Site en ANGLAISSite en FRANCAIS

ISRAEL - Rapports et Activités du BB

» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

This week, BBE and BBI sent letters to 11 European countries urging them not to attend the upcoming summit on the Middle East peace process that will be held this Sunday January 15th in Paris. Because as Dan Mariaschin puts it, "[this summit] may set the stage for yet another one-sided U.N. Security Council resolution, which would continue to cloud the prospect of a negotiated peace. By prejudging the outcome of future negotiations, repeatedly castigating Israel, and pressuring the Jewish state to make unilateral concessions, the international community continues to encourage Palestinian rejectionism."

Our president Daniel Citone, informed the lodges of the countries where letters have been sent, to invite them take actions also locally.

The countries that BBE wrote to are: Czech Republic, Germany, Greece, Italy, Lithuania, Netherlands, Poland, Romania, Slovakia, Spain and UK.

The case of France is different since it is hosting the conference. B'nai B'rith France, led by Serge Dahan is following the matter on the ground.

We are supporting and welcoming every effort from the lodges against this process.
» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

fire in israel
Dear Sisters and Brothers,

B'nai B'rith Europe wishes to help Israel after the fires that forced thousands of people to evacuate, many of them having lost their homes and businesses.

Lire la suite...

» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.


Pyro-Terrorism Fueled by Social Media

Daniel S. Mariaschin

Daniel S. Mariaschin Daniel S Mariaschin is the International Executive Vice President of B'nai B'rith

November 28, 2016, 8:15 pm
Source: Time of Israël


The outbreak of fires in Israel is already being termed "pyro-terrorism," as at least 24 persons have been arrested over the past several days in connection to the blazes. With hundreds of homes destroyed ( by some estimates, half a billion shekels in damage in Haifa alone) and tens of thousands displaced, the total acreage burned now exceeds that which was destroyed in the Mt. Carmel fires six years ago.


Aiding and abetting those who may have started these fires have been messages carried by social media, praising the outbreak: according to Ynet News, one Tweet said "All of Israel's neighbors must aid it — I suggest they send planes filled with gasoline and rain it down on the burning areas. I want to inhale the smell of barbecue from the Zionists."

According to Haaretz, the hashtag #israelisburning included, among the thousands being sent, one from Fatma Alqu ("What a good day"), and another from Kamil ("Israel burns and I love it! What will you do VS Allah's power you zionist (sic) dirt-bags..."). The Israeli media has published many others, from the Palestinians territories and the Arab world.

While the messages celebrate the wildfires, they also serve to exhort others who might want to join the party. But while this social media campaign is tied to the rash of blazes, the language used is from the same canon that has fueled incitement against Israel and Israelis for decades.

Since the signing of the Oslo Accords in 1993, the one constant on the Palestinian side has been incitement. Called upon to end it when the agreement was signed, it has remained a daily weapon deployed by Palestinian political and religious figures, the media and in schools. By now, the incitement roster is well known, including most recently, charges that Israel is poisoning Palestinian water supplies; has no connection (Israel and the Jewish people) to the Temple Mount and the Western Wall; and denies medical care to Palestinian in the territories, a libelous charge if ever there was, given the hundreds of Palestinians treated in Israeli hospitals daily.

Indeed, a Palestinian baby born on the day the Oslo Accords were signed is now a 23-year-old adult raised on daily doses of hatred. So it should come as no surprise that this new (and surely there are others to follow) hashtag campaign is punctuated by the language of hate and a desire to see Israel's end.

To be fair, the Palestinian Authority sent 50 firefighters to Israel to help extinguish the fires, a gesture which produced many Tweets from Israelis and others expressing appreciation (they joined more than 300 foreign firefighters from many countries, including Russia, Egypt, Jordan, Greece, Cyprus and Turkey). Prime Minister Benjamin Netanyahu called PA President Mahmoud Abbas, to express thanks for the assistance, which the latter described as "humanitarian." The Prime Minister's office also noted that both Jews and Arabs opened their homes to victims of the blazes.

Perhaps the deployment of the firefighters is the gesture that breaks the ice over the stalled peace process. Whether it is, or is simply an aberration, time will soon tell. A new presidential administration will surely have its own assessment about the "process" and more broadly, the chaos and strategic wildfires burning out of control in Syria, Iraq and Yemen and by Iran's unabashed support for terrorism and creeping hegemonism in the region.

The social media incitement and the #israelisburning campaign may not have originated in the PA's Ramallah offices. But the years of incitement emanating from there, spewing out over so many years, provided the tinder for the matches of hatred thrown out on Twitter and Facebook during the course of the wildfires in Israel.

The PA and its leadership, if they were ever serious about a negotiated peace with Israel, have frittered away the past 20 years by, on the one hand, inciting its own people against Israel, and on the other, by counting on international support for the Palestinian narrative. The current hashtag campaign, and its incessant use of the United Nations and its agencies to further the Palestinian narrative, are the fruits of their labor. In the process, increasing numbers of Israelis ask if there is a serious partner for an accommodation — of any kind. Perhaps the fires in Israel and the language of the hashtag campaign are a wake-up call for those who have looked the other way at incitement against Israel. It is not a winning strategy. But past history would not be a cause for optimism on this point.

The social media revolution has given us the ability to immediately reach out to the public, to government officials and to colleagues, family and friends in unprecedented ways. It has also given those who hate the unimpeded opportunity to injure and maim in 140 characters or less, and to exhort others to join the fray, oftentimes, as we have now seen, with violent and dangerous consequences.

The social media campaign connected to the pyro-terrorism that has played out in Israel in recent days is a new strain of a growing virus.

Until now, the Palestinian leadership has seen no need to "educate for peace." It should look at the content of the fire-related Tweets, and contemplate what that nihilistic policy has wrought.
» Il n'y a pas de traduction disponible pour cet article.

After years of refusing requests by 1972 Munich Olympic Israeli athletes' widows to mark a moment's silence for their murdered husbands, IOC inaugurates Place of Mourning for every Olympics and observe moment's silence in Rio de Janeiro ; Wife: 'This gives us closure.'

Source Ynet

Widows of two of the 11 Israelis killed by Palestinian gunmen at the 1972 Munich Olympics got the recognition that they had so long sought with a ceremony and minute's silence at the Olympic village in Rio de Janeiro on Wednesday.


Ankie Spitzer's husband Andre, a fencing coach, was killed along with weightlifter Joseph Romano, whose wife Ilana Romano was also at the ceremony led by International Olympic Committee (IOC) President Thomas Bach.

