Culture & Histoire


» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

By Gilberte JACARET

PR441 1

Le World Trade Center en bleu blanc rouge par solidarité avec Paris

Welcome to World War Three
The Paris attack is directly tied to events in Syria and Iraq; this was not an intelligence failure but rather the failure of the West to see itself as in a total war vs. radical Islam.
Ynet, Nov.14, 2015 Ron Ben Yishai

It is time that we came to the realization: we are in the midst of World War III. A war that will differ from the others but will take place all over the globe, on land, air and sea. This is a war between jihadist Islam and Western civilization; a war between radical Islam and all those who refuse to surrender to its values and political demands.

This war will, of course, have to be fought on the ground – with American, British and French divisions and tanks that will fight in Syria and Iraq, but also with security measures taken at border crossings and by special forces and intelligence agencies in Belgium, France and Germany as well as in the Philippines, China and Russia. This war will be conducted on the Mediterranean Sea as well as in the air with combat aircraft bombarding concentrations of ISIS and al-Qaeda fighters across Asia and Africa and security measures taken at airports and passenger aircraft worldwide. This is what the third world war will look like, which Israel has been a part of for a while now.

Indications from the Paris attack immediately pointed to Islamic State, and after they took responsibility for it – it is possible to discern the strategy set forth by the organization: Painful blows of terror at targets easy for them to operate in and which allow them to claim a mental victory with minimal effort and risk.

PR441 2

Paris terror attack

One can identify the beginning of the current offensive with the Russian plane explosion over Sinai three weeks ago. The Paris attack was directed according to the same strategy. It is likely that the attack had been planned over many months, but the background is the same as that of the plane attack: ISIS is now taking heavy blows in Syria and Iraq and is losing several of its important outposts in the heart of the Islamic caliphate it wants to establish.

Therefore ISIS is attacking its enemies' rear and Europe, as usual, is the first to get hit. ISIS and al-Qaeda prefer striking in Europe because it is considered the cradle of Christianity and Islamic fundamentalist organizations still see it as the homeland of the Crusaders, who just as in the past, are at present waging a religious and cultural war on Islam. France and Paris were chosen as a target as France stood at the forefront of the cultural and religious struggle against radical Islam. It is also the easiest target to attack.

Why France?

France was the target of a combined assault of radical Islam not just because it has a tradition of human rights and freedom of movement, but because France and French culture symbolize everything that radical Islam is afraid of and is in an all-out war against. France enacted a ban on women to wear the hijab in public places, the Supreme Court allowed the magazine Charlie Hebdo to publish caricatures of the Prophet Muhammad and President Francois Hollande recently refused Iranian President Rouhani's request to not have alcohol served at a dinner in his honor. All these are challenges to the jihadists that no one else in the West have yet dared emulate. So that is the primary reason that France mourns the murder of at least 129 people.

PR441 3

French headlines: "This time it's war", "War in central Paris"

The second reason is that France has the biggest and most established Muslim population in Europe that lives in large urban concentrations, mostly poor neighborhoods. These are ideal soil for the preaching of radical Islam in neighborhood mosques. The terrorists yesterday spoke French fluently and one can assume that at least some were French citizens of North African descent and other Muslim countries in Africa and Asia. They could thus assimilate into the population to choose destinations, collect information about them and flee from them after their attack.

It was not clear if all the terrorists were suicide bombers or whether some of them escaped. That is why the French government imposed a partial curfew and ordered troops into the streets in many cities, the same measures taken by Israel when the current wave of terrorism began. The aim is that the very presence of many security personnel can deter copycat attacks or the continuation of ongoing attacks.

The third reason is the fact that France is in the heart of Western Europe and it is surrounded by states with large Muslim immigrant communities. The freedom of movement between European countries as per the Schengen Agreement allows the jihadists to utilize these communities to both find terrorist fighters who have been through the baptism of fire in the Middle East and to smuggle weapons required to perform attacks.

PR441 4

One of the wounded in the Paris attack (Photo: Reuters)

Huge quantities of arms and ammunition arrive in Europe from Libya via Sicily, Malta, Greece and many other places. These Libyan weapons move like a deadly wave through Europe, are available to anyone interested in them and can be moved about without any difficulty, as we have seen in previous attacks, from state to state. The same is true with explosives, although terrorists are able to manufacture explosives from local products - acetone and hydrogen peroxide, for example. The information is available to everyone, and Hamas had already shown during the second intifada how to equip a terrorist with an explosive belt containing homemade explosives which are no less deadly. A similar process took place in Iraq, and now France is taking a hit from it.

Another reason for choosing France is that it is considered the center of and the pinnacle of European culture and it is to a great extent a world city of the first order. Therefore the attack there has the greatest effect on people's consciousness. Horror is effectively spread. It appears that the attackers were equipped with the pages of messages that declared so that those victims who survive would be able to cite to a media thirsty for every detail. "You bomb us in Syria and we bomb you in Paris," was heard.

PR441 5

Terror victim in Paris attack (Photo: Reuters)

They also were dressed in frightening clothing, right out of a Hollywood horror movie, but the weapons and explosives were real. ISIS mixes the virtual world with the real world fluidly and this is the secret of its success and its appeal to young Muslims in the West.

A change of perception needed

To carry out terrorist attacks in seven different locations requires lots of time and elaborate organization. One has to plan, to stockpile weapons and explosives, choose targets, collect information about the targets ahead of the attack, recruit attackers some of whom are willing to die in suicide attacks and tour the scene of the attack and prepare nearby before the actual attack. Therefore, it is reasonable to estimate that the attack was planned and prepared months ago and was kept on hold for a strategically opportune moment.

We need to prepare for further attacks not only in France, but throughout Europe. To this end, Europe will need to resume full control its borders and will having to boldly deal with the dilemma of protecting human and individual rights versus the need to provide security. So far EU countries have preferred, and they can't be condemned for it, the individual liberty of citizens over the defense against terrorism. Now Europe and especially France will have to reach the conclusion that the most important individual right is the right to life.

There's no specific intelligence failure here but rather a total failure of perception that requires rethinking. The West will have to establish a joint intelligence apparatus that will perform assessments and issue immediate alerts - and this concerns not only France and Western Europe but also Russia, China and other countries. European countries will have to establish special forces and station them in large, as well as medium and small, urban concentrations to be able to react quickly to any warning or intelligence information.

The way Israel manages to gather intelligence and act on it quickly with the Border Police counter-terrorism unit and Shin Bet's operational unit must serve as a model. It is clear that European bureaucrats, EU officials, will at first oppose the adoption of this model - but reality will probably force it upon them. They also will have to enact legislation to enable the mechanisms set up for intelligence gathering and rapid reaction to decisively prevent attacks before they occur and handle them quickly if they have already started to take place.

The world war between murderous fundamentalist Islam and Western civilization - and basically anyone and anything not Muslim – will have to be waged without compromise and without half-steps on land, air and sea. Brussels may not like it - but we're all in the same boat. And no, the current wave of terrorism has nothing to do with the "occupation of Palestine".

Three Teams of Coordinated Attackers Carried Out Assault on Paris, Officials Say; Hollande Blames ISIS

PARIS — Three teams of Islamic State attackers acting in unison carried out the terrorist assault in Paris on Friday night, officials said Saturday, including one assailant who may have traveled to Europe on a Syrian passport along with the flow of migrants.
"It is an act of war that was committed by a terrorist army, a jihadist army, Daesh, against France," President François Hollande told the nation from the Élysée Palace, using an Arabic acronym for the Islamic State. "It is an act of war that was prepared, organized and planned from abroad, with complicity from the inside, which the investigation will help establish."
As the death toll rose to 129 — with 352 others wounded, 99 of them critically — a basic timeline of the attacks came into view.
The Paris prosecutor, François Molins, said the attackers were all armed with assault rifles and suicide vests. Their assault began at 9:20 p.m. Friday, when one terrorist detonated a suicide bomb outside the gates of the soccer stadium on the northern outskirts of Paris. It ended at 12:20 a.m. Saturday when the authorities stormed a concert hall, the Bataclan. One attacker there was killed; two others detonated suicide vests. Inside the hall, 89 people, who had been listening to a rock band, had been shot to death.

PR441 6

...The man with the Syrian passport — which Greek officials said had been registered at the Aegean island of Leros on Oct. 3 — was 25, and died at the stadium. Another assailant, who died at the concert hall, was 29 and a native of Courcouronnes, about 20 miles south of Paris. He had a criminal record and was known to be involved in extremist Islamic ideology, Mr. Molins said.

The hunt for possible accomplices of the terrorists gained steam on Saturday. Officials in Belgium announced three arrests, one of them linked to a rental car found in Paris. In Germany, the police were exploring whether a man they arrested last week with weapons in his car and his GPS navigator set for Paris was linked to the attacks. But it remained unclear how a plot of such sophistication and lethality could have escaped the notice of intelligence agencies, both in France and abroad.

Mr. Hollande declared three days of national mourning, and said that military troops would patrol the capital. France remained under a nationwide state of emergency.
Mr. Hollande vowed to "be unforgiving with the barbarians from Daesh," adding that France would act within the law but with "all the necessary means, and on all terrains, inside and outside, in coordination with our allies, who are, themselves, targeted by this terrorist threat."

The attacks, and the possibility that the Islamic State was to blame, promised to further traumatize France and other European countries already fearful of violent jihadists radicalized by the conflicts in Syria and elsewhere.

The possibility that one of the attackers was a migrant or had posed as one is sure to further complicate the already vexing problem for Europe of how to handle the unceasing flow of people from Syria, Iraq, Afghanistan and elsewhere. It could also lend weight to the xenophobic arguments of right-wing populists like Marine Le Pen, the leader of the National Front party, who on Saturday held a news conference to declare that "France and the French are no longer safe."

Mr. Hollande actively stepped up French participation in the military air campaign in Syria at the end of September. Just last week, France attacked oil operations under the Islamic State's control in Syria. On Oct. 8, it conducted a targeted strike against militants in Raqqa, Syria, apparently against Salim Benghalem, a Frenchman fighting for the Islamic State.

