rassemblement devant la Cour d'Appel de Metz

Le 18 janvier 2018


Les Loges de la région Est du B'nai B'rith France ont organisé un rassemblement devant la Cour d'Appel de Metz le Jeudi 18 janvier 2018 à l'occasion du procès en appel contre l'incitation au boycott du président de BDS 57.

BDS 57 avait appelé au Boycott des produits de la firme pharmaceutique israélienne TEVA.

Le mouvement était présent devant la Cour d'Appel pour propager des slogans mensongers, facteurs de haine, qui favorisent antisémitisme et rejet de l'autre

Les Loges de la région Est ont une nouvelle fois pris l'initiative d'une mobilisation pour dénoncer le mouvement BDS et les appels au boycott déjà condamnés en France.

« Malgré un temps abominable, pluie, vent froid, bourrasques, les membres du B'nai B'rith et de la communauté, courageuses et courageux militants pour la lutte contre le BDS, sont restés pendant plus d'une heure debout face aux activistes de BDS. Un important dispositif policier était en place et quelques membres du B'nai B'rith de Metz ont pu assister à l'audience » écrit Michel Gerstenhaber.

Serge Dahan, Président du B'nai B'rith Europe tient à remercier notre frère Vice-Président de la Loge Elie Bloch de Metz Jacques Sicherman, notre frère Michel Gerstenhaber et toutes les sœurs et tous les frères du B'nai B'rith de la région Est qui se sont mobilisés pour dénoncer, traquer et combattre cette campagne de dénigrement, mensongère et discriminatoire, le mouvement BDS « Boycott, Désinvestissement, Sanctions ».

Mesdames et Messieurs du BDS « Bêlez, trépignez, grincez des dents; vos mensonges entameront certainement la duplicité et la naïveté parfois ingénue mais en aucun cas la réalité et la vérité. » Flaubert.
» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

B'nai B'rith, profoundly worried by the arrival of ministers of far right-wing in the Austrian Government directed by Sebastian Kurz, calls for the outburst of the democrats

alt

The head of Christian Democrat party Sebastian Kurz which was invested on Monday December 18 by the Head of State, Alexander Van der Bellen, reached an agreement with the far-right party to form his government, composed of 14 ministers of which six belong to the FPÖ.

The extreme right party is arriving in force in the new Austrian government with three sovereign positions, Defence, Interior and Foreign affairs.

This alliance between the conservatives and the FPÖ in Austria confirms the strong rise of the populist parties in several European countries. The European Commissioner Pierre Moscovici declared "the situation is undoubtedly different compared to the precedent of the year 2000. But the presence of far right party at the heart of power is never harmless!"

While the new Austrian government recognized explicitly the Jewish character of the State of Israel and while new Chancellor Sebastian Kurz ensured that his objective is "zero tolerance" towards anti-Semitism, the return to power of the party founded by former Nazis causes a strong concern within the Jewish Austrian Communities (IKG) and the Jewish Communities in all Europe. The Mauthausen Committee, an organization of deportees, actually considered FPÖ party as being "incurable".

B'nai B'rith Europe and its President Serge Dahan are thus deeply anxious by the latest information coming from Austria.

The Austrian Government becomes today the only one in Western Europe to count in its ranks a party of extreme right.

President of B'nai B'rith Europe calls for a fast and energetic reaction from the European Union governments as it was the case in 2000 at the time of the first alliance between the conservatives and the Austrian extreme right-wing party.

============================================

Le B'nai B'rith Europe profondément inquiet par l'arrivée de ministres d'extrême-droite dans le Gouvernement autrichien dirigé par Sebastian Kurz appelle au sursaut des démocrates

Le chef du parti chrétien-démocrate Sebastian Kurz qui a été investi lundi 18 décembre par le chef de l'État, Alexander Van der Bellen, a conclu un accord avec le parti d'extrême-droite pour former son gouvernement composé de 14 ministres dont six appartiennent au FPÖ.

L'extrême-droite fait donc une entrée en force dans le nouveau gouvernement autrichien avec trois postes régaliens, la Défense, l'Intérieur et les Affaires étrangères.

Cette alliance entre les conservateurs et le FPÖ en Autriche confirme la forte montée des partis populistes dans plusieurs pays européens. Le commissaire européen Pierre Moscovici a déclaré « La situation est sans doute différente par rapport au précédent de l'an 2000. Mais la présence de l'extrême droite au pouvoir n'est jamais anodine! ».

Alors que le nouveau gouvernement autrichien a reconnu explicitement le caractère juif de l'Etat d'Israël et que le nouveau Chancelier Sebastian Kurz a assuré que son objectif est une « tolérance zéro » envers l'antisémitisme, le retour au pouvoir du parti fondé par d'anciens nazis suscite une forte inquiétude au sein des Communautés israélites (IKG) d'Autriche et de toute l'Europe. Le Comité Mauthausen, une organisation de déportés, a notamment jugé « incurable » le parti FPÖ.

Le B'nai B'rith Europe et son Président Serge Dahan sont donc profondément inquiets par les dernières informations en provenance d'Autriche.

Le Gouvernement autrichien devient aujourd'hui le seul en Europe occidentale, à compter dans ses rangs un parti d'extrême droite.

Le Président du B'nai B'rith Europe appelle donc à une réaction rapide et énergique des gouvernements de l'union européenne comme ce fut le cas en 2000 lors d'une première alliance entre les conservateurs et l'extrême droite autrichienne.

Plus d'articles...

Page 2 sur 12

2