OG 1

Ilana Romano, center, and Ankie Spitzer, right, widows of Israeli Olympic athletes killed at the 1972 Munich Olympics, attend a memorial in their husbands' honor, ahead of the Summer Olympics in Rio de Janeiro (Photo: AP)

"This is closure for us. This is incredibly important. We waited 44 years to have this remembrance and recognition for our loved ones who were so brutally killed in Munich," Spitzer told reporters at the newly established Place of Mourning. "That they would be really accepted as members of the Olympic family. It is what we wanted because they were members of the Olympic family."

OG 2

A tree filled with ribbons stands as part of a memorial in honor of Israeli Olympic athletes killed by Palestinian gunmen at the 1972 Munich Olympics (Photo: AP)

On September 5, 1972, members of the Israeli Olympic team were taken hostage at the poorly secured athletes' village by Palestinian gunmen from the Black September terror organization.

Within 24 hours, 11 Israelis, five Palestinians and a German policeman were dead after a standoff and subsequent rescue effort erupted into gunfire.

OG 3

A memorial in honor of Israeli Olympic athletes killed by Palestinian gunmen at the 1972 Munich Olympics stands in the Olympic Village ahead of the Summer Olympics in Rio de Janeiro (Photo: AP)

Relatives of those killed have long demanded a minute's silence at the opening ceremonies of Olympics Games, only to be turned down by the IOC.

Instead, Bach inaugurated the Place of Mourning, which will now be a feature at every Olympics, with two stones from ancient Olympia encased in glass in a leafy part of the athletes' village.


OG 4

IOC President Thomas Bach inaugurates the memorial (Photo: AP)

"Today, the inauguration of the Place of Mourning give us the opportunity to remember those that have passed away at the Olympic Games," Bach told a small crowd that included IOC officials, Israeli team officials, athletes and Spitzer and Romano.

"We chose the Olympic village as the location...because it symbolizes the unity of the Olympic family."

He then read out the 11 names of the Israeli victims, the German policeman as well as the name of Nodar Kumaritashvili, who was killed on the eve of the Vancouver 2010 Olympics in an accident in the sliding centre.

Romano said: "I never believed it was going to come. After 44 years I am happy for this moment of history."

OG 5

IOC President Thomas Bach, back to camera, embraces Ilana Romano, right, and Ankie Spitzer (Photo: AP)


Bach, in tears, embraced Romano and Spitzer, who praised the IOC's decision.

"I cannot explain to you how emotional I am and how much this means for us," Spitzer said. "We went through a lot. We always got a No (from the IOC) and this time we not only got a Yes but a big Yes."
Le B'nai B'rith est consterné par la proposition de résolution Jordano-Palestinienne présentée au Comité de l'Héritage Mondial à l'UNESCO à Istanbul. La proposition soumise aux 21 membres du comité fait référence au Mont du Temple seulement par son seul nom arabe, et le décrit comme seul un lieu sacré musulman, cherchant de la sorte effacer et réécrire les bases de l'histoire du judaïsme. Cette résolution décrit le mur occidental de façon irrespectueuse, utilisant le terme entre guillemets, et en affirmant qu'il fait partie intégrante de la mosquée Al-Aqsa.

Les tentatives de déformer les faits de l'histoire judéo-chrétienne en n'utilisant que des noms arabes ou musulmans pour désigner de lieux saints connus universellement, sont très fréquentes à l'UNESCO. Des résolutions similaires, appuyées par les palestiniens, ont été présentées au cours de l'année passée au comité exécutif de l'UNESCO. Celles-ci avaient déjà soulevé de multiples condamnations face à cette attaque frontale et flagrante du judaïsme et au peuple juif. En dépit des condamnations, les palestiniens ont continué à utiliser un langage incendiaire dans l'espoir qu'à force de répéter leur version de l'histoire, celle-ci ne devienne la version officielle.

Le comité de l'héritage mondial a pour mission de préserver l'histoire commune de l'humanité et ne peut se permettre de laisser les palestiniens pervertir cette mission à des fins politiques. Adopter cette résolution reviendrait à endommager gravement la réputation de l'UNESCO.

Le B'nai B'rith exhorte les dirigeants internationaux à rejeter catégoriquement cette résolution scandaleuse.
REVUE DE PRESSE N°473

                                                                                  Par Gilberte JACARET

 

Tuerie à Orlando : ce que l'on sait d'Omar Mateen

Cet Américain de 29 ans est suspecté d'être l'auteur de la fusillade qui a tué 50 personnes dans une boîte de nuit d'Orlando.

© Copyright 2016, L'Obs Omar Mateen

L'auteur de la fusillade dans une boîte de nuit gay de Floride, qui a fait 50 morts et autant de blessés, a été identifié comme étant Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane, né en 1986, d'après les chaînes de télévision CBS et NBC.

Selon plusieurs médias américains, Omar Mateen vivait à Port Saint Lucie, une ville située à environ 200 kilomètres au sud-est d'Orlando. Omar Mateen, tué lors d'un échange de tirs avec les policiers d'élite, trois heures après son entrée dans la boîte de nuit, n'avait pas de casier judiciaire. 

La police a confirmé qu'il était équipé d'une arme de poing et d'un fusil mitrailleur. Des témoins racontent avoir vu le tireur équipé également d'au moins un engin explosif.

Une enquête pour terrorisme

Une enquête pour acte de terrorisme a été ouverte par le FBI, la police ayant fait état plus tôt dans la journée des "sympathies"  de l'auteur de la pire fusillade de masse de l'histoire des Etats-Unis, avec la mouvance djihadiste. 

Selon NBC, Omar Mateen aurait téléphoné au "911" le numéro d'urgence de la police américaine, quelques instants avant d'ouvrir le feu dans la boîte de nuit. Il aurait alors prêté allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'État islamique et évoqué les auteurs de l'attentat de Boston du 15 avril 2013.

La chaîne CNN avance la même hypothèse, citant un responsable américain qui explique que le "FBI a immédiatement cru à une attaque islamiste en raison de l'appel téléphonique du tireur dans lequel il prête allégeance à l'État islamique".

"Nous savons qu'il avait fait l'objet d'une enquête, du moins par le passé. Il n'était pas au coeur de ces enquêtes mais il était soupçonné d'avoir des liens avec des radicaux islamiques et des sympathies avec l'idéologie radicale islamique", détaille encore ce responsable sur CNN.