The attacks, and the threat of the Islamic State, are likely to dominate a summit meeting of leaders of the Group of 20 nations that starts on Sunday in Turkey. President Obama will attend; Mr. Hollande is staying in Paris and sending representatives.

Paris, stricken by shock and grief, remained in a state of lockdown, with public transportation hobbled and public institutions — schools, museums, libraries, pools, food markets — closed. Charles de Gaulle Airport remained open, but with significant delays because of tighter passport and baggage checks.

The archbishop of Paris, Cardinal André Vingt-Trois, said he would celebrate a Mass at the Cathedral of Notre-Dame on Sunday for the victims, their families and France. "Our country has once again known pain and mourning and must stand up to the barbarism propagated by fanatical groups," he said......

The death toll far surpassed that of a massacre at the satirical newspaper Charlie Hebdo and related attacks by Islamic extremists around the French capital in January. Friday's attacks were the deadliest in Europe since the 2004 train bombings in Madrid, which killed 191 people. And it prompted Mr. Hollande to pronounce a state of emergency, the first time in France since 2005, when riots rocked downtrodden urban areas across the country.

Parisians were left struggling to make sense of their new reality.....

Chancellor Angela Merkel of Germany gave an emotional national address on Saturday pledging solidarity with the French government and people, and calling on Europeans to stand together in defiance of an attack on the liberties the Continent represents.

"We, your German friends, we are so close with you," said Ms. Merkel, dressed in black. "We are crying with you. Together with you, we will fight against those who have carried out such an unfathomable act against you."

"Those who we mourn were murdered in front of cafes, in restaurants, in a concert hall or on the open street. They wanted to live the life of free people in a city that celebrates life," she said, her voice breaking. "And they met with murderers who hate this life of freedom."

The French foreign minister, Laurent Fabius, meeting on Saturday in Vienna with Secretary of State John Kerry and other top diplomats to discuss the continuing crisis in Syria, said the attacks highlighted the urgency of the talks. "It is more necessary than ever in the current circumstance to coordinate the international fight against terrorism," he said.

In the United States, there was no sign of a direct threat to American cities, but the F.B.I. was reviewing cases involving the Islamic State as a precaution. The F.B.I. will send a team of agents to Paris to assist with the investigation, law enforcement officials said.

France outlaws Boycott, Divestment and Sanctions (BDS)

Without any legal doubt, the simple call to boycott Israeli products is totally illegal in France and severely punished.

PR441 7

Two judgments of the French Supreme Court Cour de Cassation) of October 20 make France one of the few countries in the world, and the only democracy where the boycott call by movement associations or citizen to criticize the policy of a third State is prohibited.

On October 20th, France's Supreme Court judged the call to boycott Israeli products illegal. The Supreme court confirmed the condemnations by the Court of Appeal of Colmar (East of France) of 14 BDS militants who had called for boycott in Carrefour retailed hypermarket to pay 28 000 euros of damages and a suspended fine of 1 000 euros each.

The French Supreme Court Cour de Cassation considered boycott "a provocation to discrimination, or hatred or violence towards a person or a group of persons because of their origin or belonging to an ethnical group, a nation, a race or a determined religion" (article 24, §8, of the French Press law).

Only state boycotts, i.e. embargos are legal.
In their decision, the judges declared that freedom of expression can be under restrictions or sanctions as necessary measures in a democratic society to defend the order and protect the rights of the others.
The BDS lawyer said he is determined to bring the case to the European Court of Human Rights, under article 10 of the European convention of human rights on freedom of expression.

Netanyahu returns with progress on Iran, Syria while Palestinian issue remains dead-locked
Jerusalem Post, Nov.13, 2015

During their meeting at the White House, Netanyahu and Obama laid the groundwork to prepare a Memorandum of Understanding to replace the one that expires in 2017.
Prime Minister Benjamin Netanyahu returned to Israel from Washington on Thursday reporting progress on reaching a new 10-year Memorandum of Understanding with the US to provide Israel with additional military aid.

With a handshake and a smile in the Oval Office, he left with the impression that he has put behind him a year of public acrimony with US President Barack Obama on the Iran deal.

"It was a successful trip," an Israeli official said. "We had a very good meeting with the president and we discussed ways to expand our [security] coordination with the administration in different areas to deal with regional threats."

Netanyahu is working to forge a united front with the US to contain Iran's aggressive behavior in the region and ensure its compliance with the limits the deal places on its nuclear program.

During their meeting at the White House, Netanyahu and Obama laid the groundwork to prepare a Memorandum of Understanding to replace the one that expires in 2017.

The existing memorandum provides Israel with $3.1 billion annually in military assistance. Netanyahu wants to expand that to $5b. a year, but the official said that this is only the beginning of the process with the US and no assurances were given with regard to monetary sums during this trip.

"We started the mechanism to work on the [new] MOU," the official said.

A US team is due to visit Israel in the coming weeks to assess its security needs in light of increased regional threats, including the growing Iranian presence in Syria.

This assessment will be made by "defense officials and experts on both sides," the official said, adding that Israel's need would be examined on a case-by-case basis.

Netanyahu also clarified for the Obama administration his three critical positions on Syria, which he summarized as follows on his Facebook page: "Israel will not allow Iran to set up a second front in the Golan Heights. Israel will not allow the Syrian Army or anybody else to use Syrian territory to attack us," he wrote. "Israel will not allow Syrian territory to be used for the transfer of game-changing weapons to Hezbollah in Lebanon."

Aside from security, Netanyahu took time on the trip to rebrand himself as an Israeli leader who can have bipartisan relations with Democrats and Republicans.

He also looked to show the Jewish community that he stands for inclusion and religious equality.

During his battle over the Iranian deal, he was accused of creating a bipartisan rift in the Jewish community by publicly siding with Republicans against the president.

On this trip, he played to all ends of the political spectrum.

"We are sending a message that Israel is bipartisan. We want to speak to people on the progressive side of American politics. That dialogue is crucial for us," an Israeli official said.

Aside from addressing the annual General Assembly of the Jewish Federations of North America, the premier also addressed a conservative think tank, the American Enterprise Institute, as well as a progressive one, the Center for American Progress. He also met with senators from both sides of the aisle.

Gatestone Institute
Selective Outrage on Campus
by Alan M. Dershowitz • November 12, 2015 at 5:30 am

Following the forced resignations of the President and Provost of the University of Missouri, demonstrations against campus administrators has spread across the country. Students – many of whom are Black, gay, transgender and Muslim – claim that they feel "unsafe" as the result of what they call "white privilege" or sometimes simply privilege. "Check your privilege" has become the put-down du jour. Students insist on being protected by campus administrators from "micro-aggressions," meaning unintended statements inside and outside the classroom that demonstrate subtle insensitivities towards minority students. They insist on being safe from hostile or politically incorrect ideas. They demand "trigger warnings" before sensitive issues are discussed or assigned. They want to own the narrative and keep other points of view from upsetting them or making them feel unsafe......

Dieter Reiter, the mayor of Munich, has told the city's Jewish community leader that municipal space will not be allocated to anti-Israel events...

PR441 8

Munich mayor bars use of city hall for anti-Israel event
Dieter Reiter, the mayor of Munich, has told the city's Jewish community leader that municipal space will not be allocated to anti-Israel events.

There will be "no more city support for such events [Boycott, Divestment, Sanctions]," Reiter told Charlotte Knobloch, the head of Munich's 9,500 member Jewish community.

Munich's government had provided municipal building space for a lecture from German advocates of BDS [Boycott, Divestment and Sanctions] covering the development and effect of the anti-Israel economic movement.

After Knobloch requested that Reiter intervene to pull the plug on the BDS lecture, he refused, stating, according to his spokesman Stefan Hauf, the mayor "does not have a basis to cancel the event.
According to the cultural representative, the event is merely a lecture, and a call to boycott is not planned."

Reiter, according to an article in the Süddeutsche Zeitung, asked the city's cultural representative to conduct a review of the local government's sponsorship of anti-Israel events.

Eliette Abécassis : No one is more French than the Jews

Jews have contributed to French culture for 2,000 years but rampant anti-Semitism is forcing them to bring their ideals and values to their ancient homeland.

PR441 9

By Elliette Abécassis, published in Yedioth Aharonot October 20, 2015

In my latest book, "Aliyah," the heroine Esther Vidal is torn apart by the doubts and questions that have been tormenting the Jews of France for years now. These questions have become a daily preoccupation for her. This is reflected in feelings of discomfort and anxiety when she has to explain to her children why they should not reveal their Jewishness in public spaces.
This is the situation in which we find ourselves stuck. Having to hide like the Marranos. Like Esther, my family is also originally from Spain. The Inquisition and the expulsion from Spain are part of our historical memory, as well as her ancestors' past in Morocco, where the Jews lived as dhimmis - protected and humbled at the same time. But she knows that they found the country to be kind and that they had friendly, even warm, relations with the Muslims. "What happened?" she asks herself. "What is happening to us?"
The steps taken by the government following the attacks in January 2015 and the forceful and sincere words of Prime Minister Manuel Valls, who rightly said that "France without its Jews is not France," can reassure the community and encourage it to stay in France. But how long can we live under the protection of the army and in a society that is becoming more and more hostile towards Jews?
And I do not just mean Islamists, but also the media's anti-Israel obsession and the widespread anti-Zionism throughout the political spectrum - from the extreme Right to the extreme Left. Let us not be mistaken: every society reinvents its anti-Semitic worldview. In the Middle Ages the Jews killed Jesus. In the 1930s they were the inferior race. Today, the reason is Israel.
The rise of anti-Semitism, I think, is always a symbol of a deep social crisis. The current crisis we have known for a long time. The Republic's Lost Zones, a book edited by Emmanuel Brenner that was published 15 years ago, points out all the elements that led to this crisis. He starts with the suburbs and spreads out to the whole society, and there was nothing done to put a stop to the attack on the French Republic's values.
The government has given up on all fronts, especially on education. Recently the government cancelled Latin and Greek classes, which are the basis of our language and culture. Twenty years of compromise, concessions and even surrender, as the author Michel Houellebecq writes, led us into this disaster. I do not expect things to get better, and that is why I am distressed.
I am distressed because I love France. France is my country. I am a French writer, I appreciate the beauty of the language, I am nurtured by the French culture which has forged my being. France is also the land of the Jews. There are traces of Jewish presence in southern France beginning in 70 AD. In other words, no one is more French than the Jews...

