LE B'NAI B'RITH EUROPE - Rencontrez le Comité

LE PORTRAIT D'ALEX FAIMAN

Dans la continuation de notre série « A la rencontre du Comité Exécutif », l'histoire d'Alex Faiman est à la fois passionnante et peu banale. « Je veux aider les classes défavorisées, je veux être impliqué dans un travail humanitaire » nous répond-t-il lorsqu'on lui demande d'expliquer quels sont ses principaux objectifs au B'nai B'rith.
 alex fainman
 Chaudement habillé lors de son voyage en Ukraine au mois de février de cette année

Alex est né à Shanghai en 1933. Alors qu'il n'avait que 2 ans, ses parents sont allés habiter à Harbin au Nord-Est de la Chine où il y avait une grande communauté juive russe. Il a fréquenté une école secondaire russe et a donc passé ses années de formation avec le russe comme langue de base. « C'est toujours ma langue principale » dit-il, « la langue que j'utilise dans tous mes travaux de calcul ».

Pourquoi il s'est retrouvé en Chine est en soi une histoire fascinante. Son père, Julius, est né en Astrakhan dansle delta du fleuve Volga à l'endroit où ce fleuve se jette dans la mer Caspienne. Julius était le benjamin des 4 enfants d'un marchand de la Première Corporation qui faisait des affaires dans le domaine du caviar, et parce qu'il faisait partie de cette corporation, il lui était permis de vivre en dehors de la colonie Pal. La révolution de 1917 a, cependant, apporté la persécution des capitalistes bourgeois, ce qui a poussé la famille à décider que Julius, le plus jeune fils encore célibataire, devait partir. Cela devait se passer dans l'illégalité. Les frontières européennes étaient fermées, donc Julius a voyagé vers l'est à Vladivostok et de là vers Harbin au nord-est de la Chine. C'est là qu'il a rencontré Lucienne, également d'origine russe, et qu'ils se sont mariés.

Comment Lucienne est-elle arrivée à Harbin ? Son père venait de Vilnius en Lituanie, il était un jeune homme brillant, s'est marié et puis, avec son épouse, est allé à l'université à Berlin où il a obtenu un doctorat en chimie industrielle. Il a ensuite accepté un poste en tant que chimiste industriel dans une usine à Harbin en 1905 où la mère d'Alex est née.

Pendant les années de la guerre, Alex et sa famille ont vécu sous l'occupation japonaise. En 1945 ils ont été libérés par l'armée soviétique à laquelle a rapidement succédé l'armée communiste chinoise. C'est à cette époque, en 1951, que la famille Faiman est partie à Sidney en Australie alors qu'Alex fêtait ses 18 ans. Il est resté plus de 30 ans en Australie et où il a travaillé dans l'édition. Il a rencontré son épouse Audrey au cours d'une visite au Royaume-Uni en 1972, ils se sont mariés et elle l'a rejoint à Sidney. « C'était mon premier contact avec le B'nai B'rith. Nous sommes devenus membres d'une Loge à Sidney » se souvient-il. Après la disparition de ses parents, en 1985, Alex et Audrey ont décidé de partir à Londres où ils ont poursuivi leurs activités au B'nai B'rith. Il est devenu Vice-Président de la First Lodge en 1986, et était extrêmement actif dans un comité qui s'occupait de réfugiés russes. Il est devenu Président de la Leo Baeck Lodge il y a plus de deux ans. En plus de son travail au sein du B'nai Brith, Alex est membre de la Division Internationale du « Board of Deputies of British Jews » et le représentant spécial du Président de la Division Internationale du Congrès Juif Européen.

Grâce à ses origines, il a une excellente compréhension de la mentalité des populations d'Europe de l'Est et de Russie. Il est membre du Comité Exécutif du B'nai B'rith Europe depuis la fusion des Districts 15 et 19 en 1999, et a toujours été impliqué dans des activités humanitaires dans ces régions. « C'est ma force » dit-il « c'est ce que je fais le mieux. »

Pour en donner la preuve, il a alors décrit son récent voyage à Lvov et à Kiev où il s'est rendu pendant 10 jours, au nom du B'nai B'rith Europe, oùil s'est entièrement dévoué à l'organisation d'une aide humanitaire urgente dans ces villes. Le but de sa visite était de rétablir les programmes d'aide à Lvov et dans les villes de la province de l'Ukraine de l'Ouest, de renforcer les relations avec les autorités gouvernementales à Kiev et pour s'assurer du bon déroulement des deux projets. Alex nous a donné quelques détails sur la nature de ces programmes dans lesquels le B'nai Brith est très impliqué :
- Un centre médical destiné à des « clients » du B'nai B'rith, avec un équipement pour les ECG, un cardiologue, un médecin interniste et une pharmacie
- Un laboratoire dentaire qui fabrique des prothèses
- Un cordonnier
- Un programme d'hygiène – des services de blanchisserie pour les personnes âgées
- De la nourriture pour les personnes âgées, dont 10% sont des justes non-juifs
- Une aide financière pour fournir de la nourriture et des médicaments dans les provinces
- Le soutien d'un jardin d'enfants à Lvov qui s'occupe de 24 enfants entre 4 et 5 ans en payant une partie des salaires de deux professeurs et en couvrant le coût de la nourriture et de l'entretien du bâtiment
- A Kiev, la fourniture de nourriture et de médicaments pour approximativement 112 survivants âgés et de la chirurgie une fois par semaine.

Sur cette photo on peut voir Alex avec Grigoryi Pickman, Président de la Loge Léopolis de Lvov et Luda Katz qui est la sous-directrice du service traiteur de différentes écoles et universités et également membre de la Loge à Lvov. Nos clients âgés ont la possibilité d'utiliser les cantines scolaires.
alex fainman 2
alex fainman3
La meilleure partie de son voyage - jouer avec les enfants du jardin d'enfants sponsorisé par le BBE