Témoignages de proches

Outre la piste terroriste, le caractère homophobe de l'attaque semble établi, compte tenu du choix de la cible, une boîte de nuit très prisée par la communauté gay d'Orlando. Une hypothèse renforcée par les déclarations d'un homme présenté comme le père d'Omar Mateen. Interrogé par NBC, l'homme estime que la tuerie "n'a rien à voir avec la religion". Et évoque un incident survenu il y a plusieurs mois lors d'une balade en famille : Omar Mateen s'était mis en colère après avoir vu deux hommes s'embrasser dans la rue à Miami.

"Regardez, ils font ça en face de mon fils", aurait lâché Omar S. Mateen.

"Nous n'étions au courant de rien. Nous sommes choqués comme tout le pays", a ajouté le père, après avoir présenté ses excuses au nom de sa famille.

Le témoignage de son ex-femme, citée par le "Washington Post", permet également d'en savoir plus sur le suspect. Son identification a été rendue possible grâce à des photos postées sur MySpace et sur lesquelles Omar Mateen pose notamment avec un t-shirt de la police de New-York.

Sous couvert d'anonymat, son ex épouse le décrit comme quelqu'un de violent :

"Il me battait. Il rentrait à la maison et me frappait quand la lessive n'était pas faite, ce genre de choses."

Selon elle, Omar Mateen serait né à New-York et aurait travaillé un temps comme agent de sécurité en Floride. Elle affirme qu'il ne présentait pas de signes de radicalisation à l'époque de leur mariage, qui a duré quelques mois à partir de mars 2009 : un "être humain normal", "pas très religieux", et qui passait beaucoup de temps à la salle de sport, se souvient-elle.

Dans la soirée de dimanche, l'État islamique a revendiqué la tuerie via un communiqué de son agence de presse officielle. "L'attaque visant une boîte de nuit pour homosexuels à Orlando, Floride, qui a laissé plus de 100 morts et blessés a été menée par un soldat de l'Etat islamique", affirme la revendication.

L.B. avec AFP

                                                                       :::::::::::::::

 

Le vide diplomatique au Proche-Orient nourrit les extrémismes et le terrorisme, a déclaré François Hollande, vendredi 3 juin, à l’ouverture d’une conférence destinée à raviver un processus de paix israélo-palestinien paralysé.



Tel-Aviv : après l'attentat, Israël suspend les permis d'entrée de Palestiniens

Cette attaque est l'une des plus meurtrières de la part de Palestiniens contre des Israéliens depuis le début d'une vague de violences en octobre.

Source AFP

Modifié le 09/06/2016 à 07:07 - Publié le 09/06/2016 à 06:43 | Le Point.fr

Les terrasses de café de la ville ont été prises pour cible. Comme un écho à ce qui s'est passé à Paris le 13 novembre dernier. Deux Palestiniens ont ouvert le feu sans discrimination sur des clients attablés dans un quartier animé de restaurants et de bars, tuant quatre d'entre eux et en blessant cinq autres. En réaction, Israël a suspendu les permis d'entrée de 83 000 Palestiniens pour le ramadan.

Cette attaque est l'une des plus meurtrières de la part de Palestiniens contre des Israéliens depuis le début d'une vague de violences en octobre. Ses deux auteurs ont été arrêtés. Les deux Palestiniens ont ouvert le feu vers 21 h 30 dans le quartier de Sarona, un ensemble d'établissements situés à deux pas du ministère de la Défense et très fréquentés à cette heure, ont rapporté la police et des témoins.

Avraham Liber, jeune homme venu de Jérusalem, partageait une glace en terrasse avec des amis. « J'étais assis de telle sorte que j'ai pu voir le tireur », a-t-il relaté, « il avait l'air d'être assis sur une chaise, et puis il s'est levé, et il s'est mis à tirer comme ça sur les gens autour de lui, à bout portant ». « C'est un truc de dingue », a-t-il ajouté. Meital Gonen, une jeune femme, a vu des gens se ruer vers la porte de son magasin de vêtements en suppliant : « Il y a un terroriste. S'il vous plaît, ouvrez-nous ! » « Ils criaient, ils hurlaient, (il y avait) beaucoup de sang, des gens qui mouraient. C'était terrifiant. Nous avons ouvert les portes pour que les gens se mettent à l'abri ».

Scènes de panique

Yechiel Miller, un bénévole des services de secours United Hatzalah, a raconté avoir trouvé à son arrivée « une dame inconsciente, ne respirant plus, dans un état critique ». Outre les blessés, beaucoup de personnes ont été prises en charge en état de choc, a raconté un autre infirmier, Davidi Dahan. Les conditions dans lesquelles les assaillants ont été neutralisés ne sont pas claires. L'un a été arrêté apparemment indemne selon les indications de la police, l'autre a été atteint par des tirs et évacué, dans un état grave, vers l'hôpital. La police les a ensuite identifiés comme deux Palestiniens, des cousins du secteur d'Hébron, en Cisjordanie occupée.

L'attaque perpétrée a une nouvelle fois provoqué des scènes de panique. Elle a également suscité un flot de rumeurs comme celle, démentie ensuite, selon laquelle un tireur avait réussi à prendre la fuite. « Nous n'avons pas connaissance du fait qu'un autre terroriste serait dans la nature, donc pour nous, les gens peuvent reprendre le cours normal de leur vie », a déclaré le chef de la police, Chico Edri, après que le secteur eut été provisoirement bouclé.

Attaques lâches

Israël, Jérusalem et les Territoires palestiniens sont en proie à des violences qui avaient coûté la vie, avant mercredi, à 207 Palestiniens, 28 Israéliens, deux Américains, un Érythréen et un Soudanais depuis le 1er octobre. On ignore la nationalité des personnes tuées mercredi. La plupart des Palestiniens tués sont les auteurs ou auteurs présumés d'attaques, commises pour un grand nombre au couteau. Nombre des assaillants proviennent de la région de Hébron, poudrière du sud de la Cisjordanie. Le rythme des attaques s'était considérablement ralenti ces derniers mois. Mais les causes des tensions n'ont pas disparu. Les perspectives de règlement du conflit israélo-palestinien semblent totalement bouchées.

La violence résulte chez les Palestiniens des vexations de l'occupation, de l'absence de toute perspective proche d'indépendance, des frustrations économiques et du discrédit des autorités palestiniennes, estiment des experts. Le gouvernement israélien, lui, dénonce les incitations généralisées à la violence côté palestinien et le refus même de l'existence de l'État d'Israël. Les États-Unis, la France et l'ONU ont condamné le nouvel attentat. « Les États-Unis condamnent dans les termes les plus forts l'attaque terroriste effroyable à Tel-Aviv. (...) Ces attaques lâches contre des citoyens innocents ne peuvent jamais être justifiées », a déclaré le porte-parole du département d'État, Mark Toner.