CULTURE JUIVE 217 de Gilberte Jacaret


Par Gilberte JACARET



JC217 1

Exposition au Mémorial de la Shoah à Paris

L'opérateur Avenir Sofin au front.
© RGAKFD. Image retravaillée par Michel Bouvet, affichiste

A l'occasion du 70ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale et de l'ouverture des camps par les Alliés, le Mémorial de la Shoah propose une exposition exceptionnelle consacrée à l'étude des images de la Shoah filmées par les opérateurs soviétiques.

Dès 1941, du fait de la géographie des opérations militaires, seuls les Soviétiques ont pu filmer les traces de la Shoah dans toute son ampleur, sa systématicité et la variété des mises à mort. Les centaines d'images montrées dans cette exposition dévoilent l'ouverture des fosses et les traces des exécutions de masse en Europe de l'Est, ainsi que la libération des camps de concentration et d'extermination.
JC217 2
JC217 4

« SOVIETISATION » (Traduit par G. Jacaret)

La « soviétisation » met un voile sur la judéité. Les victimes sont de paisibles citoyens soviétiques, les juifs massacrés à Babi Yar sont des « résidents de Kiev », le ravin de Drobitski près de Karkov est appelé « charnier » et il est présenté au milieu d'images représentant des partisans torturés et pendus. Selon le texte imposé, le plan de l'ennemi était de détruire l'Etat Soviétique et d'exterminer sa population sans faire de différence entre la nationalité, la condition sociale, le sexe ou l'âge. L'euphémisme « paisibles citoyens soviétiques » fut de plus en plus utilisé pour désigner les victimes de la Shoah.


Par Gilberte JACARET

Le 21 septembre, Mahmoud Abbas avait été décoré à l'Hôtel de Ville de la médaille Grand Vermeil par la maire de Paris Anne Hidalgo (PS), « en hommage à son action pour la paix ». « Vous n'avez jamais eu d'autre fin que le paix, et vous n'avez jamais employé d'autre moyen que la légalité internationale », avait-elle déclaré.
Éric Hazan – © Le Monde Juif .info


Les Arabes israéliens arabes brandissant des drapeaux palestiniens et prenant part à une grande manifestation dans le cadre d'une grève générale organisée pour soutenir les Palestiniens qui appellent à une "journée de la colère" le 13 octobre 2015 dans le village israélo-arabe de Sakhnin (Crédit : AFP PHOTO / JACK)

Nouvelles consignes de sécurité : bus surveillés, bouclage de quartiers arabes
Le cabinet de sécurité a pris plusieurs mesures de sécurité pour contrer la vague de terrorisme
TIMES OF ISRAEL STAFF 14 octobre 2015, 02:53

« Le cabinet de sécurité a décidé de plusieurs mesures pour lutter contre le terrorisme, notamment d'autoriser la police à boucler ou imposer un couvre-feu sur les quartiers de Jérusalem en cas de frictions ou d'incitations à la violence », déclare ce communiqué.
« Le cabinet a notamment autorisé qu'en plus de la démolition des maisons des terroristes, aucune construction nouvelle ne sera autorisée sur le site en question, que les propriétés des terroristes seront confisquées et que le permis de résident en Israël sera révoqué », poursuit le communiqué.
Les droits de résidence permanente des terroristes seront révoqués.
300 gardes de sécurité supplémentaires seront recrutés pour les transports publics à Jérusalem, pour un coût de 80 millions de shekels.
Par ailleurs, les ministres réunis autour de Benjamin Netanyahu ont donné leur accord pour déployer des unités de Tsahal afin de « renforcer le nombre de policiers notamment dans les zones sensibles le long de la barrière de sécurité, y compris dans le sud de la région des collines d'Hébron, selon ce communiqué.
Le cabinet de sécurité doit se réunir à nouveau mercredi pour décider d'autres mesures notamment contre « l'incitation à la violence ».

Jérusalem, le terroriste, armé d'un couteau, courait vers les agents de la sécurité quand il a été abattu près de la Porte de Damas.

La violence franchit un nouveau seuil à Jérusalem
• Figaro, Par Cyrille Louis Publié le 13/10/2015

INFOGRAPHIE - Trois Israéliens ont été tués dans deux attentats qui ont ranimé les pires souvenirs de la seconde intifada.
Une quinzaine de jeunes Israéliens, ivres de colère, brandissent leurs poings menaçants vers le village arabe en contrebas. Attirés par le vacarme d'une fusillade, ces habitants du quartier de colonisation juif d'Armon Hanatsiv (Jérusalem-Est) viennent de prendre position autour d'un bus à l'arrêt. Policiers et secouristes s'activent dans l'habitacle tandis que des gardes-frontières s'efforcent de canaliser la petite foule. Les dépouilles de deux passagers, couchées sur des civières, attendent encore d'être évacuées. Ils ont été tués mardi matin par deux Palestiniens âgés de 22 et 23 ans. Une quinzaine de personnes se trouvaient à bord lorsqu'un des assaillants a ouvert le feu avec un pistolet, tandis que son complice frappait ses voisins à coups de hachoir. Cette fusillade au beau milieu d'un bus, sans précédent depuis le début de l'actuel pic de violences, a réveillé pour de nombreux habitants de Jérusalem les pires souvenirs de la seconde intifada.
«Le sang juif a un prix et nous devons le leur faire payer .Il faut boucler leur quartier et enfermer tous les Arabes à l'intérieur.»
Dror, un habitant d' Armon Hanatsiv
«Je veux les tuer! Je veux les massacrer!», s'étrangle d'ailleurs un Israélien d'une trentaine d'années en désignant les premières maisons de Jebel Moukaber. Les deux assaillants, apprendra-t-on quelques heures plus tard, sont originaires de ce faubourg palestinien qui dégringole, à flanc de colline, en bordure d'Armon Hanatsiv. Selon le Shin Beth, 80 % des agressions recensées depuis le 1er octobre ont été perpétrées par des Palestiniens de Jérusalem-Est. L'auteur d'une attaque à la voiture-bélier, qui a fait un autre mort dans le centre de Jérusalem, mardi peu après la fusillade du bus, était également originaire de Jebel Moukaber. «Le sang juif a un prix et nous devons le leur faire payer», s'emporte Dror, dont les deux enfants empruntent chaque jour le bus 78. «Il faut boucler leur quartier et enfermer tous les Arabes à l'intérieur», rebondit Eitan, 49 ans, qui accuse les autorités de manquer de répondant face à une vague de violence qui a déjà coûté la vie à sept Israéliens ainsi qu'à trente Palestiniens - dont une dizaine, selon la police, ont été abattus après avoir commis une attaque au couteau.
Sous pression croissante de l'aile droite de sa majorité, Benyamin Nétanyahou a réuni mardi après-midi son cabinet de sécurité afin d'explorer de nouvelles mesures face à cette vague de violences. Naftali Bennett, chef de file du Foyer juif et ministre de l'Éducation, a demandé le «bouclage» pur et simple des villages palestiniens de Cisjordanie. «Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition», a répondu le premier ministre, qui envisage de déployer l'armée à Jérusalem, de faire détruire en urgence les maisons des auteurs d'attentats et d'installer des barrages à l'entrée des quartiers palestiniens de Jérusalem-Est. Il a par ailleurs a sommé le président Mahmoud Abbas de «combattre l'extrémisme» et de «mettre un terme aux campagnes d'incitation à la haine». «En cas d'escalade de la situation, vous en porterez la responsabilité», a-t-il aussi menacé.
«La paix et la sécurité ne se matérialiseront jamais aussi longtemps que durera l'occupation»
Saeb Erekat, le secrétaire général de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine)
Ces mises en garde semblent pour l'heure glisser sur une direction palestinienne largement discréditée et dépourvue de contrôle réel sur les événements. Invité à préciser sa position sur les récentes violences, le secrétaire général de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) s'est borné mardi à indiquer que «les Palestiniens ont tous les droits de se défendre». «La paix et la sécurité ne se matérialiseront jamais aussi longtemps que durera l'occupation», a ajouté Saeb Erekat, qui a dénoncé l'«exécution» récente de 27 Palestiniens par les forces de sécurité israélienne - sans faire de distinction entre auteurs d'agression au couteau et manifestants tués pour avoir jeté des pierres aux abords d'un check-point. «Même si certains de ces jeunes ont attaqué des Israéliens, a-t-il insisté, cela ne justifie pas qu'on les abatte comme des chiens.»
Ce dialogue de sourds, qu'aucune médiation extérieure ne semble en mesure de fluidifier, laisse craindre une poursuite des violences. Un mélange de peur et de défiance a d'ailleurs fait son retour au cœur de Jérusalem. Le maire de la ville a invité les habitants à s'armer tandis que les armuriers disent écouler des quantités anormalement élevées de bombes lacrymogènes. Le marché de Mahane Yehuda, d'ordinaire bondé, il est depuis plusieurs jours quasi désert.

Journée meurtrière en Israël, escalade sécuritaire en vue
Le | 13.10.2015 Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)

Mardi 13 octobre 2015, à Jérusalem-Est, dans le quartier juif d'Armon Hanatziv, deux Palestiniens ont attaqué au couteau et au pistolet un bus de la ligne 78, tuant deux personnes et en blessant un dizaine d'autres.


Le bus est arrêté près du rond-point, à l'entrée du quartier arabe de Jabal Moukaber. Toutes ses portes sont ouvertes. On aperçoit à l'intérieur des bris de verre, du sang pas encore séché. Les blessés ont été évacués. Un cadavre gît encore à l'intérieur. Autour du bus, aucun cordon de sécurité sérieux n'a été établi. Les policiers en civil et en uniforme vont et viennent, les sirènes succèdent aux sirènes, les photographes professionnels ou amateurs se bousculent. Sur le bas-côté, des habitants observent et commentent la scène du crime, effarés, en colère. Mardi 13 octobre, une attaque au couteau et au pistolet menée par deux Palestiniens vient de causer la mort, dans le quartier juif d'Armon Hanatziv à Jérusalem-Est, de deux personnes embarquées à bord du bus de la ligne 78. Une dizaine de blessés a été rapidement évacuée. L'un des deux auteurs a été tué ; le second, blessé par balles par la police.
Quasiment au même moment, un Palestinien, également originaire du quartier de Jabal Moukaber, menait une attaque à la voiture-bélier puis au couteau, dans un quartier ultra orthodoxe de Jérusalem-Ouest, tuant un Israélien et en blessant plusieurs autres à un arrêt de bus. Le terroriste était employé par la compagnie de téléphone Bezeq et avait la nationalité israélienne.
Deux autres assaillants de Jérusalem-Est ont conduit des attaques au couteau dans la ville de Raanana, au nord-est de Tel-Aviv. A Kiryat Ata, près de la ville de Haïfa, un juif israélien en a poignardé un autre devant un magasin Ikea, en le prenant pour un Arabe, selon la police.
Mardi 13 octobre, après les attaques au couteau de deux assaillants de Jérusalem-Est dans la ville de Raanana, au nord-est de Tel-Aviv.

« Il faut empêcher les Arabes de sortir ! »
Il s'agit de la journée la plus sanglante de ce nouveau cycle de violences, initié par l'assassinat par balles de deux colons israéliens en Cisjordanie, près de Naplouse, le 1er octobre. Auparavant, pendant plusieurs semaines, les heurts s'étaient multipliés sur l'esplanade des Mosquées (le mont du Temple pour les juifs) entre soldats israéliens et émeutiers palestiniens, défendant la mosquée Al-Aqsa contre les visites en groupe de juifs extrémistes prétendant venir prier sur le site.
Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, s'est rendu sur les lieux de l'attaque du bus. Il a été pris à partie par une poignée de juifs israéliens, très remontés, tel Ethan R., 49 ans. Propriétaire d'une station essence, il allait déposer de l'argent à la banque lorsque l'attaque a eu lieu. « Il faut fermer le village, lance-t-il, en montrant d'un coup de menton le quartier de Jabal Moukaber, juste en face, d'où provenaient les deux terroristes. Il faut empêcher les Arabes de sortir et de venir ici ! » Non loin de lui, un grand garçon roux reste silencieux. Il vit juste au-dessus de la scène du crime et s'appelle Meni Numberg. Cet étudiant en informatique de 25 ans, qui travaille à mi-temps dans un hôpital, voudrait aussi que « le gouvernement adopte des sanctions plus dures contre les terroristes. Ils ne veulent pas vivre, mais nous tuer. C'est dans leurs mosquées qu'on leur inculque ça.» Pour autant, il ne croit pas que la fermeture des quartiers arabes de Jérusalem-Est baissera la violence.
Cette mesure exceptionnelle et hautement symbolique, réclamée par le maire, est aujourd'hui évoquée par les autorités. Les quartiers arabes, dont les habitants paient des impôts à la municipalité de Jérusalem, sont négligés depuis bien longtemps. Selon un rapport publié en mai par l'Association pour les droits civiques en Israël (ACRI), 75 % des résidents arabes de Jérusalem-Est vivent sous le seuil de pauvreté. Ils sont 300 000, soit 37 % de la population totale de la ville. Selon ce rapport, seuls 64 % des ménages sont correctement connectés aux réseaux d'eau de la ville. En termes de poste, de ramassage des poubelles ou de sécurité, les habitants ne bénéficient pas des mêmes droits que ceux du reste de la ville.
Isoler le virus de la violence
Pour l'heure, il n'est pas question de services municipaux ou de développement, face à la recrudescence des attaques. Dans l'urgence, à grands renforts de réservistes et de redéploiement des troupes, les autorités prétendent isoler le virus de la violence palestinienne et ses porteurs, à défaut de s'interroger sur sa nature et ses origines. Le chef de l'opposition travailliste, Isaac Herzog, se dit favorable à la fermeture des quartiers arabes, mais aussi des lieux de frictions comme l'esplanade des Mosquées.
Le ministre de l'éducation Naftali Bennett, chef du parti extrémiste Le Foyer juif, veut appliquer cette mesure à toute la Cisjordanie. Il souhaite aussi que les destructions des maisons soient décidées pour tout agresseur palestinien, pas seulement les assassins. Le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a réuni une nouvelle fois son conseil de sécurité. Le point de passage d'Erez, au nord de la bande de Gaza, a déjà été fermé. De nouvelles mesures sécuritaires doivent être annoncées, alors qu'un grand rassemblement de colons israéliens mardi soir sous les fenêtres de la résidence de M.Nétanyahou, a été annulé en raison de ces nouvelles attaques.
Usage disproportionné de la force
Du côté des dirigeants palestiniens, l'accent n'est plus mis sur le nécessaire retour au calme. Confrontés à un engrenage populaire dont ils ne contrôlent ni la vitesse, ni la nature, les cadres vieillissants de l'Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) ou du Fatah, le parti du président Mahmoud Abbas, évitent de s'aliéner la jeunesse. Mardi, à Ramallah, le négociateur en chef de l'Autorité palestinienne et numéro deux de l'OLP, Saeb Erekat, a reçu un groupe de journalistes à Ramallah. « Nous avons tous les droits de nous défendre », a-t-il expliqué, citant « les exécutions sur le terrain, les punitions collectives comme les démolitions de maisons, le nettoyage ethnique, les plans de confiscations, l'apartheid, les routes et les bus stérilisés, les violences de colons. »
M. Erekat a mis l'accent sur « les exécutions » dont auraient été victimes plusieurs auteurs palestiniens d'agressions au couteau, réelles ou présumées. Plusieurs cas, documentées en vidéos amateurs, indiquent que les forces de l'ordre israéliennes ont fait usage de leurs armes sans chercher à simplement neutraliser les assaillants. M. Erekat demande par conséquent la mise en place d'une enquête internationale indépendante pour étudier les circonstances de ces morts et l'usage disproportionné de la force. « Les officiels israéliens remercient souvent les forces de sécurité, mais ne révisent aucun cas, ni les procédures de tir, s'alarme Shawan Jabarin, directeur de l'ONG palestinienne Al-Haq et vice-président de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH). Ça laisse à penser qu'il existe une politique derrière, même non écrite. Que les tirs sont faits pour tuer. »

Les assassins d'israéliens, victimisés par les médias.
13 octobre 2015

Une fois de plus les médias occidentaux par un antisémitisme inconscient ou conscient font preuve d'un aveuglement meurtrier.
À aucun moment ils ne discernent les méthodes, et le lien avec Daesh derrière les dernières attaques qui ont lieu en Israël ces jours-ci. Les assassins arabes sont appelés individus, dans certaines dépêches comme vues sur BFM, sans doute pour ne pas stigmatiser les arabes, alors qu'ils n'hésitent pas à parler de colons pour les Juifs de Judée Samarie.
Le maquillage grossier fait par les médias qui parlent à tort d'une intifada palestinienne est là un manque flagrant de lucidité. Il ne s'agit pas d'une intifada, menée par des leaders palestiniens qui essaient plutôt de récupérer une révolte initiée par Daesh, alors qu'eux-mêmes sont plus affairés à détourner les fonds en provenance de l'Europe et des institutions internationales. Cette pseudo intifada, sans but, sans moyens, sans leader, sans soutien des régimes arabes englués eux-mêmes dans la lutte contre Daesh, sans réel relais médiatique du moins dans les pays arabes, n'a aucun critère qui fait d'elle une intifada. Ce n'est pas parce que quelques Palestiniens sont manipulés par Daesh via les réseaux sociaux et Internet que l'on peut appeler cela une intifada. Cette révolte est la marque d'une impuissance palestinienne qui n'a aucune perspective, aucun leader, aucun projet partagé, et surtout aucune volonté d'affronter le monde réel, et notamment la reconnaissance pleine et entière du droit du peuple juif sur sa terre ancestrale. C'est ce vide sidéral, qui crée cette angoisse existentielle, car la seule solution viable est la coexistence avec l'ennemi porteur de toutes les haines inculquées.