Violence continue

Le président François Hollande condamne « avec la plus grande force l'odieux attentat » de Tel-Aviv, déclare un communiqué de la présidence française, qui exprime « son total soutien à Israël dans la lutte contre le terrorisme ». « Tout le monde doit rejeter la violence et dire non au terrorisme », a déclaré l'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient Nickolay Mladenov, dans une apparente référence aux dirigeants palestiniens.

Tel-Aviv avait été le théâtre le 1er janvier d'une attaque analogue quand un Arabe israélien avait ouvert le feu sur des terrasses d'établissements, tuant deux personnes et faisant plusieurs blessés. Il avait ensuite tué un chauffeur de taxi dans sa fuite. Il avait été abattu une semaine plus tard. La municipalité a annoncé un renforcement de la sécurité auprès des écoles, des bâtiments publics et des lieux fréquentés.

Cependant, a convenu le maire Ron Huldai cité par un porte-parole, « nous ne pourrons pas mettre un policier à l'angle de chaque rue ». « L'assaillant solitaire peut surgir à tous les coins de rue, telle est la réalité avec laquelle il nous faut vivre », a-t-il dit.

Attentat de Tel-Aviv : Israël annule des permis de travail et de visite et débloque des fonds pour la barrière de sécurité

Hélène Keller-Lind

jeudi 9 juin 2016, par Desinfos

Au lendemain de l’attentat terroriste au cours duquel deux Palestiniens ont ouvert le feu sur des familles israéliennes dans un café de Tel-Aviv, faisant quatre morts et seize blessés le 8 juin 2016 dans la soirée, le Premier ministre Benyamin Netanyahu a réuni le Cabinet de sécurité. Un certain nombre de mesures ont été prises et ont été détaillées dans un communiqué de presse. La veille Benyamin Netanyahu et le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, s’étaient rendus sur les lieux de l’attentat. Terroristes

 

Un crime sauvage commis par des terroristes qui n’ont aucun respect pour la vie humaine

Le 9 juin dans l’après-midi, Benyamin Netanyahu a réuni le Cabinet de sécurité de son gouvernement au ministère de la Défense à Tel-Aviv, non loin du lieu où deux Palestiniens ouvraient le feu la veille au soir sur des familles attablées dans un café du quartier très prisé du marché de Sarona. Quatre Israéliens ont été tués et seize autres blessés, trois d’entre eux étant toujours dans un service de soins intensifs. Les deux terroristes venus du village de Yatta, non loin d’Hébron, ont été arrêtés, l’un d’eux a été blessé et hospitalisé. Il s’agit de deux cousins
Parmi les personnes qui fuyaient devant les terroristes on a vu des parents avec de très jeunes enfants dans leur poussette...
Le Premier ministre s’était rendu sur les lieux la veille, à sa descente d’avion, au retour d’une visite à Moscou. Il était accompagné du ministre de la Défense, Avigdor Liberman et déclarait qu’il s’agissait d’un « crime sauvage, de meurtres, de terrorisme au cœur de Tel-Aviv, commis par des terroristes criminels qui n’ont aucun respect pour la vie humaine ».
Les ministres appartenant au Cabinet de sécurité ont été informés des actions des services de sécurité au cours des 24 heures précédentes sur le plan du renseignement et sur le plan opérationnel. Actions qui ont fait l’objet d’un débat.
Les mesures suivantes ont été prises :
L’accès au village de Yatta a été interdit
Les permis de travail pour les membres du clan des deux terroristes ont été révoqués
Les permis de visite en Israël pendant le Ramadan ont été annulés.
Un budget pour compléter la fermeture de la barrière de sécurité dans la région de Tarkumiye-Metar a d’ores et déjà été transféré et les travaux vont commencer le 28 juin 2016.


Abbas ne condamne pas et versera des « salaires » aux terroristes

On sait que l’Autorité palestinienne et le Fatah de Mahmoud Abbas qui n’ont condamné « toutes les opérations qui affectent les civils » que du bout des lèvres et, bien entendu, n’ont pas condamné cet attentat spécifiquement, incite au terrorisme quasi quotidiennement par tous les moyens à leur disposition... Palestinian Media Watch en a dressé une étude éloquente
De nombreux Palestiniens ont célébré ces meurtres dans les rues contrôlées par le Hamas, à Gaza et Mahmoud Abbas dans les Territoires palestiniens...
Quant à ces deux terroristes ils vont désormais recevoir des « salaires » conséquents, compte tenu du bilan sanglant de cet attentat, qui leur seront versés par l’Autorité palestinienne. Et indirectement par la France qui à la différence d’autres pays donateurs, donne des fonds pour le budget général palestinien, sans aucune restriction ni condition


 

Des milliers de Palestiniens bravent Israël sur l'esplanade des Mosquées

Les autorités israéliennes ont imposé de nouvelles restrictions de mouvement après l'attentat à Tel-Aviv mercredi. Mais l'annonce tombe en plein ramadan.

Publié le 10/06/2016 à 16:28 | Le Point.fr

Les fidèles palestiniens se sont réunis autour du Dôme du rocher et de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem-Est, pour le premier vendredi de prière du ramadan (photo d'illustration).

Deux jours après un attentat meurtrier à Tel-Aviv, des dizaines de milliers de Palestiniens se sont pressés sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est pour la prière du premier vendredi de ramadan. Beaucoup ont ainsi outrepassé les nouvelles restrictions de mouvement annoncées par Israël après l'attaque la plus meurtrière commise par des Palestiniens contre des Israéliens depuis des mois. Les autorités ont décrété vendredi le bouclage des Territoires palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza jusqu'à dimanche minuit, ce qui suscite l'inquiétude de la communauté internationale.

Deux exceptions de circulation ont toutefois été faites, pour les urgences humanitaires et pour les fidèles qui se rendaient vendredi à l'esplanade des Mosquées. Mais là aussi des limites sont imposées : les hommes en dessous d'un certain âge (30, 35 ou 45 ans selon des sources israéliennes discordantes) étaient interdits de franchir les checkpoints. Les femmes et les enfants, eux, pouvaient passer sans restriction.

L'État hébreu a cherché le compromis à un moment délicat où les Palestiniens célèbrent le mois sacré du jeûne musulman et accordent beaucoup d'importance à la possibilité d'aller prier sur le troisième lieu saint de l'islam situé à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël. Personne ne sortait cependant de la bande de Gaza, l'enclave séparée de Jérusalem et de la Cisjordanie par le territoire israélien et sous blocus permanent.