Cette « guerre des couteaux » qui est la marque des barbares de Daesh n'a qu'un objet : aggraver la situation des arabes habitants Israël compris la Judée Samarie pour les mener à une révolte qui ne peut qu'être matée par la force. Sans aucun objectif politique cette tension a aussi pour objet de semer la terreur, au même titre que tous les attentats terroristes en Israël, en France, ou ailleurs dans le monde.
Entendre dire que la politique sécuritaire d'Israël est une erreur, qui tend à jeter de l'huile sur le feu, est une des âneries qui accompagne cette campagne médiatique. Que fait la France en mettant des milliers de soldats et de forces de l'ordre dans les rues ou devant les édifices à risque ? N'est-ce pas une politique sécuritaire ?
Les médias une fois de plus cherchent à victimiser des assassins dès lors qu'ils s'en prennent à des juifs, car indéniablement tuer des juifs doit être justifié et doit être justifiable. À ce titre aucune condamnation de ces actes terroristes n'a été entendue par les donneurs de leçons habituels.
La sémantique mise en place pour traiter du conflit israélo-arabe qui est d'une nature particulière a pris le dessus. Les mots ont dans ce contexte des sens bien particuliers. Est un « individu » l'arabe que l'on ne veut pas stigmatiser alors que c'est un assassin – et il est encore moins un assassin que sa victime est juive -. Est « un palestinien » donc supposé victime innocente, l'arabe et le terroriste qui participe à des émeutes violentes qui visent à s'en prendre à des israéliens.
Dans les bilans les victimes juives sont comptabilisées au même titre que les assassins arabes à savoir X morts israéliens contre N morts palestiniens avec une fois de plus le phénomène de la disproportion où l'on considère que le nombre de victimes juives étant inférieure au nombre d'assassins arabes oblige à inverser la lecture des événements.
Non, ce n'est pas une intifada. C'est une guerre contre Daesh ennemi sournois et lâche, qui ne peut contre Israël n'utiliser que ces modes d'action. Il sait bien qu'il ne peut affronter Israël dans le cadre d'un conflit classique.
Ce qui est incompréhensible, c'est le traitement par les médias occidentaux, qui ne savent pas faire autre chose, dès qu'il s'agit d'Israël que de victimiser les Palestiniens. Ils n'ont toujours pas compris que chaque retrait d'Israël que ce soit au Sud Liban ou à Gaza entraîne l'apparition d'une barbarie islamiste, le Hezbollah au Liban, le Hamas à Gaza.
Le pseudo État palestinien qu'ils appellent de leurs vœux se transformera très vite en un état islamiste, et terroriste. loin d'apporter la paix. Il sera source de conflits graves et de dangers mortels pour Israël. Il ne faut pas s'attendre une quelconque clairvoyance de la part des Occidentaux sur ce sujet, tant ils sont comme des moutons de la bien-pensance stupide et dangereuse.
L'Irak, l'Afghanistan, la Libye et la Syrie ont fait les frais de la politique décérébrée des Occidentaux et l'Égypte de Mohamed Morsi a plongé le pays dans l'enfer islamiste avec le soutien inconditionnel de Barak Obama fossoyeur du Moyen-Orient qui nous avait exposé ses idées lumineuses, dans son fameux discours du Caire.
Donc, il faut s'attendre à des jours difficiles. Mais justement c'est parce que c'est difficile qu'il faut se mobiliser et en premier lieu pour refuser avec force la victimisation des assassins arabes où qu'ils se trouvent.
Les médias occidentaux nous avaient parlé de loups solitaires, ils n'avaient pas vu que ce sont des loups solidaires.

Spoutnik : 20:03 13.10.2015(mis à jour 07:40 14.10.2015) URL courte

L'EI appelle à la "guerre sainte" contre la Russie et les Etats-Unis pour leur "guerre de croisade", selon le porte-parole du groupe terroriste Abu Mohammad al-Adnani.
Le groupe terroriste Etat islamique a lancé aux musulmans un appelle à engager la "guerre sainte" contre "les Russes et les Américains" pour leur "guerre de croisade" au Moyen-Orient, selon un message audio distribué par leurs supporteurs mardi.
"Jeunes islamiques de partout, débutez le jihade contre les Russes et les Américains dans leur +guerre de croisade+ contre les musulmans", lance le porte-parole de l'EI Abu Mohammad al-Adnani, cité par Reuters.
Lundi soir, un autre chef des djihadistes a appelé les islamistes du Caucase à frapper la Russie pour aider leurs alliés syriens. Dans un enregistrement audio Abou Mohammad al-Jolani a exhorté les moujahidines caucasiens "à soutenir autant qu'ils peuvent le peuple de Syrie".
"Si l'armée russe tue notre population, tuez sa population, si elle tue nos soldats, tuez les siens. Oeil pour oeil", a lancé le chef terroriste.
Il a également appelé les rebelles opérant en Syrie à frapper les villages alaouites, "secte à laquelle appartient le président Bachar el-Assad".

La Philharmonie de Paris rend hommage avec une exposition du 13 octobre au 31 janvier.

Publié dans l'Express le 11 octobre 2015

Violons, trompettes, harpe et violoncelle émaillent les toiles de Marc Chagall, témoignant de l'importance de la musique dans son art, aux côtés de la danse et du cirque, dans un imaginaire foisonnant...


Par Gilberte JACARET

Publié04 Octobre 2015

Jérusalem: la Vieille Ville interdite pour 48H aux Palestiniens des Territoires
A la suite des attentats, Netanyahou convoque d'urgence les responsables sécuritaires et le cabinet de sécurité
A la suite de la vague d'attentats meurtriers de ces trois derniers jours, les autorités ont décidé de restreindre pour les 48 heures à venir qui marquent la fin de la fête juive de Souccot, l'entrée de la Vieille Ville de Jérusalem aux seuls détenteurs de cartes d'identité israéliennes, aux habitants et commerçants, aux écoliers étudiant dans le secteur et aux touristes. Les Palestiniens de Cisjordanie ne seront pas autoriser à se rendre dans la Vieille Ville. L'entrée sur l'Esplanade des Mosquées/Mont du Temple est limitée aux fidèles musulmans âgés de plus de 50 ans et aux femmes sans distinction d'âge.
Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, qui a décollé de New York, arrivera dans la journée en Israël et se rendra immédiatement à son bureau au siège de l'état-major à la Kirya de Tel Aviv où il a convoqué en urgence les responsables de la sécurité israélienne. Le ministre de la Défense, le chef d'état-major, le chef de la police et le chef de l'Agence de sécurité israélienne (Sin Bet) seront présents. Il a également demandé aux membres du cabinet restreint de Sécurité de ne pas prendre d'engagements personnels pour lundi soir à l'issue de la fête de Simhat Torah qui marquera la fin des fêtes juives.
Un nouvel attentat dans la nuit à la porte de Damas
Un terroriste palestinien a été tué dimanche à l'aube après avoir poignardé un jeune homme près de la porte de Damas à Jérusalem. Il s'agit de second attentat du même genre en moins de 24 heures dans la capitale israélienne.
Des rapports initiaux précisent que la victime de 15 ans a reçu les premiers soins sur place puis a été transportée à l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem avec des blessures à la poitrine et au dos, selon Haaretz.
Le terroriste a pris la fuite après avoir poignardé l'adolescent. Une vidéo postée en ligne semble le montrer à plusieurs centaines de mètres du site de l'attaque, sur les rails du tramway, où il a été abattu par des policiers.
L'identité du terroriste demeure pour l'instant inconnue,
Cette attaque survient alors que plusieurs incidents violents ont éclaté à Jérusalem et en Cisjordanie samedi soir dans les heures qui ont suivi une attaque -également à l'arme blanche- qui a coûté la vie à deux Israéliens dans la vieille ville.
Des centaines de militants d'extrême-droite ont manifesté en soirée à la place Sion à Jérusalem, avec l'intention de marcher vers le site de l'attentat. La police a procédé à 4 arrestations et dispersé les manifestants, qui scandaient "Mort aux Arabes" en cherchant à s'en prendre aux passants arabes.
Par ailleurs, un conducteur arabe a été attaqué en soirée à Jérusalem et a frappé un piéton en tentant de s'échapper, selon la radio israélienne. Le piéton a été transporté à l'hôpital, mais on ne craint pas pour sa vie.
Dans deux incidents distincts, des pierres ont été lancées sur le tramway de Jérusalem, causant des dommages sans faire de blessé.
En Cisjordanie, un Arabe israélien s'est rendu dans l'implantation de Kiryat Arba, à l'extérieur d'Hébron, et a affirmé avoir été attaqué par des Palestiniens l'ayant pris pour un Juif. Il a été légèrement blessé. Des pierres ont été lancées sur l'ambulance l'emmenant à l'hôpital. Une jeep de l'armée qui a repoussé les lanceurs de pierres a été touchée par une bombe incendiaire et a pris feu. Les soldats n'ont pas été blessés.
Près de l'implantation de Beit El, un poste de l'armée israélienne a été la cible de tirs et des échanges de coups de feu ont par la suite éclaté. L'incident n'a fait aucun blessé.
Une famille attaquée
Cette montée de la tension survient après qu'un couple et leur enfant ont été attaqués au couteau par un Palestinien dans la vieille ville de Jérualem samedi en fin d'après-midi.
Le père, Aaron Bennett, 21 ans, a succombé à ses blessures. Sa femme, grièvement blessée, a été transportée vers un hôpital avec son bébé qui a été légèrement blessé. Rabbi Nehemiah Lavie, 41 ans, qui a tenté de leur porter secours, a aussi été attaqué et a succombé à ses blessures.
Selon la police israélienne, l'assaillant a poignardé les trois membres de la famille et Lavie, avant de s'emparer de l'arme d'un de ce dernier. La femme s'est échappée pour avertir des soldats, qui se sont directement dirigés vers le lieu de l'incident.
Le terroriste auteur de l'attaque a été neutralisé par les soldats après un échange de tirs et a par a la suite succombé à ses blessures.
Il s'agit de Mohand Halabi, âgé de 19 ans et habitant d'un village proche de Ramallah. Il aurait écrit hier sur sa page Facebook que "la troisième intifada a éclaté". Le groupe terroriste Djihad islamique a affirmé que l'auteur de l'attaque dans la vieille ville était un de ses membres.
Le Hamas a quant à lui félicité le terroriste. "Nous soutenons et félicitons toute activité de résistance qui nuit aux soldats et aux colons israéliens. Notre peuple en Cisjordanie est prêt à mourir et à se sacrifier pour défendre la mosquée Al-Aqsa."
Le chef de l'opposition israélienne, Yitzhak Herzog a déclaré que Netanyahou a perdu le contrôle de la sécurité des citoyens d'Israël et de Jérusalem. "Il faut punir les auteurs des attentats le plus sévèrement possible mais le gouvernement doit mener une politique et des actes, et non pas seulement parler", a affirmé Herzog.
Yair Lapid, a présenté ses condoléances aux familles des victimes. "Il s'agit d'un incident grave dans le coeur de Jérusalem qui est la conséquence direct des incitations à la violence de Mahmoud Abbas. Il faut prendre des mesures fortes contre ce terrorisme", a déclaré le chef du parti centriste Yesh Atid.
Cette attaque intervient suite à l'assassinat d'un couple d'Israéliens devant leurs quatre enfants par des tirs provenant d'une voiture palestinienne, jeudi soir.
Progrès dans l'enquête de l'attentat en Cisjordanie
L'armée israélienne a poursuivi samedi sa traque des terroristes qui ont assassiné un couple d'Israéliens en Cisjordanie, menant un raid à Naplouse qui a fait dix blessés palestiniens par balles, selon des sources médicales et policières palestiniennes.
L'armée israélienne a annoncé samedi soir dans un communiqué avoir fait des progrès significatifs dans l'enquête "Lors des deux derniers jours, les forces de sécurité font de grands efforts pour retrouver ceux impliqués dans cet attentat", peut-on lire dans le communiqué.
Plusieurs Palestiniens, habitants de Naplouse, ont été arrêtés cette nuit dans le cadre des recherches.
Des affrontements ont éclaté qui ont donné lieu à des jets de pierres sur les soldats israéliens qui ont répliqué par des tirs de balles en caoutchouc, de grenades lacrymogènes puis à balles réelles. Ces heurts se sont poursuivis après la fin des perquisitions.
Selon le Croissant-Rouge palestinien, "dix personnes ont été touchées par des balles tirées dans les jambes ou le ventre", et "quatre personnes ont été blessées après avoir reçu des coups".
Les violences ont débuté lorsque "des dizaines de soldats israéliens à bord de véhicules militaires sont entrés vers 02H00 du matin (vendredi à 23H00 GMT) dans le quartier de Dahiyeh, dans l'est de Naplouse", près du lieu de l'attentat jeudi qui a coûté la vie jeudi soir à un couple d'Israéliens, selon la police palestinienne.
Les soldats "ont arrêté huit personnes et mené des perquisitions, pénétrant de force dans les maisons et y causant des dégâts", a ajouté la même source.
Selon les médias israéliens 7 membres du Hamas auraient été interpellés au cours de l'opération.
Les tensions, déjà fortes en Cisjordanie, ont été ravivées après la mort d'un couple d'Israéliens abattus devant leurs quatre enfants par des tirs provenant d'une voiture palestinienne alors qu'ils roulaient à bord de leur véhicule à proximité de l'implantation israélienne d'Itamar proche de Naplouse.
La grogne monte au sein de l'opposition islamiste et jusqu'au coeur de l'Autorité palestinienne, de plus en plus de Palestiniens réclamant au président Mahmoud Abbas de mettre fin à la coopération sécuritaire avec les Israéliens.