Châtiment collectif

« Ces retraits de permis ont lieu tout le temps. Nous refusons l'idée même qu'on impose des permis aux Palestiniens pour avoir le droit d'entrer à Jérusalem », a dit à l'Agence France-Presse Adnane Husseini, gouverneur palestinien de Jérusalem-Est, sur l'esplanade. Surveillé par les ballons d'observation et survolé par les hélicoptères, le vaste parvis était noir de monde autour du Dôme du rocher et de la mosquée al-Aqsa. Les policiers israéliens s'étaient déployés en nombre dans la vieille ville que surplombe l'esplanade.

Les Palestiniens accueillent les mesures annoncées depuis la veille par Israël avec un mélange de déjà-vu et de ressentiment face à ce qui relève, selon eux, du châtiment collectif et d'un empiétement israélien sur l'esplanade. « Il est vrai que nous ne vivons pas loin d'al-Aqsa, mais nous avons l'impression d'en être très éloignés à cause des checkpoints et des obstacles que l'occupant met sur notre route », disait Jannat Khaled, 48 ans, parmi les milliers de Palestiniens qui franchissaient aux premières heures le point de passage de Qalandia pour aller prier à midi à Jérusalem.

Symbole national et religieux intangible pour les Palestiniens, l'esplanade est sous la garde de la Jordanie pour des raisons historiques. Mais Israël en contrôle tous les accès. Elle est aussi un lieu saint pour les juifs, qui la vénèrent comme le mont du Temple, mais n'ont pas le droit d'y prier. L'esplanade catalyse de manière chronique les tensions entre Palestiniens et Israéliens. Le bouclage des Territoires est une réponse supplémentaire à l'attentat dans lequel deux Palestiniens ont tué quatre Israéliens mercredi soir à Tel-Aviv.

Washington appelle à l'apaisement

Israël a annoncé jeudi l'annulation de dizaines de milliers de permis d'entrer sur son territoire accordés à des Palestiniens pour leur permettre de retrouver les leurs ou aller prier à al-Aqsa. Bien que les deux assaillants n'aient pas été tués mais arrêtés, le nouveau ministre de la Défense Avigdor Lieberman a ordonné que les corps de Palestiniens abattus lors d'attentats ne soient plus restitués à leur famille. L'armée a annoncé l'envoi de centaines de soldats supplémentaires en Cisjordanie. La localité de Yatta (sud de la Cisjordanie), d'où sont originaires les deux assaillants de mercredi soir, a été bouclée par les forces israéliennes.

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a condamné l'attentat. Mais il s'est aussi dit « profondément inquiet de la réponse des autorités israéliennes » qui ne fera qu'« accroître le sentiment d'injustice » des Palestiniens. Du côté des États-Unis, grand allié d'Israël, le département d'État a dit comprendre la volonté israélienne de se protéger, mais a « espéré » qu'Israël tiendrait compte de l'impact que les restrictions auront au quotidien sur les Palestiniens, et prendrait des mesures « destinées à ne pas augmenter encore davantage la tension ».

Israël, Jérusalem et les Territoires palestiniens sont en proie à des violences qui ont coûté la vie à 207 Palestiniens, 32 Israéliens, 2 Américains, un Érythréen et un Soudanais depuis le 1er octobre, selon un décompte de l'Agence France-Presse. La plupart des Palestiniens tués sont les auteurs ou auteurs présumés d'attaques.

 

En Israël, la prochaine guerre de Tsahal

LE MONDE | 10.06.2016 à 17h40 • Mis à jour le 12.06.2016 à 12h11 | Par Nathalie Guibert (Israël, envoyée spéciale)

Il est pilote de F15, un spécialiste des frappes massives qui fut de toutes les opérations importantes. Il sert Tsahal depuis trente ans. Pourtant, « pendant les vingt-quatre premières années de ma carrière, il ne s’est rien passé », ­assure le général de division Amikam Norkin, un des plus hauts responsables de l’armée israélienne, chargé de la planification.

D’un point de vue stratégique, longtemps le Moyen-Orient est demeuré immobile. « Aujourd’hui, l’Irak n’est plus. Le Yémen n’est plus. Ni la Syrie, ni la Libye, ni le Soudan. » Et pour Israël, ex­plique le militaire depuis la Kirya, les imposants bureaux de l’état-major à Tel-Aviv, la prochaine guerre ressemble à un questionnaire à choix multiples.

La guerre des couteaux des Palestiniens. La guerre des tunnels du Hamas. La guerre des missiles du Hezbollah. La guerre nucléaire de l’Iran. « Que faire en priorité ? Voilà main­tenant la question la plus difficile », juge le ­général.

Hier, le renseignement militaire traitait « une poignée d’Etats ». Aujourd’hui, les services font face à « des dizaines d’organisations ». Il y a dix ans, ajoute-t-il, « aucune organisation terroriste n’avait de drones, de spécialistes cyber, de missiles performants ». Alors, « faut-il privilégier la réactivité im­médiate, la préparation de l’armée pour la prochaine guerre dans deux ou trois ans, ou la posture stratégique d’Israël dans les quinze prochaines années ? »……

 

Victoire diplomatique d’Israël : 109 pays votent en faveur d’Israël à la présidence du Sixième Comité de l’AG de l’ONU

 

 



L’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Danny Danon, a été élu lundi à une écrasante majorité à la présidence du Sixième Comité de l’Assemblée Générale de l’ONU.

« C’est une victoire historique pour l’Etat d’Israël. Nous avons brisé le plafond de verre : malgré l’opposition de nombreux pays, dont l’Iran et d’autres qui ont essayé d’empêcher le vote, l’État juif a réussi à être élu pour la première fois à la tête d’un comité à l’ONU », s’est félicité le diplomate israélien.

C’est la première fois qu’Israël dirige un des six grands comités de l’instance onusienne.

M. Danon a annoncé qu’une de ses premières tâches dans son nouveau poste sera de promouvoir la Convention générale sur le terrorisme international.

« Israël est un leader mondial dans le droit international et dans la lutte contre le terrorisme. Nous sommes heureux d’avoir l’occasion de partager nos connaissances avec les pays du monde « , a déclaré M. Danon.

L’un des plus importants blocs régionaux non officiels votant aux Nations unies, le Groupe des États d’Europe occidentale et autres (GEOA), a proposé la nomination d’Israël à la présidence du Sixième Comité de l’Assemblée Générale de l’ONU, provoquant la colère des « Palestiniens ».