(i24news avec AFP)
Publié le 3 oct 2015

Couple juif assassiné : Israël capture les terroristes auteurs de l'attaque
Le Monde Juif, 3 oct.2015

Les forces de sécurité israéliennes ont capturé samedi les terroristes palestiniens, auteurs de l'attaque à l'arme automatique contre un véhicule israélien en Judée-Samarie qui a coûté la vie à un jeune couple juif, ont révélé des sources sécuritaires israéliennes.
L'armée israélienne a mené tôt samedi matin un raid à Shrem (Naplouse), en Judée-Samarie, près du lieu de l'attaque jeudi qui a coûté la vie jeudi soir au couple israélien. Les soldats ont arrêté huit personnes et mené des perquisitions.
Vendredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fustigé l'absence de condamnation par l'Autorité palestinienne de l'attaque terroriste en Judée-Samarie.
Eitam et Naama Henkin ont été abattus dans leur véhicule sous les yeux de leurs jeunes enfants. Les deux victimes ont été inhumées vendredi à Jérusalem en présence de milliers de personnes.
Le Fatah, le mouvement du président palestinien Mahmoud Abbas, a revendiqué l'attaque.
Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Union Européenne : boycottez, boycottez, il en restera toujours quelque chose.
© Oudy Bloch pour
dimanche 4 octobre 2015, par Desinfos

Il aura fallu qu'un danger vital et imminent menace le Vieux Continent pour enfin rassembler les 28 en une force de proposition et d'action. Mais cette fois ça y est, les Etats-Unis d'Europe sont nés. Et ils sont prêts à se battre.
Contre Daech ? Non. Quand même pas.
Les massacres et les viols de masse, l'esclavage sexuel, la destruction et le pillage systématique des joyaux archéologiques, le trafic d'êtres humains, les centaines de milliers de migrants qui fuient l'EI de la Syrie à la Libye, tout ça passe bien sur les chaînes d'info continue mais ce n'est pas assez fédérateur.
Certes il y a eu plus de 1.600 morts noyés depuis le début de l'année en méditerranée, 71 réfugiés morts asphyxiés dans un camion plombé en Autriche fin août, des milliers de réfugiés dans la détresse à Calais et 800.000 migrants que l'Allemagne s'apprête, seule, à accueillir. Mais ce n'était pas assez pour asseoir l'unité européenne.
Il y avait pire et plus urgent : l'étiquetage des produits fabriqués dans des implantations israéliennes de Judée-Samarie

Berlin attendrait 1,5 million de réfugiés en 2015

Le nombre d'entrées clandestines en Allemagne atteindrait 10.000 par jour
au quatrième trimestre, selon « Bild » qui cite un document officiel.
Le gouvernement allemand, qui tablait jusqu'ici sur l'arrivée cette année de 800.000 à un million de demandeurs d'asile, table désormais sur 1,5 million, selon le quotidien « Bild » , qui cite un document confidentiel. « La pression migratoire va encore augmenter. Nous nous attendons désormais à 10.000 entrées clandestines par jour au quatrième trimestre », disent les auteurs, selon l'article paru ce lundi.
Cette nouvelle estimation intervient alors qu'Angela Merkel a défendu dimanche sa politique d'accueil des réfugiés, de plus en plus critiquée, y compris au sein de son camp politique. « Je partage l'avis du cardinal Marx [archevêque de Munich, NDLR] qui dit : 'Le Seigneur nous a confié une mission', et cela n'a aucun sens de se révolter, a déclaré la chancelière sur la radio publique Deutschlandfunk. Au contraire, je dois réussir. »
« Peur des réfugiés »
Alors que Horst Seehofer, le président de la CSU bavaroise, l'alliée de son Union chrétienne-démocrate (CDU), juge sa décision d'avoir accueilli les réfugiés bloqués en Hongrie le 5 septembre une « erreur » , elle lui répond : « Je prendrais exactement la même décision et c'est cela qui compte maintenant. » « Les clôtures ne résolvent pas le problème », lance-t-elle à ceux qui veulent suivre l'exemple du Premier ministre hongrois, Victor Orban.
Selon un sondage Infratest dimap publié par la chaîne publique ARD vendredi, quelque 51% des personnes interrogées déclarent avoir « peur des réfugiés ». Par rapport à la même étude réalisée en septembre, ils sont 13% de plus. Selon cette enquête, publiée avant les nouveaux chiffres évoqués par « Bild », la chancelière perd 9 points en un mois, et ne recueille plus que 54% d'opinions favorables, soit son plus mauvais score depuis près de quatre ans.

Faut-il s'allier à Poutine contre l'Etat islamique ?
Le | 05.10.2015

Les opérations militaires de la Russie en Syrie ont débuté le mercredi 30 septembre.
Alors que les frappes aériennes menées par la Russie ont surtout visé les forces rebelles opposées au président syrien, Bachar-Al-Assad, est-il encore possible d'envisager une coopération internationale afin de lutter contre Daech ?
- La coopération est possible, mais l'alliance reste improbable, par François Géré, président de l'Institut français d'analyse stratégique (IFAS) et directeur de recherche à Paris-III. Les Russes sont pleinement entrés dans le conflit syrien à cause des atermoiements des Occidentaux. Si la lutte contre le terrorisme de l'Etat islamique réunit Russes et Occidentaux, le sort de Bachar Al-Assad les divise. Seule une coopération tactique est envisageable.
- La dangereuse séduction d'un pacte militaire avec Moscou, par Bruno Tertrais, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Une alliance nous entraînerait dans une « guerre de trente ans » contre le monde sunnite et relèverait d'un choix incohérent, inutile et contre-productif

Chagall dans l'exposition


par Giberte Jacaret-Loge Moché Dayan

Chagall a Malevitch 1

Ils ont façonné une modernité sans précédent, se démarquant totalement de ce que l'on connaissait jusqu'alors : Altman, Baranov-Rossiné, Bourliouk, Chagall, Chevtchenko, Dymchits-Tolstaïa, Ender, Exter, Filonov, Gabo, Gavris, Gontcharova, Kandinsky, Klioune, Klucis, Koudriachov, Larionov, Lébédev, Lentoulov, Lissitzky, Machkov, Malevitch, Mansourov, Matiouchine, Médounetski, Mienkov, Morgounov, Oudaltsova, Pevsner, Popova, Pougny, Rodtchenko, Rozanova, Souïetine, Stenberg, Stépanova, Sterenberg, Strzeminski, Tatline, Tchachnik, Yakoulov...

Dans cette exposition, plus de 200 œuvres (peintures, dessins, documents) provenant de grands musées russes et européens, attestent de la puissance et de l'originalité des différents mouvements : néo-primitivisme, rayonnisme, cubo-futurisme, suprématisme, constructivisme, école de Matiouchine, école de Filonov...qui ont donné naissance aux avant-gardes russes, un langage révolutionnaire artistique propre à la Russie de 1905 à la fin des années 1920. Les chefs-d'œuvre réunis dans cette grande fresque historique témoignent de l'évolution radicale d'un pays en mutation, en quête d'une nouvelle identité. Les rêves et les utopies se côtoient pour forger un langage unique dans l'art du XXème siècle.Du 12 juillet au 6 septembre 2015, au GRIMALDI FORUM de MONACO).