Le GEOA comprend 28 États membres et 2 observateurs : tous les États d’Europe de l’Ouest (24 pays), la Turquie, l’État d’Israël, les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. La Sixième Commission traite des questions juridiques de l’Assemblée générale.

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

                                                                                  ::::::::::::::::



La Suède choisit-elle de perdre la guerre contre l'antisémitisme moyen-oriental ?

par Nima Gholam Ali Pour
9 juin 2016


§  Qui a invité cette « superstar salafiste» qui nie la Shoah et est connu pour ses déclarations antisémites à se rendre à Malmö? Que faire quand l'antisémitisme à Malmö est tellement normalisé que les enfants d'une école publique peuvent soutenir une conférence qui contient des éléments antisémites ?

§  L'antisémitisme est un problème tellement énorme à Malmö que même les hauts responsables de la ville n'arrivent pas comprendre comment il est devenu normalisé à ce point. Ils semblent écarter la question en considérant qu'elle fait partie d'une culture qui n'est pas suédoise, doit être tolérée et même faire l'objet d'accommodements dans une société multiculturelle.

§  S'il y a des enfants dans les écoles publiques suédoises aujourd'hui qui font la promotion d'une conférence antisémite, que feront ces enfants à l'avenir ?

§  Est-ce que la Suède est vraiment en train de devenir un pays où les Juifs ne sont plus les bienvenus pour devenir un jour un pays sans Juifs. Si cela se produit, qu'est-ce que cela dit de la Suède ? Et, après les Juifs, à qui le tour?

Malmö, troisième ville de Suède, est une partie importante et bien visible du pays. Si on lit les objectifs politiques que s'est fixée la municipalité de Malmö, on voit que « le racisme, la discrimination et les crimes haineux n'ont pas leur place dans cette ville ouverte qu'est Malmö. » La réalité, toutefois, est différente. L'antisémitisme y a atteint des niveaux étonnants alors que les politiciens et autres décideurs en Suède n'y font rien.

Le 30 avril 2016, l'imam et prédicateur islamique Salman Al-Ouda, qui a été décrit dans les médias suédois comme la « superstar salafiste », s'est rendu à Malmö. Il semble qu'Al-Ouda a inspiré Osama Ben Laden, il a affirmé que la Shoah est un mythe et est connu pour ses déclarations antisémites.

La première question qu'on devrait se poser est la suivante : qui a invité un tel personnage à se rendre à Malmö ?

On s'est aperçu que c'était un politicien du Parti Vert, qui fait actuellement partie de la coalition gouvernementale au pouvoir et qui dirige Malmö avec les Sociaux Démocrates.

La seconde question qu'on devrait se poser est la suivante : comment Al-Ouda a-t-il été accueilli dans une aussi grande ville suédoise ?

Eh bien, Al-Ouda a pris la parole dans l'un des plus célèbres centres de conférences, Amiralen, qui est décrit sur le site officiel de la municipalité de Malmö comme faisant partie de l'héritage culturel de la ville. Al-Ouda a également été invité par l'Alhambra, association des étudiants musulmans à l'Université de Malmö. Autrement dit, bien que la politique officielle de Malmö annonce qu'il n'y a pas de place pour le racisme à Malmö, Al-Ouda, un antisémite, a été traité en diplomate.

Le 6 mai, une semaine exactement après la visite d'Al-Ouda, la quatorzième « Conférence des Palestiniens en Europe » s'est tenue à Malmö. L'un des organisateurs de la conférence, le Centre pour le Retour des Palestiniens, a des liens étroits avec l'organisation terroriste du Hamas.

La « Conférence des Palestiniens en Europe » s'est tenue à Malmömässan, un autre centre de conférences connu à Malmö. Quand une organisation pro-israélienne, Perspektiv På Israel, a envoyé un e-mail au Directeur de Malmömässan, Lasse Larsson, pour le prévenir qu'un antisémite allait prendre la parole dans son centre de conférences, Larsson a répondu :

« Nous, MalmöMässan, ne prenons pas position sur le sujet mais nous avons confié cela à nos autorités qui nous ont donné leur accord et nous autoriserons donc la tenue de cette conférence. »

Le problème est que si on autorise quelqu'un à promouvoir la haine contre les Juifs, on doit avoir une position claire. Aurait-il autorisé l'utilisation de la salle pour promouvoir la haine contre les Suédois d'origine africaine ou les homosexuels ou les femmes ?

À Malmö, quand il s'agit de l'antisémitisme moyen-oriental, aucune institution majeure n'a, pour l'heure, de position claire.

Alors que l'on apprenait que l'un des intervenants à la Conférence des Palestiniens en Europe serait l'ancien grand mufti de Jérusalem, le Cheikh Ekrim Said Sabri, qui a également fait des remarques antisémites à maintes reprises, une annonce nous apprenait que deux députés suédois, Hillevi Larsson (Social Démocrate) et Daniel Sestrajcic (Parti de Gauche) prendraient également la parole.Ce qui ne semblait pas être une coïncidence. En octobre 2015, ces deux députés intervenaient à Malmö dans une manifestation au cours de laquelle les participants célébraient les attaques au couteau contre les Juifs en Israël. Par ailleurs, c'est Daniel Sestrajcic, alors président de la Commission municipale pour la Culture, qui avançait que l'Eurovision devrait suspendre Israël.

Après que l'organisation Perspektiv På Israel a révélé que Sestrajcic et Larsson devaient participer à la « Conférence des Palestiniens en Europe » avec le Cheikh Sabri, un antisémite notoire, l'ambassadeur d'Israël a écrit un éditorial critique dans un grand journal suédois. Les deux députés ont alors annulé leur participation.

Mais, attendez, cela empire. Avant la conférence palestinienne, une classe d'une école publique de Malmö a participé à une vidéo publicitaire pour en faire la promotion. Cette publicité a été filmée au sein de l'école élémentaire Apelgårdsskolan. L'idée qu'en Suède une école publique donne ouvertement son aval à une conférence palestinienne au cours de laquelle un antisémite a été invité à parler peut aussi sembler étrange, mais c'est exactement ce qui s'est passé.