Chagall a Malevitch 2
Après avoir été nommé à la direction de l'Ecole des Beaux-arts de sa ville natale, Vitebsk, en 1919, Chagall se heurte à la pensée radicale de Malevitch qu'il avait appelé à enseigner auprès de lui.

Il quitte l'école et s'installe à Moscou en 1921. A la demande d'Alexeï Granovsky, il réalise la décoration intérieure du Théâtre de chambre national juif nouvellement implanté à Moscou. La création de ce décor lui procure un bonheur intense. Cette commande, qui voit le jour en 1920, répond au vœu de son cœur car il s'est lié depuis plusieurs années au monde du théâtre qui le fascine. Il se sent proche des metteurs en scène, des comédiens, de cet univers ludique ouvert sur les autres dont il n'aura de cesse de traduire le langage de liberté qui lui rappelle le sien.

Chagall porte un intérêt sans fin à la musique, à la danse, à la littérature et au théâtre, qui trouvent ici naturellement leur place. Les différents panneaux monumentaux qu'il peint (entre autres L'introduction au Théâtre juif, La Musique, La Danse, Le Théâtre, La Littérature) constituent un véritable manifeste esthétique dans lequel Chagall donne sa vision panoramique du théâtre yiddish. Des nuances subtiles peuplent ces grandes œuvres aux détails cocasses et familiers que Chagall emprunte souvent au quotidien et à son imaginaire ; mais dans ce climat chaotique de la révolution, le peintre reste toujours fidèle à sa culture et donne à ses thèmes une lecture singulière et fascinante.

Conférence Mémoire de la Shoah -Témoignage de peintres juifs

» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

Conférence présentée par le Professeur Ch. Loubet, historien des mentalités et des arts, invité par Yad Vashem le 16 juin, à 15H00, au CUM de Nice.                                             

Résumé par Christian Loubet et Gilberte Jacaret Docteur ès Lettres, Loge Moshe Dayan du B’nai B’rith France, à Nice.

Il reste très peu de témoignages laissés par des artistes juifs dans les années 40. Certains ont pu cacher et sauver leurs œuvres avant d’être déportés (mais elles ne disent rien sur les camps). D’autres ont survécu et exprimé l’horreur vécue. Plus tard,s artistes moins directement concernés, ont tenu à exprimer leur émotion.Ces images complètent les films d’archives, précieux documents contre le révisionnisme. 


Née à Berlin en 1917, elle réalise entre 1940 et 1942, un album de textes, partitions et 1300 gouaches en 3 couleurs (« Vie ? ou Théâtre ? »). C’est une sorte de journal intime hâtif en esquisses. Proche des expressionnistes (Munch, Nolde, Beckman) , elle aurait pu développer un style très personnel.

Réfugiée avec ses grands-parents chez une amie, à Villefranche en 1939 puis à Nice en 1940, elle rencontre puis épouse A. Nagler. Ils vivent à l’Ermitage à Villefranche. Enceinte de cinq mois, elle est arrêtée en septembre 1943 et est exécutée à son arrivée à Auschwitz.

Elle avait confié son œuvre à un ami, le docteur Moridis. Son père Paul, évadé et caché en Hollande survivra avec sa seconde femme. Après sa tante, sa mère s’était suicidée en 1926-, sa grand- mère plus tard en 1940.

charlotte salomon 1   charlotte salomon 2

Felix Nussbaum
Autoportrait dans le camp (détail),
1940, New York, Neue Galerie


felix nussbaum

 « Ne laissez pas mourir mes œuvres »

Né en 1904 à Osnabrück, Felix Nussbaum étudie les arts décoratifs à Hambourg, puis les Beaux-Arts à Berlin ; lauréat de l’Académie allemande à Rome, il est pensionnaire à la Villa Massimo en 1932. Son atelier brûle avec presque tous ses 150 tableaux. Il est alors boursier à Rome. On sent, dans ses tableaux, une ironique distanciation et une ironique distanciation et une dérive fantastique.

Comme l’écrit le professeur Christian Loubet : « L’expressionnisme de Nussbaum est influencé par le cubisme et la « metafisica » de De Chirico. Proche de la « nouvelle objectivité » dans les années 20/30 ( Dix, Grosz, Beckman) il peint des figures énigmatiques dans des formes synthétiques et des couleurs sourdes (Mascarade). Le peintre est clown et poète mais aussi amant et bourgeois, mélancolique et incompris. Les autoportraits représentent la moitié de la production.

L’artiste de la fin du XIXème siècle se voyait déjà comme un saltimbanque marginal. Nussbaum, héritier d’une famille bourgeoise, se voit comme un « déclassé ». Un homme sans qualité, mais un artiste témoin.

Lors de son séjour romain, les mannequins sans visage évoluent dans un monde d’énigmes à la de Chirico (Solitude). Mais c’est la proscription antisémite qui l’inspire bientôt (Souvenir de Nordeyney et Place folle). La brocante académique est vaine, il faut aller au-delà des traditions quitte à bousculer les dogmes (Peintre dans l’atelier). »

Nussbaum s’oriente vers une peinture idéologique dès 1930. L’arrivée d’Hitler au pouvoir le pousse sur le chemin d’un exil en Italie, en Suisse et en France. Il se fixe à Ostende en 1935, en désaccord avec ses parents. « Enfants devant l’Eglise » dénonce le conformisme, la lâcheté et le cynisme des pères. Son ironie caustique alors ne respecte rien (Enterrement). En 1937, il vit à Bruxelles avec Felka Platek une artiste juive polonaise. Il démystifie l’art antique jugé artificiel. Il est alors éclectique : une femme « picassienne » pleure des perles. Peintre et Modèle s’imbriquent en courbes. Arrêté après la défaite française, en tant que ressortissant du Reich, il est interné au camp de Saint-Cyprien dans le sud de la France. Evadé, il retourne à Bruxelles où il demeure caché avec son épouse Felka. Emule d’Ensor et de Delvaux dans ses autoportraits et ses paraboles de 39 à 43, il place le spectateur dans une position de malaise lorsqu’il exhibe en le fixant, son passeport et son étoile jaune. Il projette son Couple nu en 42 comme pour offrir ces corps en résistance. L’ultime Portrait à la pipe est une provocation narquoise (les flacons=humeur-mort, nostalgie, souffrance). C’est l’incarnation d’une volonté. La peinture de guerre montre des réfugiés juifs aux corps meurtris.

Les derniers tableaux allégoriques modernisent de la symbolique macabre. Les damnés sont aux portes de l’enfer. Charniers et fossoyeurs les attendent. Nussbaum termine Le triomphe de la mort le 18 avril 1944.

Le couple est finalement arrêté le 21 juin. Ils sont déportés à Auschwitz, le 31 juillet 1944 par le dernier convoi de Malines et assassinés. Il avait pu mettre à l’abri ses toiles chez deux amis.

Ce peintre fut redécouvert à partir de 1971 grâce au travail de ses héritiers en Israël. Le lot des œuvres de Bruxelles avait été mis à l’abri chez les Dr. Grosfile et Lefèbre. La restauration s’avéra difficile. 214 autres œuvres furent découvertes en Belgique ou en Allemagne entre 1975 et 1982. Une salle lui fut consacrée au Musée d’Osnabrück et finalement un bâtiment fut réalisé en 1995 par Liebeskind. En trois parties, ce lieu évoque l’odyssée de l’exil. La maison (couverte de bois) est orientée vers la synagogue détruite le 9 novembre 1933. Le couloir en béton est orienté vers la villa qui fut le siège du parti nazi. Le corps central est une métaphore de l’exil. Les deux bâtiments sont reliés par un pont en zinc (chemin de la mort).

Proche de la « nouvelle objectivité » (Dix, Grosz), on sent dans ses tableaux de la froideur et une dérive fantastique.

Une salle lui fut consacrée au Musée d’Osnabrück et finalement un bâtiment fut réalisé en 1995 par Liebeskind. En trois parties, ce lieu évoque l’odyssée de l’exil. La maison (couverte de bois) est orientée vers la synagogue détruite le 9 novembre 1933. Le couloir FN en béton est orienté vers la villa qui fut le siège du parti nazi. Le corps central est une métaphore de l’exil. Les deux bâtiments sont reliés par un pont en zinc (chemin de la mort).

felix nussbaum 2

Le Musée d'Art et d'Histoire Juifs a présenté, du 22 septembre 2010 au 23 janvier 2011, la première rétrospective importante de son œuvre organisée en France.


Né en Pologne en 1923, Itzchak Belfer a grandi dans l'orphelinat de Janusz Korczak à Varsovie, en Pologne. Janusz Korczak était un médecin-pédiatre et écrivain polonais qui a choisi délibérément d'être déporté au camp de Treblinka avec les enfants juifs du ghetto de Varsovie dont il s'occupait dans son orphelinat.

Peu de temps après la prise de Varsovie par les Allemands au début de la Seconde Guerre mondiale et suite à la formation du ghetto de Varsovie, Itzchak Belfer parvient à s'échapper vers la Russie à travers les forêts de Pologne. À la fin de la guerre, Itzchak Belfer retourne à Varsovie et se retrouve directement confronté à la réalité de l'éradication de la communauté juive polonaise. Depuis, le passé vit toujours en Itzchak Belfer puisqu'il n'a jamais vraiment quitté l'orphelinat de Yanusz Korczak, ancré à jamais dans ses pensées et son esprit. Au plus profond de son âme, il reste le petit Itzchakele de Varsovie.

A présent âgé de 90 ans, Itzchak Belfer est devenu un artiste israélien reconnu. Durant toute sa vie d'artiste, Itzchak Belfer chercha à commémorer le travail de Janusz Korczak et l'Holocauste du peuple juif. Dès lors, Janusz Korczak, le médecin et éducateur polonais, vit toujours au travers des dessins et des peintures d'Itzchak Belfer dont l'âme et l'esprit est habité par l'orphelinat de Korczak Yanusz.

Dans ce reportage, Itzchak Belfer partage ses souvenirs de l'orphelinat. Il révèle l'attitude de Janusz Korczak envers les enfants qu'il traitait tous comme des êtres humains dotés de la même dignité et considération que les adultes. Selon lui, un enfant devait jouir des mêmes droits qu'un adulte. Il décrit avec émotion le travail de Janusz Korczak et de son assistante, Stepha Wilczyńska, au sein de l'orphelinat ainsi que leur amour et dévouement total envers les enfants qu'ils ont tenté de sauver, ce qui entraîna leur fin tragique.

istchak belfer
Le Pr Korczack


Il est né en 1902 à Varsovie. Il a travaillé dans le cinéma à Berlin puis à Paris. Naturalisé, il fonde une famille. Dès la déclaration de guerre, en 1939, il est mobilisé.

Lors de la rafle de 1943, il est interné à Drancy puis envoyé à Auschwitz par le 49ème convoi où, sur les mille, six seulement survivront. Il est alors utilisé comme interprète car il parle six langues, comme peintre des tortionnaires et aussi comme fossoyeur dans les Zonder-kommandos.

Il sera le seul rescapé peintre qui a TOUT VU. Entre le 19 janvier et le 6 mai 1945, il traverse plusieurs camps puis sera libéré par les Américains.

Son œuvre est unique. Destinée au grand public, elle propose une illustration manichéenne du type « bande dessinée », hyper-réaliste avec une attention symbolique trop appuyée.

Après sa mort, en 1985, sa famille a du mal à « faire passer » ses images terribles. Ce sont alors les Klarsfeld qui vont s'y employer. On peut voir une vingtaine de tableaux au musée de la Shoah à New York et quelques uns à Yad Vashem.

David Olère a représenté l'un de ces Bunkers.
david olere 1

Il aurait donc pu être affecté au Bunker 1 ou au Bunker 2 peu après son arrivée

david olere 2

Ce bâtiment, comme chacun des crématoires, était une usine de mort dont il comprenait tous les éléments : salle de déshabillage et salle de gazage en sous-sol, salle des fours au niveau du sol, et à partir de mai 44 logement des Sonderkommandos à l'étage (auparavant, les gardes SS ramenaient les membres des Sonderkommandos au Block 13 du BIId après chaque période de travail. Il s'agissait d'un Block fermé, isolé et surveillé).

"Gazage", la peinture de David Olère réalisée en 1960. Elle mesure 1m30 x 1m60.
david olere 3

david olere 4

Ce dessin, d'une extrême violence, ne peut, pour autant, pas être éludé. Il a été réalisé en 1945. Il nous fait pénétrer dans une pièce qui est la "salle de travail" du service de dissection.
On constate que ces femmes étaient en pleine santé. Elles n'étaient évidemment pas des prisonnières du camp. Elles n'ont pas été gazées non plus. Les SS les tuaient par balles.
Et puis l'évacuation est annoncée dans une grande pagaille. Les survivants de cette évacuation du camp sont ceux qui portent témoignage depuis leur libération. Parmi eux, bien entendu, David Olère.


Né en 1903, ce peintre est violemment projectif, parfois éruptif, voire hyper-expressionniste.
Le 29 septembre 1944, il est amené avec sa famille et tous les juifs de Bratislava par la Gestapo et la milice slovaque jusqu'à la gare. Il sera l'un des rares survivants sur 2000 au trajet et au typhus libéré par l'armée rouge.

Puis la vie continuera à Vienne où il a une exposition permanente : « Art contre oubli », à New York et en Allemagne. Il meurt en 1983.

adolf frankl

Eichmann 1957
Macabre composition arcimboldesque


Né en 1944 d'un père juif d'origine russe et d'une mère corse chrétienne, il est resté marqué par le souvenir de la Shoah. Dans ses installations, employant divers matériaux (photographies anciennes, objets trouvés, carton ondulé, pâte à modeler, luminaires, bougies), il suscite l'émotion suggérant des présences virtuelles qui mettent en évidence la disparition. Les thèmes sont la mémoire, l'inconscient, l'enfance et la mort. On devine souvent ainsi, en perspective, les souffrances endurées par les juifs dans des installations qui expriment, sans mot, l'horreur de la guerre et de la Shoah.


Allemand né en 1945 fut fasciné par le judaïsme.
La belle Sulamite, chantée par Salomon gît au fond d'un sombre mausolée.
anselm kiefer


né le 12 février 1909 à Bukovica, hameau de Gorica (Gorizia), ville aujourd'hui traversée par la frontière italo-slovène et qui fait alors partie de l'empire austro-hongrois, est un peintre et graveur Slovène de la nouvelle École de Paris. Il est mort le 25 mai 2005 à Venise.

Arrêté en octobre 1944 par la Gestapo, Music (non juif) est emprisonné à Trieste pendant 26 jours. On lui laisse le choix : collaborer comme officier dans le corps étranger de la Waffen SS ou partir pour le camp de concentration de DACHAU. Il choisit la seconde solution. Il parvient à réaliser en cachette quelque 200 dessins (encre diluée, crayon) de ses compagnons mourants ou morts. Son œuvre ultérieure sera marquée par les atrocités qu'il voit.

goran music

MARC CHAGALL réalise, dans les années 1940, des compositions bibliques. On y détecte l'influence de l'enseignement religieux de son enfance.
La Passion devient celle du peuple juif.

marc chagall

La crucifixion blanche de Chagall.
Le Christ juif avec ses phylactères et son talith qui cache sa nudité incarne les victimes des nazis. En bas du tableau, les juifs religieux, la mère avec son bébé et le Juif errant fuient.
(cf : « Quand le juif errant rencontre Apollinaire et Herzl puis traverse le XXème siècle »Edition Mélibée, de Gilberte JACARET)

Ouverture du musée Mendjisky dédié aux "Ecoles de Paris"

Un nouveau musée privé a ouvert ses portes le 11 avril 2014 à Paris dans un bâtiment du 15e arrondissement. Centré sur le peintre Maurice Mendjizky (1890-1951), il entend également tirer de l'oubli certains artistes des deux "Ecoles de Paris".

Les artistes de "la première Ecole de Paris" sont principalement des étrangers juifs souvent venus d'Europe centrale, arrivés au début du XXe siècle dans la capitale, et fixés autour du quartier Montparnasse. Amedeo Modigliani, Marc Chagall, Chaïm Soutine, Moïse Kisling sont les plus connus.

Un peintre lié à l'avant-garde au début du 20e siècle
L'histoire du peintre Maurice Mendjizky épouse les bouleversements de l'Europe de la première moitié du XXe siècle. Né en Pologne, dans une famille juive très modeste, il arrive en 1906 à Paris à l'âge de 16 ans. Il étudie aux Beaux-Arts et intègre "la Ruche", où vivent des artistes d'avant-garde, notamment Soutine.

Installé à Vence en 1921, il réalise vers 1947 des séries de dessins sur le Ghetto de Varsovie où sont morts son père, sa mère et ses deux sœurs.

En octobre 40, sur dénonciation, la Gestapo arrête sa femme Rose à Paris. Maurice se réfugie à Nice chez sa belle-sœur. Il fonde la 8ème Compagnie des Francs-Tireurs et Partisans (FTP). Huit jours avant la libération, Claude, son fils aîné, 20 ans, est arrêté au cours d'un parachutage à Utelle. Il est fusillé le 22 juillet à l'Ariane. Maurice lui dédie son premier recueil de 31 dessins publié avec un poème d'Eluard. Picasso écrira : « C'est un chef d'œuvre, une véritable symphonie du noir et blanc ». Il a peut-être lu le témoignage de Jan Karski (1944) qui a visité le ghetto, effaré par ces ombres déshumanisées (Voir in « Shoah » et le roman de Yannik Haenel : « Il n'y avait plus rien d'humain dans ces formes palpitantes »). Le Ghetto de Varsovie (440.000 habitants en juin 41, 3000 au km2, 50.000 lors de la révolte) se souleva le 19 avril 43, veille de Pessah, puis fut rasé.

Le musée Mendjisky a été créé par le fils du peintre Mendjizky (qui a remplacé le z du nom polonais de son père par un s). Agé de 85 ans, Serge Mendjisky est lui-même peintre et photographe.

Pour son ouverture, le musée a proposé jusqu'au 12 juillet 2014 une rétrospective consacrée à Maurice Mendjizky, avec une centaine de ses peintures (paysages, portraits). Il a présenté aussi une trentaine de dessins réalisés par l'artiste sur le ghetto de Varsovie, où ses parents et ses sœurs ont été exterminés.)


d'origine polonaise est né en France en 1921, diplômé des Beaux-Arts de Strasbourg. Dénoncé et arrêté à Nice, lors d'une mission pour la Résistance, il est enfermé rue Gioffredo, puis envoyé à Drancy et à Auschwitz. Toute sa famille a disparu dans les camps. Libéré à Dachau, il témoigne par ses dessins et ses poèmes. Il est mort en 2010.

smulevicsmulevic 2smulevic 3smulevic 4

smulevic 5

Dessin de Serge Smulevic,
lors du Procès Papon

Dessins de Sala
Sala est le nom d'artiste de Myriam Smulevic, fille de Serge.

La marche de la mort

Le survivant

La marche de la mort (2004)

L'arbre de paix

sala 4

L'intranquille, GÉRARD GAROUSTE

Dans les années 1950, Gérard Garouste, enfant, a entendu de son père des propos antisémites. Plus tard, il comprend l'implication de son père dans le processus de la spoliation des Juifs en France. De là, il cherche à en savoir davantage, il va aux archives, enquête et écrit un livre. Aujourd'hui il veut transmettre.
« Je suis le fils d'un salopard qui m'aimait. Mon père était un marchand de meubles qui récupéra les biens des juifs déportés. Mot par mot, il m'a fallu démonter cette grande duperie que fut mon éducation.... »

gerard garouste

= = = = = = = = = = = = = =

« Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde. » Bertolt Brecht.

Plus d'articles...

Page 1 sur 21