Étant donné que l'auteur de cet article est également membre de la Commission scolaire de Malmö, il lui avait semblé normal de contacter le directeur de l'école et le conseiller municipal responsable des écoles primaires pour signaler cette publicité. Le conseiller n'a jamais répondu mais le directeur de l'école l'a fait. Cette vidéo publicitaire, dit-il, n'était qu'un « appel à participer à la conférence. »

Que faire lorsque dans la troisième ville de Suède l'antisémitisme est tellement normalisé que des enfants dans une école publique peuvent soutenir une conférence qui a des éléments antisémites ?

Bien que la réponse du directeur de l'école a été publiée dans le magazine en ligne Situation Malmö, - où l'auteur de cet article est rédacteur en chef -, comme toujours, les médias de Malmö sont restés silencieux.

Eric Zemmour-Gilles Bernheim: que s’est-il réellement dit à la Victoire ?

Par Sandrine Szwarc Le 09/06/2016 à 15h00 Rubrique France

Eric Zemmour, Yves Thréard, et le grand rabbin Gilles Bernheim. (Erez Lichtfeld)

Etymologiquement, la synagogue vient d’un terme grec signifiant « assemblée » et en hébreu, Beit HaKnesset veut dire la « maison de l'assemblée ». Une interrogation qui interpelle nos consciences en découle : tout juif peut-il tout y dire ?

Près de 1300 personnes captivées par la belle affiche sont venues à la Grande synagogue le 1er juin dernier, écouter débattre le polémiste Eric Zemmour avec le grand rabbin Gilles Bernheim. Présenté par le journaliste du Figaro Yves Thréard et après un historique de la Victoire brossé par Jacques Canet, Eric Zemmour a expliqué, force citations à l’appui et dans un style brillant que personne ne peut lui enlever, ce qu’il entendait par être juif et français.
Le pamphlétaire a remercié les organisateurs de leur invitation et a expliqué en quoi cette synagogue créée par Napoléon III « incarne dans la pierre » tout ce qu’il allait dire, lui qui est « attaché aux signes et aux symboles ». Eric Zemmour a alors regretté la disparition de l’Israélite, ce Français attaché à la nation française et juif dans la sphère privée. Avec érudition, il a rappelé l’histoire de l’émancipation des Juifs en 1791 suite à la Révolution française non sans évoquer deux points qui fondent selon lui le judaïsme français : le discours du comte de Clermont-Tonnerre devant l’Assemblée précisant qu’« Il faut tout refuser aux Juifs comme nation et tout accorder aux Juifs comme individus. Il faut qu'ils ne fassent dans l'Etat ni un corps politique ni un ordre. Il faut qu'ils soient individuellement citoyens ». Deuxième point qui forge l’identité des Français juifs, la convocation du grand sanhédrin en 1807 par Napoléon. Selon lui, ce modèle de l’Israélite a perduré jusqu’au grand chamboulement coïncidant avec Auschwitz (terme qu’il préfère à celui de Shoah) et Israël. Là débutait la seconde partie de son exposé. Maniant avec précision les notions souvent incomprises d’intégrationnistes et de multiculturalisme, Eric Zemmour détailla comment une nouvelle religion liée à la culpabilité face à Vichy (au passage qu’il dit moins antisémite que les élites restées à Paris) était née avec Auschwitz ainsi qu’une rupture par la défrancisation liée à l’attachement à l’égard d’Israël. « Nous sommes sortis de l’israélitisme de la Victoire » concluait-il avant de prédire que la rupture avec le modèle français historique pour la communauté juive ne pouvait que la porter « à quitter ce pays au bord de la guerre civile ».
Puis ce fut au tour du grand rabbin Gilles Bernheim de s’interroger sur « la question de la solidarité de destin entre Français et juifs dont les deux identités sont, dans notre société, remises en cause. Et c’est parce qu’elle sont remises en cause que la question qui nous rassemble trouve sa légitimité ». Dans une intervention éblouissante où le grand rabbin a porté un regard juif sur l’identité française en exprimant ses adhésions et ses différences depuis Saint Louis, convoquant des sources multiples relevant à la fois de la tradition juive et de la culture occidentale, argumenté par l’implacable logique des questionnements philosophiques, l’intellectuel juif a prouvé une nouvelle fois la maîtrise de son savoir à éclairer l’assistance des lumières d’un judaïsme ressourcé à la modernité.
Et vint le moment du « débat » entre les deux conférenciers, ponctué par les questionnements de Gilles Bernheim sur la polémique présente dans le dernier livre d’Eric Zemmour, Le suicide français dans lequel il réhabilite Vichy, considéré comme le « sauveur » des juifs français au détriment des juifs étrangers.
Droit dans ses idées, le polémiste Eric Zemmour a livré sa vision de l’histoire de Vichy selon sa grille idéologique qui heurte les consciences : Vichy a protégé les Juifs français car 90% d’entre eux ont survécu, les statuts des Juifs n’ont tué personne, Pétain comme De Gaulle sont
dignes d’admiration, les Juifs d’Europe centrale sont responsables de l’antisémitisme dont ils étaient les victimes en prenant le travail des « Français »… En résumé, des propos donnant la nausée.

Le polémiste Eric Zemmour a livré sa vision de l’Histoire de Vichy

Il faut l’écrire noir sur blanc : tous les Juifs de France ont été touchés par la politique antijuive de Vichy. Les 76 000 Juifs de France déportés vers les camps d’extermination ont pu l’être avec la complicité du gouvernement de l’Etat français avec à leur tête, Pétain. Quand le 3 octobre 1940, le gouvernement de Vichy promulgue le Statut des Juifs aucun distinguo n’est fait en fonction des origines françaises ou étrangères. Un document conservé au Mémorial de la Shoah dévoile même des annotations de la main de Pétain qui les renforce. Un alinéa notamment a été barré d'un trait de crayon qui prévoyait d’épargner « les descendants de Juifs nés français ou naturalisés avant 1860 ».


Pétain n'entendait donc faire aucune différence entre les Juifs français et les Juifs étrangers. Idem pour le Second Statut qui allonge la liste des professions qui leur sont interdites. A cette date, tous les Juifs de France sont obligés de se faire recenser. Le point culminant de cette politique étatique discriminatoire est l’obligation, pour tout Juif, de porter l’étoile jaune, le 29 mai 1942. S’ensuit en décembre 1942, l’apposition de la mention "juif" sur la carte d’identité – française bien sûr - et la carte d’alimentation. Quant aux Juifs d’Algérie, donc Français depuis le décret Crémieux de 1870, ils subiront également des mesures d’exception. 27 rabbins français en poste ont été déportés et le fait qu’ils soient français ne les a pas épargnés. La liste est également longue des lettres adressées personnellement au maréchal Pétain pour faire libérer des camps d’internement situés sur le territoire français des citoyens juifs français. Les missives resteront sans réponse. Sans oublier la rafle du Vél’ d’Hiv’ des 16 et 17 juillet 1942 qui a été précédée d’une circulaire du directeur général de la police Emile Hennequin demandant, au-delà des exigences allemandes, à ce que les familles ne soient pas séparées et que les enfants, nés le plus souvent en France, donc français, soient raflés avec leurs parents. Au-delà des querelles de clocher, il importe de rappeler ces faits pour que les lumières de la vérité triomphent de l’obscurantisme.

La solution saoudienne
Les multiples facilités du royaume pour les migrants musulmans sunnites

par Daniel Pipes
Washington Times
18 mai 2016


Version originale anglaise: The Saudi Solution
Adaptation française: Johan Bourlard


Maintenant que les gouvernements européens ferment la porte aux migrants illégaux du Moyen-Orient, où les Syriens et les autres migrants vont-ils pouvoir se rendre, sans trop s'éloigner de leur pays, pour trouver sécurité et emploi ? La réponse est évidente et étonnamment ignorée : dans les riches monarchies arabes du Golfe dont l'Arabie saoudite.

Le flot de plus d'un million de migrants qui, ces douze derniers mois, ont cheminé en bateau, en train, en bus et à pied vers l'Europe du Nord, a submergé le continent dont les forces et la bonne volonté sont à bout. Bon nombre d'Européens ont montré de l'exaspération face à la criminalité et aux maladies occasionnées par cet afflux, face aussi au refus des migrants de s'assimiler, à leur propension à imposer les prescrits légaux islamiques et à commettre des exactions comme les agressions sexuelles de masse (taharrush) à Cologne et les attentats à Paris et à Bruxelles.

En réaction, des partis populistes et fascistes (comme le Front National en France et Jobbik en Hongrie) se sont renforcés. Comme l'ont montré les élections du mois de mars en Allemagne, l'état d'esprit des Européens a changé si profondément qu'on pourrait voir désormais les illégaux entrer en nombre beaucoup plus réduit, indépendamment de la route qu'ils tentent d'emprunter, comme celle qui passe par l'Italie.

En conséquence ce sont des foules impressionnantes de candidats à l'immigration qui attendent de pouvoir entrer en Europe. Un commissaire européen, Johannes Hahn, dénombre ainsi « 20 millions de réfugiés en attente aux portes de l'Europe... dont 10 à 12 millions en provenance de Syrie, 5 millions de Palestine, 2 millions d'Ukraine et environ 1 million du Caucase du Sud. » Et ce n'est qu'un début. Il faut ajouter à ce chiffre quantité de Libyens, d'Égyptiens, de Yéménites, d'Irakiens, d'Iraniens, d'Afghans et de Pakistanais – et pas seulement des réfugiés politiques mais aussi des migrants économiques. Au total, le nombre de musulmans prêts à émigrer pourrait égaler les 510 millions de résidents que compte l'Union européenne.



Mais si l'UE ne les accueille pas, où pourront-ils aller ? Une alternative existe. Une destination proche et même attrayante au point que les étrangers y constituent déjà la moitié de la population : il s'agit des six États membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), à savoir le Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Concentrons-nous sur le royaume d'Arabie saoudite, le plus grand de ces six pays par sa superficie, sa population et son économie.

L'Arabie saoudite possède des atouts nombreux et uniques pour les musulmans sunnites. Il y a d'abord les 100.000 tentes vides situées à Mina, dans la banlieue Est de La Mecque. Construites en fibre de verre, ces tentes de première qualité, ininflammables, dotées de l'air conditionné, sont en outre équipées de toilettes et d'une cuisine et peuvent héberger environ 3 millions de personnes. Cette infrastructure unique ne sert que cinq jours par an pour l'accueil des pèlerins du hajj.

Comparée aux États du nord de l'Europe, l'Arabie saoudite dispose de nombreux avantages :

Sur le plan culturel, de nombreux sunnites trouvent le régime restrictif saoudien plus convenable que l'espace occidental sécularisé. En Arabie saoudite, les musulmans exultent dans cette société qui permet la polygamie, les mariages d'enfants, la violence contre l'épouse, la mutilation génitale féminine, l'esclavage et les décapitations et qui ne punit que légèrement les crimes d'honneurs.

Les Saoudiens permettent également aux musulmans d'éluder sans aucune difficulté les interdits (haram) comme les chiens de compagnie, le porc et l'alcool, le prêt à intérêt, les loteries et le casino, la Saint-Valentin, les tenues plus légères pour les femmes, les rendez-vous galants, les clubs privés, les bars et mariages gays, la sous-culture de la drogue et l'expression publique d'opinions anti-islamiques.

Les pays du Golfe Persique ont été critiqués pour n'avoir accueilli pratiquement aucun réfugié syrien. Pourtant, les autorités saoudiennes prétendent avoir pris en charge 2 millions et demi de Syriens. Comment expliquer ces divergences ?

D'une part, les Saoudiens mentent. D'autre part, le Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et d'autres États arabophones comme l'Irak, la Jordanie, le Liban et la Syrie n'ont jamais signé la convention de 1951 relative au statut des réfugiés en raison de leur opposition à l'objectif poursuivi par la convention pour la réinstallation tel qu'appliqué aux Palestiniens. En conséquence, ils évitent l'emploi du terme « réfugié » avec le caractère permanent que ce mot implique, et préfèrent utiliser le terme « hôtes » dont le séjour est perçu comme temporaire dans l'attente d'un retour au pays.

Combien de Syriens ont pu entrer en Arabie saoudite ? Une étude réalisée par Lori Plotkin Boghardt du Washington Institute for Near East Policy, estime leur nombre à « un peu plus d'une centaine de milliers », disons 150.000. Ceci ne représente qu'une petite partie des plus de quatre millions répartis entre la Turquie, le Liban et la Jordanie – et équivaut à seulement 5 % des migrants que les magnifiques tentes de Mina pourraient à elles seules héberger.

Les efforts fournis par les États arabes prospères pour accueillir les musulmans sunnites en détresse, sont dérisoires et dénotent une attitude égoïste et hypocrite qui ne peut être récompensée. Il est grand temps que les gouvernements et les organisations pour réfugiés arrêtent de se focaliser sur l'Europe et se tournent plutôt vers ces pays arabes capables d'accueillir, de loger et de fournir un emploi, avec une relative facilité, à leurs frères démunis.

 

Plus d'articles...

Page 1 sur 2

Début
Précédent
1